Essai Hyundai Nexo
habillage
banniere_haut

Essai Hyundai Nexo : notre avis sur le SUV à hydrogène

Par Jean-Luc Moreau
Publié le Mis à jour le

Le Nexo remplace le iX 35 FC qui est à ce jour le véhicule à hydrogène le plus vendu de l'histoire.Tout est nouveau dans ce SUV qui a été spécifiquement conçu, contrairement à son prédécesseur, pour recevoir ce type de propulsion

HYUNDAI Nexo 163ch Executive

  • - Moteur : Hydrogène
  • - Puissance: 163 ch
  • - Lancement : Juillet 2018
  • - A partir de 72 000 €
  • - Ni bonus ni malus

C’est un sentiment d’extrême lourdeur qui prédomine dès les premiers tours de roues. Certes, l’engin pèse 1,9 t à vide, mais Porsche arrive bien à transformer en « ballerines » des voitures de plus de 2 t…

Pour un prix voisin, un Jaguar i-Pace est autrement plus exaltant et efficace à conduire... sans polluer plus !

Cette surcharge pondérale met à mal le brio du moteur électrique dont les 163 ch et 395 Nm de couple sont juste suffisants pour assurer des accélérations correctes (0 à 100 km/h : 9,2 s). C’est d’autant plus sensible quand on descend du Kona Electric, comme nous l’avons fait, ce dernier faisant preuve d’un tonus autrement plus remarquable. Et ce n’est pas mieux en virage car notre gros patapouf à une forte propension au sous-virage. Le Hyundai Nexo est assez loin du bel équilibre d’une Toyota Mirai et très loin du dynamisme d’une Honda Clarity FC. Même le confort n’a pas l’onctuosité de celui des japonaises. Décevant.

Le Nexo n'apprécie pas particulièrement les virages. Dans les courbes serrées le sous virage est assez prononcé

L’armada d’aides à la conduite qui permet, dans certaines conditions, selon le constructeur, une conduite autonome de niveau 4, ne nous a pas non plus convaincu. Par deux fois, notre véhicule d’essai a « oublié » de tourner en virage ce qui aurait pu avoir des conséquences fâcheuses si nous n’avions pas été attentifs et sur une route norvégienne… limitée à 60 km/h.

En revanche, l’image des caméras latérales qui s’affichent à la place des compteurs lorsqu’on actionne le clignotant est une innovation intéressante. Même chose pour le freinage régénératif, réglable selon quatre niveaux par des palettes au volant.

 

Contrairement à beaucoup de véhicules à hydrogène qui émettent un sifflement permanent à cause du compresseur qui gave la pile à combustible en air, le Nexo est plutôt silencieux.

Il tire aussi son épingle du jeu par rapport à la concurrence en matière d’autonomie. Sur notre parcours d’essai avec un peu d’autoroute à 110 km/h et de la route à 80 et 60 km/h, avec quelques accélérations, nous avons consommé 1 kg/100 km d’hydrogène en moyenne. Comme l’auto embarque 6,64 kg d’hydrogène, cela fait 664 km d’autonomie réelle. C’est 150 km de plus que les meilleurs véhicules électriques disponibles à la vente en Europe, qu’ils soient à batterie ou à pile à combustible. En plus, on refait le plein en 5 minutes… à condition de trouver une pompe !

En Norvège où nous avons essayé le Nexo, le kilo d'hydrogène coûte 9,50 €. Malgré ce prix relativement bas (11 €/kg à Paris) le coût kilométrique est 4,5 fois plus élevé qu'un véhicule électrique à batterie

Cependant, les avantages s’arrêtent là. En Norvège où l’hydrogène est bon marché (9,5 €/kg), 100 km en Nexo coûtent en moyenne 9,5 € alors qu’un véhicule électrique à batterie équivalent se contente de 2 € d’électricité sur la même distance.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours