Vous êtes ici :

Essai Mercedes C200 2018 : que vaut la Mercedes Classe C électrifiée ?

Mercedes C200 2018
Déjà disponible à la commande, la Mercedes C200 restylée se reconnaît au dessin renouvelé de l'intérieur des phares. Les prix démarrent à 44 800 €.

Ce n'est pas un petit restylage que la Mercedes Classe C entreprend pour 2018. Nouveaux moteurs, nouveaux équipements, gamme simplifiée : tout change ou presque. Nous avons mis à l'épreuve la C200 dotée pour la première fois d'un 1,5 litre essence électrifié de 184 ch.

Voiture à l'essai : Mercedes-Benz Classe C 200 184ch Avantgarde Line 9G-Tronic

À partir de
44 800 €
1 050 € de malus

Page 1Essai Mercedes C200 2018 : que vaut la Mercedes Classe C électrifiée ? 

Certes, Mercedes s’est surtout fait remarquer ces dernières années par ses SUV, sa petite Classe A et ses dérivés. Mais les berlines restent au cœur de son ADN et plus particulièrement la Classe C, son modèle le plus vendu dans le monde. Même en Europe ou ce type de carrosserie traverse une mauvaise passe, elle reste incontournable pour les sociétés. Avec la remontée des consommations homologuées induites par le nouveau cycle WLTP, les prix en hausse des carburants et une fiscalité écologique de plus en plus impitoyable, les berlines traditionnelles, plus fines et moins énergivores, vont retrouver des couleurs face aux SUV, de plus en plus mal vus par les gestionnaires de flottes.

Mercedes C200 2018
La définition de notre Mercedes Classe C d'essai ne sera pas proposée en France, où l'étoile en bout de capot n'est plus de mise. Dommage !

C’est dire si Mercedes a intérêt à maintenir sa championne au goût du jour. Son restylage n’a donc rien d’anodin puisqu’il affecte près de 50 % de ses pièces. Si la proportion est aussi importante, c’est parce que de très nombreux moteurs sont remplacés. Désormais, seuls les modèles AMG ont droit à des multicylindres tandis que le quatre cylindres diesel est renouvelé par une nouvelle version du bloc OM 654 : 1.6 de 122 ch sur C180d et 2.0 de 150 ch sur C200d. Du côté des moteurs essence, l’électrification est en marche avec l’arrivée d’un alterno-démarreur capable d’assister le moteur thermique au démarrage sur la C200, dotée d’un nouveau quatre cylindres 1.5. C’est cette dernière version forte de 184 ch que nous avons choisie pour notre essai.

 

Prix Mercedes-Benz Classe C200

Si vous trouvez les Mercedes-Benz trop chères, ce n’est pas la Classe C restylée qui va vous convaincre du contraire. La filiale française a en effet choisi de simplifier considérablement sa gamme et de supprimer sa finition d’accès et même la motorisation C160 qui était proposée à partir de 31 000 €. Le ticket d’entrée est donc désormais placé à 38 000 € pour la C180 Avantgarde. Quant à notre C200, elle n’est disponible qu’à partir de 44 800 € avec cette même finition. Comme il se doit, Mercedes-Benz justifie cette augmentation par une dotation en hausse avec l’arrivée en série de la caméra de recul, d’un nouvel écran multimédia de 10,25 pouces et du suivi du véhicule à distance.

Mercedes C200 2018

Même à ce prix, le catalogue d’options reste un passage obligé. Ainsi les inserts de bois sont facturés 400 € ou encore l’avertisseur d’angles morts 950 €. La Classe C propose surtout un nouveau système de packs « Premium » (3 300 €) et « Premium Plus » (6 100 €). Le premier inclut le combiné d’instrumentation numérique - une nouveauté -, les sièges chauffants, les rétroviseurs rabattables électriquement ou encore la recharge de smartphone sans fil. Il faut en passer par le deuxième pour s’offrir l’accès mains libres, le toit ouvrant panoramique et le système audio haut de gamme. Bref, sortez votre portefeuille !

