Essai Kia Ceed (2022) : elle en donne pour son argent

voir les photos
kia ceed
Cette troisième génération de la Kia Ceed est apparue en 2018 et a été restylée fin 2021. La compacte coréenne a bien des arguments à faire valoir dans cette version essence de 160 ch avec finition GT-line Premium.

En dépit de son avantageux rapport prix/équipement et de sa garantie de sept ans, la Kia Ceed ne s'est jamais débarrassée de son statut d'outsider. Le restylage réussi, comme la motorisation essence de 160 ch et la finition GT-line Premium lui permettront-ils de se libérer enfin de ses chaînes ?

Voiture à l'essai : Kia Ceed 1.5 T-GDI GT Line Premium

À partir de
29 890 €
100 € de malus

Page 1Avis et essai Kia Ceed 1.5 T-GDi 160 restylée 

Pas facile de se faire un nom sur le marché européen lorsque vos adversaires se nomment Volkswagen Golf, Peugeot 308, Renault Mégane, Ford Focus ou Seat Leon. La Kia Ceed, en dépit d’indéniables qualités et de trois carrosseries (5 portes, break SW et break de chasse ProCeed), se contente ainsi de jouer les seconds rôles, depuis trois générations déjà, dans la fourmillante famille des compactes. C'est d'ailleurs le cas de bien des berlines asiatiques de cette catégorie (Hyundai i30, Honda Civic, Mazda 3), exception faite de la Toyota Corolla, mise en lumière par sa motorisation full hybrid.
kia ceed restylee 2021
Les nouveaux feux arrière en nid-d'abeilles (uniquement sur les finitions GT-line) apportent une touche d'originalité à la Kia Ceed, assez classique par ailleurs.
 
La coréenne, pour sa part, s’est toujours contentée de suivre sagement les troupes, s’approchant au mieux des références allemandes en termes de qualité, de contenu technologique et de style. Le studio de design à l’origine de la Ceed est d’ailleurs installé près de Stuttgart… Sûrement pas un hasard. Moins « passe-partout » qu’auparavant avec son bouclier et sa calandre plus échancrés, accompagnés de nouvelles optiques au regard frondeur, la Kia Ceed restylée fait également de l’œil aux badauds avec d’originaux feux arrière alvéolés à partir du troisième niveau de finition (GT-line). Peu de changements sont en revanche à noter à bord, hormis du côté des selleries et de l’instrumentation, désormais digitale sur les hauts de gamme. Rien de très original dans l’ensemble, mais les plastiques employés comme les ajustages s’avèrent toujours aussi soignés (la Golf ne fait franchement pas mieux), ce dont personne ne se plaindra…
 

Prix Kia Ceed 1.5 T-GDi 160

Outre sa garantie de sept ans, sans équivalent dans la catégorie, la Ceed se distingue toujours par son très attractif rapport prix/équipement. Kia met le paquet dès le modèle d’entrée de gamme (Motion). Mais elle ne concerne pas notre version essence de 160 ch, qui débute d’emblée en finition Active, à 25 590 €. Celle-ci contentera déjà largement les automobilistes exigeants, avec une belle brochette d’équipements : régulateur de vitesse, climatisation bizone, caméra de recul, permutation automatique codes-phares, écran tactile de 10,25 pouces et connexions Apple CarPlay-Android Auto. La Ceed GT-line (27 490 €) ajoute une touche sportive avec de jolies jantes en alliage de 17 pouces, un volant à méplat, des sièges plus enveloppants et une instrumentation digitale.
kia ceed finition gt line
Kia Ceed restylée
kia ceed Gt 2022
Kia Ceed restylée

Notre modèle d’essai se pare quant à lui de la finition GT-line Premium (29 890 €), gratifiée en sus d’une superbe sellerie cuir-suédine (sièges chauffants et électrique côté conducteur), du système de reconnaissance des panneaux de vitesse, des détecteurs d’angles morts et du freinage automatique en marche arrière, lorsque surgit un vélo par exemple. La totale ou presque ! À noter que, en dépit de l’absence d’électrification, la Ceed 1.5 T-GDi 160 n’est que faiblement affectée par le malus 2022, la punition de Bercy s'échelonnant de 75 à 190 € selon la finition et la transmission (de 129 à 134 g/km de CO2).

 

Au volant

Nous avons testé le tout jeune 1 .5 T-GDI essence de 160 ch, introduit au sein de la gamme Ceed juste avant le restylage, et qui s’intercale entre le 1.0 T-GDI de 100-120 ch et le 1.6 T-GDi de 204 ch. Couplé à la boîte manuelle à six rapports, ce quatre-cylindres turbocompressé s’apprécie pour sa douceur de fonctionnement, sa discrétion en vitesse de croisière et sa bonne volonté en reprises, les 245 Nm de couple compensant en partie l’étagement « à rallonge » de la transmission. Celui-ci a au moins l’avantage de favoriser la consommation, qui a raisonnablement oscillé durant nos essais entre 5,7 l/100 km sur route et 6,8 l en ville. 
 
kia ceed gt line premium
En milieu urbain, justement, le moteur de la Ceed nous a chagrinés par son manque de vivacité en bas du compte-tours. L’embrayage manquant pour sa part de progressivité au décollage, nous nous sommes à plusieurs reprises retrouvés à deux doigts de caler comme des bleus… Le genre de situation embarrassante que l’effet « boost » d’une hybridation légère permet généralement d’éviter. Las, Kia a choisi de s’en passer, alors que la Hyundai i30, qui partage le bloc 1.5 avec la Ceed, bénéficie d’un alterno-démarreur couplé à une batterie de 48 V. Pour davantage de douceur à bas régime, il faudra donc s’en remettre à la boîte DCT7 robotisée (1 500 €), réputée pour sa réactivité et son agrément.
 
Cette petite observation mise à part, la Ceed 1.5 T-GDi 160 n’a pas grand-chose à envier aux cadors de la catégorie. Car, outre sa mécanique « relax », la sud-coréenne profite de suspensions au diapason hormis sur certains obstacles de type saignée ou plaque d’égout, où elles se font parfois plus sèches. Un phénomène surtout perceptible à basse vitesse, mais c’est également le cas au volant de la Peugeot 308, lorsque la monte pneumatique grimpe à 17, voire à 18 pouces. Rien de rédhibitoire au final, d’autant qu’on se régale par ailleurs d’un calibrage de direction à la fois léger et précis, d’une commande de boîte disciplinée et de freins faciles à doser.
kia ceed dimensions
kia ceed gt

Enfin, grâce à une motricité sans faille et à un essieu arrière multibras bien verrouillé, le comportement routier fait preuve d’un bel équilibre, sur route sèche comme sous la pluie. Les aides à la conduite (freinage d’urgence automatique, surveillance des angles morts, etc.) sont en outre suffisamment nombreuses pour que l'on ne se retrouve pas en mauvaise posture. Petit bémol néanmoins : le système de maintien dans la voie manque de douceur dans ses réactions, accentuant l’effet « ping-pong » entre les lignes. Pas très agréable, mais une simple pression sur un bouton de la planche de bord suffit ici à le désactiver.

 

À bord

kia ceed interieur gt line premium
Peu de changements à bord de la Kia Ceed malgré le restylage. Si la présentation reste peu émoustillante, on ne peut néanmoins qu'apprécier le bon sens de l'ergonomie, la grande qualité des matériaux (plastiques moussés à foison) et le sérieux des assemblages, largement dignes d'une Volkswagen Golf.
kia ceed navigation gps
L'écran central tactile de 10,25 pouces (avec Mirror Screen et caméra de recul) figure sur la liste des équipements de série dès le deuxième niveau de finition (Active).
kia ceed sieges avant gt line premium
Habillés de cuir et de suédine, les sièges sport de la finition GT-line ne sont pas seulement sexy. Ils sont aussi très confortables, avec un excellent maintien latéral.
kia ceed places arriere
Les places arrière de la coréenne s'inscrivent dans la bonne moyenne de la catégorie, alors que la Ceed est loin d'être la plus longue des compactes.
kia ceed coffe modularite
Le coffre de la Ceed se classe dans la moyenne basse de la catégorie, avec 395 l. Un bac supplémentaire se loge toutefois sous le plancher (ajustable sur deux niveaux).


Concurrence

La gamme Ceed 1.5 T-GDi 160 débute à 25 590 € en finition Active. Une bonne affaire comparée aux 26 200 € réclamés par la Peugeot 308 1.2 PureTech Active Pack, qui ne propose qu’un trois-cylindres de 130 ch, ainsi qu’un équipement moins riche. Même constat en montant en gamme puisque, même en optant pour la finition la plus onéreuse (GT-line Premium, boîte automatique DCT7), la coréenne se maintient à 31 390 € quand la française tutoie les 35 000 € en livrée GT Line EAT8. Un seuil également frôlé par les Seat 1.5 eTSI 150 DSG7 FR et Renault Mégane 1.3 TCE 140 EDC7 RS Line. 
 
Quant à la Volkswagen Golf 1.5 TSI DGS7 R Line, comptez 37 570 € avec le bloc de 150 ch ! Même Hyundai ne tient pas la distance car la i30 1.0 T-GDi DCT-7 N-Line (120 ch seulement) s’affiche à 32 140 €. Autre surprise de taille, la Ceed « 160 » reste aussi plus abordable que la Ford Focus, dont le prix a flambé depuis son restylage : 33 100 € pour la version 1.0 EcoBoost 155 Powershift ST-Line X… Au final, chez les généralistes, seules la Citroën C4 1.2 PureTech 155 Shine Pack EAT8 (32 150 €) et la nouvelle Opel Astra 1.2 Turbo 130 BVA8 GS Line (30 650 €) parviennent à relever le défi, en compagnie de la Toyota Corolla 1.8 Hybride GR Sport. Mais, à 31 700 €, la japonaise se contente de 122 ch.
 
Découvrez le bilan de l'essai, la fiche technique et les options en page suivante.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
David28

J ai essayé la ceed 3 qui améliore encore les qualités et l efficience de la ceed 2 (qui était meilleure que la 308 II dont la fiabilité était un peu moins pire que la 308 mais avait une interface tactile numerique archaïque et lente ) n a pas a s inquiéter de la 308 III qui vient de sortir et dont les premiers clients vont essuyer les plâtres des nombreux problèmes de fiabilité sur la 1ere année compte tenu de toute la nouvelle technologie embarquée !!! Pour ma part j hésite entre le nouveau kia sportage 2022 hybride rechargeable que je vais essayer dans les prochains jour et le kia ev-6 (plus pratique avec son hayon que la tesla model 3 et moins cher que le model Y). A suivre...

David28

Je me suis débarrassé en 12/2012 de ma peugeot 308 1.6 vti 120ch de 03/2008 pour une kia ceed II 1.6 Crdi 128 ch après une énième panne de ma peu fiable et mollassonne Peugeot à 4 ans et demi et à peine 120 000km. Bien m en a pris, car la kia n a eu aucun problème de fiabilité après 9 ans de bons et loyaux services et près de 170 000 km. La ceed est super équipée pour le meme prix qu une 308 moyenne gamme qui n est garantie que pendant 2 pauvres années, car au-delà la voiture tombe en lambeaux avec des pannes à répétition plus ou moins graves du genre régulateur de vitesse qui bug (danger grave de sécurité), catalyseur hors service à 55 000 km et 2 ans 2 mois, avec royal fuck de Peugeot et 0€ prise en charge pour un vice caché connu dont le remplacement coûte près de 1000 euros) , bobine d allumage, CD restant bloqués dans le chargeur 5 cd, ... sans oublier la boite 5 vitesses et la cartographie moteur sans turbo et le couple catastrophique contrairement à la BMW avec le même moteur bien plus efficiente. Bref après 4 Peugeot 205, 206 x 2, cette 308 de m... fut ma dernière et je ne rachèterai jamais de ma vie la moindre Peugeot thermique, hybride et électrique car ce sont des voitures chères, peu fiables qui vieillissent trop vites et mal à cause des acheteurs cost killers qui détruisent le travail des ingénieurs en étranglant les fournisseurs et sous-traitants par des prix d achat trop bas qui se répercutent sur la mauvaise qualité et fiabilité des pièces. Je n oublirais jamais la réponse pitoyable, indigne hautaine du service relation clients. Cette politique commerciale désastreuse a mené le groupe à la faillite sauvé in extremis par une entrée au capital de l l'etat français et d un groupe automobile chinois! Les 2008 208 Corsa ds3 crossback électriques sont peu efficientes et ont des autonomies ridicules alors qu elles sont à peine moins chères qu une tesla modèle 3, référence en fiabilité, efficience et en technologie. Meme La viellissante zoé ridiculise la e-208 en rapport qualité prix autonomie et volumes de vente, et tout en étant made in France

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Kia Cee'd