Vous êtes ici :

Essai Lexus ES 300h : la berline hybride pour changer du diesel

Page 2Essai Lexus ES 300h : la berline hybride pour changer du diesel 

essai Lexus ES 300h

La Lexus ES sera disponible qu’avec la mécanique hybride de 218 ch en France qui combine un moteur essence 2.5 de 178 ch et un bloc électrique de 120 ch. Silencieuse dans les toutes phases de manœuvres ou à basse vitesse (un vrai bonheur en ville), la mécanique tracte la japonaise avec un certain entrain sur la route. Les transitions essence-électricité imperceptibles et l’absence d’à-coups de transmission apportent standing et douceur à la conduite. Dommage, Lexus n’arrive toujours pas à lisser le phénomène d'emballement du moteur lors des sollicitations plus soutenues pour se relancer en sortie de virage, doubler ou s’insérer sur une voie rapide. Il y a donc toujours une déconnection gênante entre le bruit du moteur et l’accélération ressentie.

essai Lexus ES 300h
essai Lexus ES 300h

Aux allures usuelles, tout rentre dans l’ordre et c’est d’ailleurs à rythme de sénateur que la Lexus ES donne le meilleur grâce à son confort royal et ses commandes souples.  La bienveillance de la nouvelle suspension adaptative (à partir de F-Sport) est à ce titre remarquable surtout qu’elle offre aussi un bon maintien de caisse. La Lexus ES F-Sport ne s’écrase donc pas sur ses roues dans le premier virage et elle se montre bien stable dans les grandes courbes abordées à vive allure. Dans les portions plus sinueuses, le dynamisme n’est pas au rendez-vous à cause d’un train avant trop lent dans les changements de cap et d’une direction qui ne laisse pas percevoir au conducteur le travail des roues.

au volant de la Lexus ES 300h
Lexus ES 300h en virage

La luxueuse japonaise laisse aux allemandes l’avantage d’une conduite plus savoureuse sur route, mais elle prend l’avantage en ville grâce à son silence dû à la coupure du moteur thermique pendant près de la moitié du temps sur un parcours urbain. Il restera à confirmer sa consommation lors d’un test routier plus long, mais les premières indications relevées sont encourageantes avec environ 7 l aux 100 km sur un court trajet effectué sur le réseau secondaire. On est donc pas loin des grandes routières diesels qui ne bénéficient plus de l’avantage du prix du carburant à la pompe.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Lexus ES