Vous êtes ici :

Essai Infiniti QX30 2.2d (2016) : de la force et du caractère

vue avant Infiniti QX30 2.2d
L'Infiniti QX30 débute à 39 800 €. A ce prix, la table est pleine : diesel de 170 ch, transmission 4x4 et BVA7. Plus une ligne Infiniti reconnaissable entre toutes.

Un SUV à l'allure racée, la proposition n'est pas nouvelle : le Mercedes GLA est bâti sur ce moule. Mais elle sied encore mieux à son proche cousin QX30 : Infiniti a toujours eu la religion des longs capots et des toits bas. En prime, le QX30 coûte moins cher que le GLA.

Voiture à l'essai : Infiniti QX30 2.2d 170 Premium AWD DCT

À partir de
39 800 €
ni bonus
ni malus

Page 1Essai Infiniti QX30 2.2d (2016) : de la force et du caractère 

La collaboration Renault-Mercedes tourne à plein régime. La Mercedes Classe A a donné vie au GLA, sa version SUV. Infiniti, filiale haut de gamme de Nissan, a lancé en janvier dernier la Q30, sa première berline compacte, étroitement dérivée de la Classe A (Lire le match Infiniti Q30 vs Mercedes Classe A). Et maintenant, voici le QX30, sorti du ventre du GLA. Il reprend le gabarit (4,42 m) et la planche de bord de la Q30, ainsi que sa ligne, reconnaissable entre toutes car elle porte la griffe Infiniti : très long capot, calandre grillagée à deux arches, feux minces comme des yeux de félin, vitres latérales hautes et étroites, porte-à-faux arrière court. Pour signer son appartenance à l’univers des SUV routiers, le QX30 hausse un peu son toit (1,52 m, 2 cm de plus que sur la Q30) afin d’augmenter sa garde au sol, élargit ses passages de roues et chausse des sabots protecteurs, à l’avant comme à l’arrière. Déjà, la Q30 attire le regard. Le QX30, lui, l’aimante.

vue arriere Infiniti QX30 2.2d
Porte-à-faux arrière bref, toit en fuite prolongé par un aileron, ceinture de caisse haute, vitrage latéral mince et en arche, vaste sabot argenté, protections de caisse et élargisseurs de roues noirs, jantes de 18 pouces : sous cet angle, le style de l'Infiniti QX30 exprime toute sa puissance.

 

Prix Infiniti QX30

A première vue, la vie semble belle pour Infiniti. Grâce à la Q30, la marque japonaise va franchir en 2016 le cap des 3 000 ventes annuelles en France, et se hisser ainsi parmi les 30 premiers acteurs du marché. Toutefois, à regarder de plus près, la mariée est moins belle : sur
1 400 Q30 diffusées jusqu’à fin août, 710 ont été vendues à des loueurs de courte durée, 260 directement à des concessionnaires et seulement 170 (12%...) à des particuliers ! Une telle politique commerciale accélère l’implantation d’un constructeur dans un pays mais lui coûte très cher : elle ne peut être menée longtemps, ni sur tous les modèles. Dès lors, Infiniti a réduit l’offre QX30 au minimum syndical : un ensemble moteur-boîte-transmission, deux finitions. La gamme Mercedes GLA est d’une toute autre ampleur : sept moteurs, deux boîtes, deux transmissions, six finitions.

A équipement réellement égal, la différence de prix entre Q30 et QX30 est de 1 200 €

Mais tant qu’à vendre peu, autant vendre à bon prix. Le QX30 a choisi dans la banque d’organes du GLA ce qui brille le plus : diesel 170 ch, boîte robotisée double embrayage à sept rapports, et transmission 4x4. Ses tarifs volent donc haut : 39 800 € en finition Premium, 44 370 € sous label Premium Tech. Soit 3 000 € de plus que la Q30 à motorisation et finition égales. Sur la Q30, GPS (1 570 €) et rails de toit (230 €) imposent un détour vers la liste des options. Sur le QX30, ces deux équipements sont de série, ce qui ramène la différence à 1 200 €.

