Vous êtes ici :

Essai du scooter néo-rétro Peugeot 125 Django

Le Peugeot 125 Django sera disponible dès octobre 2014, à partir de 2 999 €
Le Peugeot 125 Django sera disponible dès octobre 2014, à partir de 2 999 €

Présenté il y a un an, ce rival des Vespa commençait à se faire désirer. Qualité perçue, esthétique rétro savoureuse, mécanique judicieuse... le Peugeot Django valait vraiment le coup d'attendre. C'est aux mains des versions Evasion et Sport que nous avons pu le constater.

Page 1Essai du scooter néo-rétro Peugeot 125 Django 

Ligne fuselée, code couleur, aspects pratiques, ..., le Peugeot Django est un hommage de Peugeot Scooters à sa production des années 1950. D’ailleurs, les designers n’ont eu qu’à explorer, il y a trois ans, le musée de la marque à Sochaux pour créer cette esthétique néo-rétro... à en faire pâlir nos voisins italiens. Mais la référence au passé s’arrête là, car le Django fait appel aux technologies modernes telles les  feux à leds et le freinage intégral SBC alors que le moteur Sym est de la dernière génération.

A Lire. Essai du Vespa 125 Primavera


Un Django, quatre styles

La force du concept Django est d'offrir dès le lancement quatre versions, ayant chacune une identité propre. Pour affirmer l’identité du Django, le bureau de style Peugeot a puisé le meilleur de sa production autos, motos et scooters de l'après seconde guerre mondiale.

  • L’ Heritage, est la version de base. la plus sobre et la plus
    simple mais aussi la plus proche des modèles S55 et S57. Il affiche une carrosserie monochrome pastels comme les scooters des années 1950. Ses pneus sont montés sur des jantes couleur crème, sa selle biplace est noire à double couture grise. Son freinage est classique.

  • L’Evasion est une véritable ôde aux "congés-payés" et la douceur de vivre retrouvée des "fifties". Il se distingue par son porte-paquet avant, son saute-vent, son coloris bi-tons sur base crème, ses pneus « vintage » à flancs blanc sur jantes crème et sa selle biplace à jonc blanc. Il dispose du freinage intégral SBC.

  • Le Sport se reconnait ses coloris argent ou bleu france,
    comme la célèbre 402 Sport. De sportif, il n'a que la robe, car il est propulsé par le même bloc que les autres versions. Il se distingue par sa selle monoplace, sa coque arrière intégrant un « porte-paquet » et ses numéros de course. Il est équipé de pneus noirs sur jantes alu, d’une selle passager, livrée de série et du freinage SBC.

  • Haut de gamme, l’Allure est le plus raffiné en termes de
    finition arborant une carrosserie bichrome satiné, une selle biplace assortie et des pneus à flancs blancs sur jantes alu. Pratique, il propose un top-case de série (34 l )


Ultrapersonnalisable


Afin de séduire un plus large public et laisser libre cours à l'imagination de ses clients, le constructeur, s'inspirant des offres de personnalisation disponibles dans l'automobile mettra en place début 2015, le configurateur Django ID.


Cet outil permettra de faire «fabriquer», en un
mois, un Django unique, parmi 110 000 combinaisons possibles (à partir de 3 199 € en 125 cm3).

Si le freinage SBC, les jantes alu et les pneus à flancs blancs sont imposés, le client pourra composer avec trois moteurs (50 à 150 cm3),  177 combinaisons de couleurs, trois modèles de rétroviseurs, sept selles, deux modèles de joncs chromés et intégré ou non la signature lumineuse sur la face avant de son Django.

Le Django dans les détails


Au premier coup d’œil, le Django séduit par sa finition de belle facture.

Au second, il étonne par son gabarit généreux plus proche d’un Vespa GTS que du compact Primavera, son concurrent direct.

En effet, le tablier large offre une bonne protection et l’empattement d’1,36 m génère de l’espace aux jambes et une assise longue profitant à l’équipage.

Côté pratique, la selle dissimule un coffre dans lequel un casque jet-écran et un vêtement pluie logent facilement.

Il est complété par une boîte à gants, équipée d’une prise 12 volts, au pied du conducteur. L’Evasion dispose en plus de son porte-paquet avant et l’Allure d’un top case de 34 litres.


L’ instrumentation et les commandes jouent aussi les cartes du pratique et de l’élégance.

Le bloc compteur reprend la forme de ceux équipant les belles voitures et scooters d’antan. Seule différence : le cadran à aiguille encadre un écran digital (heure, température extérieure, kilométrage et niveau de carburant).

Les commodos au guidon, complets, bénéficient du même traitement.  Les deux béquilles ne sont pas oubliées et se révèlent faciles à manœuvrer.
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (4)
azrosso806

Il est très beau ,c'est du style Peugeot .

gisele.dumas635

Pour ma part, j'adore. A quand un motuer 300cc de cylindrée et 25 cv ?

lannette.michel581

l'écran digital au compteur enlève tout le charme rétro .

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Peugeot