Essai Peugeot 308 : notre avis sur la nouvelle 308 1.6 e-HDi de 115 ch
habillage
banniere_haut

Essai Peugeot 308 : notre avis sur la nouvelle 308 1.6 e-HDi de 115 ch

Plus chic et technologique, la nouvelle Peugeot 308 monte en gamme. Bonne nouvelle pour la clientèle : la concurrence, notamment allemande, l'oblige à modérer ses tarifs.

Par Didier Laurent
Publié le Mis à jour le

Bonne nouvelle : les tarifs de la nouvelle Peugeot 308 sont légèrement en baisse et ses équipements en hausse.

T.Antoine/ACE-Team

Avec seulement 16 367 immatriculations au cours des six premiers mois de l’année sur le marché français (soit 37 % de moins qu’à période comparable un an plus tôt), et ce malgré d’importantes remises, celle qui est en train de devenir l’ancienne 308 ne séduit plus.
 
Il faut dire que la nouvelle 308, dévoilée il y quelques semaines, invitait raisonnablement à patienter avant de signer le bon de commande car elle présente de sérieux atouts

A commencer par sa plastique : l'avant est plus pur, sans ouverture béante, et la ligne générale dégage une impression de qualité, rappelant sous certains angles des modèles premium tels que l’Audi A3 ou la Volvo V40.
 
De toute, évidence - et la manipulation de la portière le rappelle -, Peugeot a fait des efforts sur la qualité de fabrication de la carrosserie, mais pas seulement (voir La nouvelle Peugeot 308 sera disponible à partir de 17 800 €).
 


Habitacle audacieux

Indépendamment du choix retenu pour les matériaux qui composent ce que la marque appelle le i-cockpit, place a été faite à l’originalité, voire à l’audace : compteurs « tête haute », positionnés au-dessus du volant, planche de bord très moderne avec grand écran tactile affleurant de presque dix pouces en son centre.

C’est à la fois réussi sur le plan du style et de la qualité, et les plastiques retenus sont majoritairement rembourrés et de bonne composition, semblant promis à un bon vieillissement. Seul le bas de la console centrale apparait trop massif, voire encombrant, et en plastique dur.

Pas de remarque particulière sur la constitution de la sellerie, mais le cuir ne la recouvrira qu’en option et l’alcantara uniquement dans le haut de gamme et de manière partielle.

La banquette se rabat en 2/3 1/3, permettant au volume de coffre de tripler pour atteindre un volume record de 470 litres. Et quel que soit le rang choisit les passagers disposeront d’un bon espace vital.

Car bien qu’elle soit 3 cm plus courte et 5 cm moins haute que celle qu’elle remplace, la nouvelle Peugeot 308 est bâti sur la nouvelle plateforme modulaire du groupe PSA (déjà utilisée pour les C4 Picasso de Citroën) et peut ainsi positionner ses roues davantage aux coins de la carrosserie, préservant ainsi l’empattement (+1,2 cm) et du même coup l’espace à bord (voir notre vidéo à bord de la nouvelle Peugeot 308).
 
 

Une place de choix ?

Sans nul doute celle du conducteur. La nouvelle 308 propose une expérience de conduite intéressante à plus d’un titre.

D’abord elle se dote (de série ou en option selon les versions) des dernières technologies à la mode : accès et démarrage mains-libres, régulateur de vitesse actif avec alerte de collision et freinage automatique d’urgence, mais aussi surveillance des angles morts et caméra de recul.

Ensuite, le petit volant emprunté à la Peugeot 208 propose une maniabilité exceptionnelle, notamment en milieu urbain. Sur route, le bénéfice de ce sous-dimensionnement est moins évident et il est important de noter que l’impact sur le diamètre de braquage est quasi nul (seulement 30 cm de moins par rapport à l’ancienne 308).

Doté de l’excellent système stop and start micro-hybride, qui coupe le moteur à partir de 20 km/h et le redémarre sans le moindre à-coup, le bloc 1.6 e-HDI de 115 ch remplit son office : 10,2 s de 0 à 100 km/h en jantes de 16 pouces, 10,9 s au-delà.

Homologué à seulement 3,7 litres aux cent en moyenne, il faudra compter un bon litre de plus dans la vraie vie.

Sur la route, pesant 140 kg de moins que celle qu’elle remplace, la nouvelle 308 gagne logiquement en agilité. Bien étudié, l’amortissement assure à la fois confort et sécurité, avec des progrès notables sur la douceur des suspensions (moins de réactions sèches, surtout avec les grandes roues).









A noter que les nouveaux diesels BlueHDI (avec FAP et catalyseur SCR pour répondre aux normes de pollution Euro 6 et descendre en-dessous de 85 g de CO2/km), ainsi qu’un 1.2 turbo 3 cylindres à essence seront lancés au printemps 2014.
 


Bilan de l'essai de la nouvelle Peugeot 308

Peugeot a réussi son coup en voulant repositionner sa 308 plus haut de gamme tout en préservant des tarifs accessibles et des qualités dynamiques qui ont fait sa réputation. Dès lors, elle devrait rencontrer un fort succès car elle arbore en outre de réelles qualités et un bon équipement.

Ambitieuse, la marque vise même le podium européen, mais raisonnablement pas la première place, toujours trustée par la Volkswagen Golf.

A LIRE. La nouvelle Peugeot 308 a la Golf dans le collimateur

La 308, aujourd’hui fabriquée à Sochaux pour l’ensemble des pays européens, sera également construite et vendue en Chine à partir de la fin 2014.

On aime

  • son style premium
  • sa qualité globale
  • l'originalité de sa planche de bord

On regrette

  • certains tarifs d'option
  • la vue de 3/4 arrière
  • le bruit du clignotant, vieillot et trop fort !

 

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
aMfjT562 Le 20/01/2016 - 00:40
Bah au début les gens aimaient Renault, puis ils sont tombés en panne, puis se sont fait arnaqué par les garages Renault, puis ils ont vendus au rabais. Puis ils on changé pour une autre Renault, puis ils sont tombés en panne, puis ils se sont fait arnaqué... Ainsi de suite sur la décénie 2002 2012. Depuis les français sont méfiant et s'auto flagellent. Quand un moteur lache à moins de 50000 km chez psa (1.6 hdi 110) pour des problème de conception. Il y a de quoi être méfiant. L'arogance du personnel citroen, peugeot et renault quand un problème surgit. Parcontre quand il faut vendre ça avale.
aw2zD654 Le 20/01/2016 - 00:29
Savoir-faire? On a pas la même définition du savoir-faire #LaRousse. En effet Renault sait inventer des pannes farfellues concernant les vitres electriques, les feux arrières effet guirlande. Alors niveau moteur non parlons pas, bielles fragiles + casse moteur sur le 1.9 dci. La bielle c'est la base de l'automobile. Je vois mal Un joueur de ligue 1 rater un contrôle passe, la base du foot. Et en plus ils se permettent de tricher sur le niveaux des emissions polluantes. Renault n'arrive pas a la cheville de Peugeot... Alors face aux Allemands...
az8e5792 Le 20/01/2016 - 00:11
Oui moi :) une magnifique a3 sportback 2015 tiptronic :). Avant j'avais une mégane 2 puis je suis passé cadre et je me suis fait plaisir. Je ne suis pas un kéké, un père de famille responsable :) qui n'acheterai certainement plus français. Tout le monde acheterai Allemand si le monde avait les moyens, il ne faut pas se mentir...
Voir tous les commentaires (39)