detail vitre de custode Infiniti QX30 2.2d
calandre Infiniti QX30 2.2d

 

Au volant de l’Infiniti QX30

au volant de l'Infiniti QX30 2.2d

Son centre de gravité un peu plus haut n’incite pas le QX30 au roulis. Des réglages raffermis le rendent même paradoxalement plus incisif en courbe que la Q30 dont il est issu. Au détriment du confort, certes, mais rien de dramatique sauf pour qui n’aime pas entendre des remontées de suspensions au passage des inégalités du bitume. Toit posé bas pour un SUV et faible surface vitrée contiennent le poids du QX30 à 1 610 kg. La boîte robotisée en profite pour égrener vivement ses rapports quand elle est menée à la palette, le 2.2 diesel 170 ch pour souffler fort : 8,5 s de 0 à 100 km/h. Sa sonorité est de surcroît agréable : discrétion à régime de croisière, notes virant vers le rauque dans les tours.

La transmission intégrale permanente n’alerte les roues arrière qu’en cas de perte de motricité de l’essieu avant, et le renvoi de puissance est limité à 50%. Autant dire que le QX30 passe le plus clair de son temps en mode traction et ne fera pas la fortune des pompistes : 4,9 l aux 100 km en cycle d’homologation, plus proche de 6,5 l en conditions réelles sur route.

vue arriere Infiniti QX30 2.2d
L'Infiniti QX30 n'est pas taillé pour le baroud. Transmission intégrale, garde au sol de 17 cm et sabots de protection l'autorisent toutefois à gambader sur les chemins.

L’air d’une époque devenue raisonnable sculpte des modèles aux lignes dynamiques, mais au tempérament mou. Le QX30 échappe à ce travers. A l’image du vénéré Infiniti FX de jadis, ses traits annoncent un caractère bien trempé, et son comportement tient cette promesse. Il n’est toutefois pas armé pour le baroud. Avec sa transmission intégrale et 17 cm de garde au sol, le QX30 peut s’aventurer sur les chemins plats. Mais à la moindre ornière ou difficulté, mieux vaut faire demi-tour pour retrouver le bitume, son domaine favori.

 


Dans l’habitacle de l’Infiniti QX30

tableau de bord Infiniti QX30 2.2d
Le design intérieur de l'Infiniti QX30 se distingue par sa fluidité, avec ses deux lignes maîtresses : la casquette de l'instrumentation se prolonge jusqu'au dessus de l'écran, tandis que, plus bas, une seconde vague traverse la planche de bord.

Commençons par le meilleur : le tableau de bord asymétrique, traversé par deux vagues qui se superposent. Du très beau travail, surtout sur le QX30 essayé : finition haute avec cuir recouvrant la planche de bord, et option Style (550 €) à sellerie marron surpiquée de noir. Le propriétaire d’un QX30 sera heureux de le regarder. Et tout aussi heureux de s’asseoir à son volant.

Maintenant, le moyen, conséquence des choix stylistiques audacieux du QX30. Quand un SUV baisse autant son toit, réduit à ce point son vitrage latéral et son porte-à-faux arrière, donne à son hayon la même inclinaison que sur un coupé, il ne peut être l’ami des familles. Les grands gabarits éprouvent aux places arrière un sentiment de confinement, et le coffre n’est pas taillé pour battre des records : 430 l. Il n’offre pas de logement supplémentaire sous son plancher. La modularité est minimaliste : aire de chargement quasiment plane en configuration deux places, trappe à skis, c’est tout.

places arriere Infiniti QX30 2.2d
Pas de problème pour l'espace aux jambes, ni aux genoux. Mais le toit bas en fuite et l'étroitesse du vitrage latéral donnent aux passagers arrière une sensation de confinement. Quant à la place centrale, comme bien souvent, elle est symbolique.
coffre Infiniti QX30 2.2d
Toit posé plutôt bas, hayon fortement incliné, gabarit compact : l'Infiniti QX30 n'est pas le roi du transport de marchandises. Mais son coffre (430 litres) garde une aire de chargement quasi plane quand la banquette est repliée.

Enfin, la déception. A l’observer dans le détail, le QX30 n’offre pas le degré de raffinement attendu d’un véhicule de marque premium et de ce prix. L’écran GPS est petit (7’’). Pas de bouton de démarrage, de vérin pour retenir le capot avant en position haute, de manette pour rabattre les dossiers arrière depuis le coffre, ni de fermeture automatique du hayon. Et la liste des options est trop brève pour compléter le tableau. Par exemple, le toit vitré est fixe (650 €). Sur son très proche cousin GLA, il est panoramique et ouvrant (1 500 €).

ecran multimedia Infiniti QX30 2.2d
toit vitre Infiniti QX30 2.2d

 

Concurrence Infiniti QX30

vue 3/4 arriere Infiniti QX30 2.2d

Avec le même diesel 170 ch, BVR7 et transmission 4x4, le Mercedes GLA 220 d débute bien plus haut que le QX30 : 42 250 €, avec jantes 17’’,
et sans GPS. Mais il est disponible avec des motorisations plus modestes et boîte mécanique (à partir de 31 400 € en 180 d 109 ch, de 33 850 € en 200 d 136 ch). Et sa version 220 d propose une transmission 4x2 (40 550 €). L’Audi Q3 (4,39 m, coffre de 463 l) démarre à 39 560 €
en TDI 184 ch quattro BVR7. Le Land Rover Evoque (4,37 m, 420 l)
à 43 220 € en TD4 180 BVA9. Et le BMW X1 (4,48 m, 480 l) à 41 900 € en 20d 190 ch BVA8. La DS4 Crossback est moins-disante : 37 850 € en HDi 181 ch BVA6. Mais de moindre gabarit (4,28 m, 359 l) et dénuée de transmission 4x4… L’Infiniti QX30 est donc bien placé en prix par rapport à ses rivaux directs, surtout compte tenu de son équipement (GPS, jantes 18’’) et de son impact visuel.

 


Bilan essai Infiniti QX30

vue statique 3/4 avant Infiniti QX30 2.2d

La marche est élevée par rapport à une Q30 qui débute à 26 200 € en
1.6 essence 122 ch et offre peu ou prou les mêmes services. Mais le QX30 doit être regardé comme la version la plus haute de la famille Q30 : 170 ch diesel, BVR7, transmission intégrale, équipement coquet et... petit air de SUV malgré un toit resté bas. A ce titre, son prix n’est pas usurpé. Car le QX30 garde les qualités routières de la Q30, accroît (un peu) son rayon d’action, et épice d’un parfum d’aventure des lignes qui déjà ne manquent pas de caractère. Seul regret : la gamme QX30 est étroite. Quelques options supplémentaires auraient été les bienvenues, à une altitude tarifaire où le client aime avoir le choix.

On aime

feu arrière Infiniti QX30 2.2d

 

  • La ligne : nerveuse, unique,  ravageuse
  • La beauté de la planche de bord
  • Le châssis a de la tenue, le 2.2 D 170 du punch

 

 

 

On regrette

calandre Infiniti QX30 2.2d

 

  • La gamme est étroite : un moteur, une boîte, deux finitions
  • Plusieurs détails ne sonnent pas « premium » :
       petit écran GPS, pas de vérin sous le capot, etc.
  • Revers de son style, le QX30 n’est pas l’ami des familles
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
chrisjean75

J'envisage d'acheter une Infiniti QX30 (2.2 DT) afin d'usage mixte : quotidien et ponctuellement tracter un van 2 chevaux (PTAC 2 tonnes) pour amener ma fille et son amiefaire de l'équitation. En semaine je fais bcp de route et notamment d'autoroute. J'ai lu que la QX30 était bruyante en version diesel. Qui peut me donner un avis d'utilisateur des inconvénients de ce modèle. La mécanique-boite-plateforme-fabrication Mercedes laisse escompter une robustesse du véhicule (ce serait une version éprouvée du moteur mercedes 220D selon le vendeur Infiniti) mais est-ce qu'il tiendra ses promesses confort-fiabilité ? Merci de me faire partager votre expérience

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Infiniti QX30