Essai Hyundai Santa Fe hybride rechargeable : sept places, zéro malus
habillage
banniere_haut

Essai Hyundai Santa Fe hybride rechargeable : sept places, zéro malus

À l'occasion de son profond restylage, le vaste Hyundai Santa Fe adopte tous les types d'hybridation : légère, classique et rechargeable. Essai de cette dernière, homologuée à 58 km d'autonomie électrique et seulement 1,6 l/100 km de consommation en cycle mixte. Miracle ou mirage ?

Publié le

Le Santa Fe devient hybride à l'occasion de son restylage. Essai de la version la plus chère, l'hybride rechargeable, disponible au prix de 53 800 € minimum.

Thomas Antoine

HYUNDAI Santa Fe 1.6 T-GDi Plug-In 265 HTRAC BVA6

  • - Moteur : Hybride
  • - Puissance: 265 ch
  • - Lancement : Janvier 2021
  • - A partir de 53 800 €
  • - Ni bonus ni malus

Quand vient l’heure d’un restylage, chaque constructeur use d’une tactique différente. Certains se contentent de modifier la teinte des clignotants, beaucoup intègrent un équipement inédit, d’autres inaugurent un nouveau moteur. Et puis il y a Hyundai. Qui restyle son Santa Fe à peine plus d’un an après son lancement et en profite pour tout changer, du sol au plafond. L’esthétique ? Transfigurée, notamment côté museau qui étend nettement sa calandre. La planche de bord ? Profondément modifiée, avec une console centrale désormais inclinée et dépourvue de levier de vitesses. Quant aux moteurs, ils épousent tous la fée électricité : hybridation légère en diesel (202 ch), hybridation classique en essence (230 ch cumulés) et hybridation rechargeable pour ce Santa Fe Plug-in (265 ch cumulés).

Hyundai Santa Fe 2021
Finition Executive

Si les deux dernières versions partagent le même 1.6 turbo de 180 ch, l’hybride rechargeable bénéficie d’une puissance électrique supérieure (91 ch au lieu de 60 ch) et d’une capacité de batterie décuplée (13,8 kWh au lieu de 1,49 kW). Suffisant pour parcourir 58 km en mode 100 % électrique sur le cycle d'homologation WLTP, contre à peine deux ou trois kilomètres pour le Santa Fe Hybrid 230, dont la propulsion sans émission n’intervient qu’à faible allure. Évidemment, ces nouveaux arguments se paient…


Prix Santa Fe hybride rechargeable

Avec un prix d’appel supérieur à 50 000 €, le Hyundai Sante Fe Plug-in 265 ne peut bénéficier du bonus de 1 000 € alloué aux modèles hybrides rechargeables. Cela n’arrange pas son surcoût face à la version Hybrid 230, fixé à 5 900 € à finition équivalente. L’équipement de série se montre toutefois généreux avec GPS à écran tactile 10,25 pouces, recharge par induction, régulateur de vitesse adaptatif, sellerie cuir et hayon motorisé mains libres dès le niveau Business à 53 900 €, instrumentation numérique 12,3 pouces et hayon motorisé mains libres dès le Creative à 55 200 €, et dotation hautement technologique (affichage tête haute, caméras de stationnement à 360° et de surveillance des angles morts, chauffage du volant et des quatre sièges, ventilation des sièges avant, toit panoramique, correcteur d’assiette arrière…) en niveau Executive à 59 700 €. Une finition haute qui équipait notre Sante Fe d’essai.


Recharge et autonomie

Avec un chargeur embarqué ne tolérant pas plus de 3,5 kW de puissance électrique, la batterie du Sante Fe Plug-in réclame au minimum 3 heures et 30 minutes pour récupérer 100 % de sa charge sur borne publique ou Wallbox. Le ravitaillement sur prise domestique culmine à 6 heures et 30 minutes, mais cela reste suffisant pour recharger les batteries chaque nuit durant les fameuses « heures creuses ». Pour ce faire, il est possible de programmer son heure de départ directement depuis l’écran central tactile ou via l’application smartphone dédiée.

Ravitailler la batterie à 100 % réclame 3 heures et 30 minutes d'attente au minimum.
Le second câble de recharge pour borne publique est facturé 492 € en accessoires.

Une fois repu, le Santa Fe a parcouru 53 km avant de réveiller son moteur thermique sur notre parcours-type (mêlant voies rapides à 110 km/h, routes secondaires limitées à 80 km/h et traversées de villages fluides) dans des conditions favorables : 26° dans l’air, climatisation coupée. Un résultat correct pour un SUV de ce gabarit à transmission intégrale, car supérieur à celui des compacts Volkswagen Tiguan e-Hybrid 245 et Peugeot 3008 HYbrid 225 (46 km), et tout proche de celui du talentueux Ford Kuga 2.5 PHEV 225 (56 km), tous à traction avant. Avec ses quatre roues motrices, le puissant Suzuki Across de 306 ch avait réussi à boucler 66 km grâce à une tout autre capacité de batterie : 18,1 kWh, contre 13,8 kWh pour notre coréen du jour.


Au volant

Batteries chargées, le Sante Fe démarre systématiquement en mode 100 % électrique. Avec 91 ch pour mouvoir 2,2 t, il faut toutefois de la patience pour atteindre les 130 km/h et accélérer très progressivement pour ne pas réveiller le moteur essence, au sommeil plus léger que chez les concurrents. Mieux vaut donc réserver ce mode aux évolutions urbaines et périurbaines, où il garantit une excellente douceur de conduite, aussi servie par la direction très assistée, le confort moelleux sur les dos-d’âne et la bonne insonorisation de l'avertisseur piéton (obligatoire sous 30 km/h et parfois trop audible dans l’habitacle).

Les 4,79 m de long et 1,90 m de large hors rétroviseurs incitent toutefois à quitter les remparts de la cité et à mener le Santa Fe sur un terrain plus adapté : la route. Les performances y apparaissent suffisantes, même quand la voiture roule chargée. Mais la puissance supérieure de 35 ch par rapport au Sante Fe Hybrid 230 ne saute guère aux yeux (aux fesses ?) lors des relances. En cause : le poids supérieur de 200 kg minimum et le couple cumulé de 350 Nm resté identique.

Malgré la présence d’un mode Sport et d’un train arrière assez mobile au lâcher d’accélérateur en appui, il est toutefois rare de vouloir affoler les chronos au volant d’un Sante Fe à sept places, plutôt à l’aise sur les autoroutes rectilignes vers sa destination de vacances. Là, le silence de fonctionnement séduit (peu de bruits d’air ou de roulement), la tenue de cap aussi (malgré un système de conduite semi-autonome dont la trajectoire oscille légèrement). Mais le Santa Fe Plug-in y dévoile hélas son plus gros défaut : une autonomie de citadine.

Entre la consommation à 130 km/h rarement inférieure à 10 l/100 km et le réservoir amputé de quelque 20 l par rapport à l'hybride classique (soit 47 l au total), l'autonomie dépasse difficilement les 450 km sur long trajet et impose de ravitailler dans les coûteuses stations-service d’autoroute. Un détail à bien intégrer avant de sauter le pas pour la technologie hybride rechargeable, idéale sur les brefs parcours quotidiens mais totalement inadaptée pour multiplier les grands voyages à 130 km/h.


À bord du Santa Fe Executive

Si l'agréable écran central de 10,25 pouces vient d'office, l'habillage de la planche de bord en similicuir et l'instrumentation numérique de 12,3 pouces arrivent en finition Creative à 55 200 €. Les sièges avant, ventilés en Executive à 59 700 €, sont de véritables fauteuils.
Les modes de conduite pullulent : électrique, hybride ou Auto pour l'énergie ; Eco, Sport ou Smart pour le profil de conduite ; Neige, Boue ou Sable pour la transmission 4 x 4.
La surveillance d'angle mort déclenche la caméra latérale en cas de danger ou si l'on active les clignotants. Sécurisant, mais l'image se brouille par temps de pluie.
Banquette coulissante et dossiers inclinables réservent un espace et un confort généreux aux places arrière latérales. Comme souvent, l'assise centrale ferme et étroite est moins accueillante.
Les sièges de troisième rang sont aussi voués à du dépannage, car l'espace est mesuré et l'assise très proche du sol. Et si la banquette coulisse facilement, il faut de la poigne pour la remettre en place.
C'est dommage car les passagers du fond bénéficient d'une prise USB, d'une clim' dédiée (en Executive) et de haut-parleurs reliés au micro avant pour faciliter la conversation avec le premier rang.
Le volume de coffre oscille entre 571 et 782 l comme dans les autres Santa Fe. Mais l'espace sous
le plancher disparaît et empêche
de loger les câbles ou le cache-bagages.


La concurrence

Le Peugeot 5008 n’a pas droit à l’hybridation de son petit frère 3008. Les jumeaux Toyota RAV4 et Suzuki Across hybrides rechargeables (53 990 € minimum) jouissent d’une transmission intégrale mais se limitent à cinq places assises. Quant au Seat Tarraco e-Hybrid, il refuse à la fois les quatre roues motrices et la banquette de troisième rang, incompatibles avec sa chaîne de traction hybride rechargeable. En réalité, l’unique concurrent direct du Hyundai Sante Fe Plug-in 265 est aussi son plus proche cousin : le Kia Sorento hybride rechargeable, doté de la même motorisation et dont les prix oscillent entre 54 000 et 62 000 €. Sa garantie supérieure (sept ans au lieu de cinq) et sa déclinaison à cinq places (qui permet d’économiser 1 950 €, voire davantage en finition d’appel Motion à 48 990 €) pourront faire pencher la balance du côté du Kia qui, à l’inverse, ne propose pas les versions hybride non rechargeable et diesel du Hyundai Santa Fe. Chacun ses priorités…

Retrouvez le bilan de l'essai, la fiche technique et les prix-équipements détaillés en page suivante.

Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
jchab657 Le 05/08/2021 - 10:24
Homologué à 1,6l/100, conso réelle autour de 10l...Quelle association de consommateurs va pointer la supercherie des nouveaux cycles WLTP et leurs moyennes pondérées style paté d' alouette ? A part ça bel engin familial.
Voir tous les commentaires (1)