Essai extrême : Honda Civic Type R 2015, vraiment la plus rapide ?
habillage
banniere_haut

Essai extrême : Honda Civic Type R 2015, vraiment la plus rapide ?

Honda l'assure : sa nouvelle Civic Type R demeure la traction la plus rapide sur tour du Nürburgring, mais aussi en ligne droite, avec 270 km/h annoncés en pointe. Consciencieux, L'argus a décidé de vérifier ces dires : direction l'Allemagne, ses autoroutes libres et son mythique circuit de 20,8 km.

Publié le Mis à jour le

Après avoir signé le meilleur temps au tour pour une compacte traction avant de série sur la boucle nord du Nürburgring (7minutes 50 secondes et 63 centièmes), la nouvelle Honda Civic Type R y retourne pour notre propre essai...

18 octobre 2015, 7 heures du matin, dans un sombre parking de la région parisienne. Nous voilà face à la nouvelle Honda Civic Type R, que nous hésitons à considérer comme un modèle spectaculaire… ou risible : aileron XXL, jupes latérales, diffuseur arrière, boucliers de Goldorak. Mais celle que les passants voient comme la star du bolidage demeure en fait la championne de l’aérodynamisme.

Honda Civic Type R 2015 blanche gros plan sur la jante et le feu avant droits
Honda Civic Type R 2015 blanche dans un parking souterrain vue de plein arrière montrant les quatre sorties d'échappement

Sur cette robe singulière ainsi, rien n’existe gratuitement : grâce à ses longues heures passées en soufflerie, la nouvelle Civic Type R devient l’unique compacte à générer de la déportance à haute vitesse (l’air plaque l’auto au sol au lieu de l’en soulever), tout en soignant sa traînée (peu de résistance, bénéfique à la vitesse de pointe). Dès lors, promis, nous ne nous moquerons plus. Et comme 500 km d’autoroute nous attendent, nous admirerons davantage la planche de bord que la carrosserie… Alors en route !


Pas si usante, la Civic Type R 2015

Dès les premiers kilomètres en Civic Type R, nous sommes tentés d’appeler notre ostéo, histoire d’anticiper le retour douloureux de notre périple de 1 000 km. En ville, les plaques d’égouts semblent deux fois plus profondes qu’en réalité, la moustache frotte sur les dos-d’âne sévères, et encore, nous n’avons pas enclenché le mode « +R» qui affermit la suspension de 30%.

Honda Civic Type R 2015 vue des sièges baquets rouges
Honda Civic Type R 2015 gros plan sur les compteurs à 130 km/h
400 km à 130 km/h... avant les autoroutes allemandes, "libres"

Finalement, l’autoroute fait s’envoler nos craintes. A 130 km/h, la voiture absorbe mieux les raccords et déformations, et le niveau sonore reste correct ou, du moins, facile à couvrir avec le système audio. Les sièges baquets, tout simplement excellents, achèvent de séduire : confort remarquable, maintien impeccable, tout y est. Notre ostéo devrait pouvoir les prescrire sur ordonnance…


270 km/h, le coude à la portière…

Après 400 km calés à 130 km/h maxi à travers la France puis le Luxembourg (parcours au cours duquel la Type R a siroté 9 l de sans-plomb tous les 100 km), nous arrivons en Allemagne, le pays de l’autoroute sans limitation de vitesse. Du moins, selon la légende : le revêtement tabasse et les trois voies restent aussi rares qu’un trèfle à quatre feuilles, contrairement aux incessantes zones de travaux, bridées à 80 km/h. A l’arrivée, notre vitesse moyenne chute même par rapport à celle des autoroutes françaises, malgré quelques zones libres où la Civic commence à dégourdir les bielles de son 2.0 turbo de 310 ch.

Honda Civic Type R 2015 blanche en plaques allemandes roulant sur une autoroute vue avant gauche
Même lancée à vitesse maximale (soit plus de 270 km/h au compteur...), la Civic Type R montre une étonnante stabilité

La vigueur avec laquelle la Type R dépasse les 200 km/h force d’ailleurs le respect, et renvoie, dans cet exercice, nos Mégane RS et Peugeot 308 GTi nationales au rang de « paisibles » sportives. Le plus étonnant ? L’absence quasi-totale de bruits d’air (confirmant la traînée réduite), et la stabilité à très haute vitesse : à 270 km/h compteur, la Civic montre un flegme sidérant, même dans des grandes courbes où l’amorce de braquage n’entraine aucune instabilité malgré la direction très directe. Le travail en soufflerie (et l’appui aérodynamique qui en découle) n’était pas une farce…


Le temple de la Porsche... et de la Renault

Après quelques kilomètres de jolies route vallonnées dans la vallée de l’Eifel, nous arrivons sur le parking des journées « open » du Nürburgring. Ici, la Porsche 911 GT3 est une sorte de Clio locale, un modèle surreprésenté que nous croisons en blanc, jaune, vert, orange, orné de jantes noires, grises, voire violettes. Cocorico, la seconde sportive en vogue balade un losange sur son capot : la Mégane RS. A croire que ses nombreux records sur la Nordschleife (en 2008 avec la R26-R, en 2011 avec la Trophy, en 2014 avec la Trophy-R) n’ont pas été vains…

Honda Civic Type R 2015 blanche garée devant une enseigne Nurburgring vue arrière gauche
Honda Civic Type R 2015 blanche garée à côté d'une Porsche 911 GT3 jaune

Le temps d’un aller-retour à la caisse pour acheter nos tickets (27 € pour un tour, 100 € les quatre, et 1 650 € le pass annuel illimité), nous revenons à notre belle Civic… encerclée d’une meute de spectateurs. Vers la nouvelle Type R, les flashs crépitent en tous sens, ignorant les Porsche colorées qui n’émeuvent plus personne. Amusant. L’officieuse tenante du titre de la traction la plus rapide en ces lieux a l’air d’attirer la curiosité, dès sa présence sur le parking. Voyons si ce succès se prolonge en piste.


Le circuit F1 en bonus !

Comme au péage, nous présentons notre ticket et la barrière s’ouvre vers l’enfer vert. Derrière une flopée de BMW M3, nous entamons la première partie et découvrons une surprise : pour l’une des dernières ouvertures de l’année, la boucle nord (et ses 73 virages…) est reliée au circuit F1, permettant donc de fouler le véritable tracé utilisée en compétition (championnat VLN, ou 24H du Nürburgring à une variante près). Tant mieux pour l’anecdote, tant pis pour le chrono : le record annoncé par Honda -et les autres constructeurs- ne concerne que la boucle nord.

Honda Civic Type R 2015 blanche en plaques allemandes roulant sur un circuit

Très vite, nous comprenons que signer un tour « chrono » sera impossible : en piste, nous sommes loin, très loin d’être seuls. Nous évoluons dans une sorte de jungle mobile, composée de conducteurs tantôt énervés, tantôt effrayés, au volant d’engins parfois improbables.

Les 911 et Mégane RS côtoient ainsi des Volkswagen Up, des Dodge de 40 ans d’âge, des breaks BMW Série 5 diesels avec sièges autos garnis (si), voire des Renault Trafic avec échelle sur le toit (si bis). Unique règle, dans cette horde de chiens fous ? Doubler par la gauche, sous peine de se faire exclure. Mais, rouler sans casque reste parfaitement autorisé, et les motos sont mélangées avec les voitures…
 

Civic Type R, reine de la Nordschleife ?

Durant les rares passages sans trafic, la Civic Type R se sent comme chez elle. Le souffle du moteur permet d’effacer les longues côtes (inclinées jusqu’à 16% !), la direction directe sert un train avant efficace, et la commande de boîte, régal de rapidité et de précision, donne l’envie de passer ses rapports pour rien. A rythme enlevé, nous arrivons à doubler 27 voitures sur un tour (voir vidéo ci-dessous), prouvant l’efficacité de la Civic sur son terrain quasi-natal.

Cela dit, elle bute tout de même sur certaines Mégane RS optimisées, pilotées par des habitués des lieux : avec ses freins d’origine et ses pneus routiers de série, la Civic Type R ne montre pas l’endurance réclamée par le circuit le plus exigeant du monde.

D’ailleurs ? Nous pensons que sans l’immense ligne droite de plus de 2 km (qui est coupée lors de ces journées, obligeant repasser par le « péage » à chaque tour), où la Civic étale son excellente vitesse de pointe, elle aurait davantage de mal à battre le chrono de ses rivales. Ces dernières chaussent en effet pneus semi-slicks et gros freins (pack « Sub8 » sur la Leon Cupra 280, pack « Record » sur la Mégane Trophy-R) pour descendre sous les huit minutes au tour...


Un circuit à déguster autrement

Sans touchette à déplorer, nous décidons de ne pas boucler plus de quatre tours dans une ambiance de piste finalement agréable pour personne : les pilotes rapides sont gênés, les moins rapides apeurés, créant un groupe hétérogène qui frôle le contact en permanence. D’autant que la piste étroite, bosselée, et souvent dénuée de visibilité, ne pardonne aucun écart de conduite...

Honda Civic Type R 2015 blanche roulant sur la Nordschleife vue avant droite

La Civic Type R plonge dans le "Karussell", un virage relevé parmi les plus célèbres de la boucle nord du Nürburgring.

Pour profiter de cet exceptionnel circuit, nous ne saurons vous conseiller que de préférer les sessions en semaine, plus calmes. Voire participer aux journées « club », où le trafic est bien moindre, la sécurité plus soignée (casque obligatoire), et le prix pas forcément supérieur pour qui souhaite effectuer plusieurs tours : ces événements démarrent à partir de 460 €. Cerise sur le gâteau : il est alors possible d’enchaîner plusieurs tours, et donc, de profiter de l’immense ligne droite de plus de 2 000 mètres !
 

290 km/h pour finir en Civic Type R...

Voici l’heure du retour. Moins chargée en trafic, la portion non limitée d’autoroute allemande nous permettra de goûter une dernière fois à la santé de feu de la Civic Type R : au-delà des 276 km/h atteints sur le plat au compteur (soit 265 km/h en vitesse réelle !), la "petite" Honda a accroché 290 km/h dans une longue descente (voir vidéo ci-dessous). Ce joueur conducteur d’Audi RS7 de 560 ch, bridée à 250 km/h de série, s’en souviendra longtemps. Quel pays étrange… et quelle auto attachante.


> A LIRE. Honda Civic Type R vs Peugeot 308 GTi : déjà l'essai comparatif !

 

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
falcon900b896 Le 14/06/2016 - 01:29
.... allez plutôt dire ça aux clients roulant en 208 hdi ou clio DCi ; le parc de ces automobiles polluent infiniment fois plus que les quelques dizaines de milliers de type-R qui ne feront que quelques milliers de kms par an....................
new.user255672 Le 11/03/2016 - 23:59
Quand tu as allumé ton ordinateur pour pondre ton commentaire, est-ce que tu tes soucié du fait qu'il soit relié à une centrale nucléaire? Et que la fabrication de la batterie de ton smartphone nécessite du lithium dont les conditions d'extraction déplorables sont une vraie calamité pour l'environnement? (Mais bon, de toute façon, la Bolivie tout le monde s'en fout...) Et quand tu t'empiffres de fastfood, il y a un steak haché au milieu de ton burger. Et qu'entre les véhicules agricoles (polluant, comme tout véhicule à moteur thermique) utilisés pour cultiver les hectares de divers céréales qui serviront à nourrir des beaux. Beaux qui seront ensuite acheminés en camion (véhicule = encore pollution) vers un centre d'abatage, puis qui seront amenés dans un centre de transformation (véhicule = encore encore pollution), pour être ensuite acheminés dans un magasin d'une chaine de restauration (véhicule = encore encore encore pollution) et enfin quand tu viendras acheter, sans trop te poser de question, en prenant ta voiture (véhicule = encore encore encore encore pollution) ben... tu pollues à mort! Parce que oui, l'industrie du bovin est la plus polluante au monde. Alors ton sermon sur la voiture loisir, tu peux te le coller dans le... pot d'échappement!
iciLQhA397 Le 11/11/2015 - 09:05
Pourquoi le voyant moteur est-il allumé lors de la pointe effectuée à 290 Km/h? Remarquez vu le maintient à pleine charge pendant aussi longtemps, le têtes de piston ont le temps de chauffer..
Voir tous les commentaires (21)