 

Au volant de Mercedes-Benz Classe C200

Mercedes C200 2018

Elle a tardé à venir, mais l’électrification est désormais une réalité de plus en plus prégnante chez les constructeurs allemands. Après la CLS 460, c’est au tour de la Classe C de recourir à un système d’alterno-démarreur entraîné par courroie et relié à un réseau de bord 48 volts. Ce système permet d’éteindre régulièrement le moteur pendant le roulage, notamment dans les situations de décélération. Il assiste le moteur thermique dans les phases de « décollage » grâce à un surcroit de puissance de 14 ch. Pas question donc de les ajouter aux 184 ch annoncés : l’assistance n’intervient qu’à très bas régime.

Mercedes C200 2018

Bien entendu le principal objectif de ce système est encore et toujours de réduire la consommation. Cependant, à la conduite, il se manifeste par le fonctionnement presque imperceptible du Stop&Start, ce qui s’avère très confortable. L’assistance du moteur électrique est elle peu perceptible mais participe sans doute à la sensation de souplesse conférée par le petit 1.5. Ce quatre cylindres se révèle à la hauteur de la tâche, d’autant que nous l’avons mis à l’épreuve sur les autoroutes allemandes où il brille par ses reprises, même à haute vitesse.

Mercedes C200 2018

Malgré ses 184 ch, n’en attendez pas pour autant un caractère de feu. Même s’il délivre sa puissance maximale à un régime relativement élevé, il s’agit bien d’un moteur turbo classique, plus à l’aise à mi-régime que dans les tours. Un caractère qui convient bien à la Classe C, qui joue avant tout sur le confort et la sécurité. Il s’agit d’une propulsion très sage, qui préfère toujours le sous-virage à la limite et se caractérise par son insonorisation raffinée. Et c’est tant mieux, car la sonorité un peu résonnante du moteur n’a rien de noble.

La boîte automatique à 9 rapports douce et rapide participe à l’impression de confort. Il faut cependant actionner le mode Eco pour tirer le meilleur du système puisque ce n’est que dans ces conditions que le moteur coupe automatiquement à basse vitesse. Ces interruptions sont aussi imperceptibles que nombreuses et n’altèrent pas le confort de marche. Malheureusement, nous n’avons pas pu rouler suffisamment pour en évaluer le bénéfice en termes de consommation.

 

A bord de la Mercedes-Benz Classe C200

 Mercedes C200 2018La planche de bord de la Mercedes Classe C restylée n'évolue qu'à la marge mais l'interface multimédia a été entièrement revue. L'écran central n'est pas tactile et se manipule avec un système de molette et de pad assez complexe.

Mercedes C200 2018
Nouveauté du restylage, le volant, qui introduit des mini « pads » qui permettent de sélectionner avec les pouces les différents menus.
Ecran central de 10,25 pouces pour le GPS/Multimédia et instrumentation digitale pour les compteurs sont les nouveautés de la Classe S restylée.
Mercedes C200 2018
Pas d'évolution à l'arrière de la Mercedes Classe A ou l'habitabilité apparaît correcte, sans plus.
Compte tenu du gabarit de la Mercedes Classe C, son volume de coffre apparaît satisfaisant.

 

Concurrence Mercedes-Benz Classe C200

Les concurrentes les plus directes de la Classe C restylée sont connues comme le loup blanc : il s’agit bien sûr de l’Audi A4 et de la BMW Série 3. La première devrait bientôt bénéficier elle aussi d’un restylage tandis que la deuxième va carrément être entièrement renouvelée à la fin de l’année. Aucune ne propose pour l’instant de système électrifié capable de rivaliser directement avec la C200.

BMW Série 3
Audi A4
BMW Série 3

La 320i qui offre la même puissance que la C200 affiche cependant pour l’instant un taux de CO2 de 128 g/km nettement inférieur car elle est encore épargnée par les normes WLTP. Même topo pour l’Audi A4 2.0 TFSI Ultra avec ses 122 g/km. Les deux allemandes sont par ailleurs accessibles à des tarifs un peu plus raisonnables que la Mercedes : il faut compter 41 830 € pour une A4 2.0 TFSI 190 ch Design et 40 350 € pour la BMW 320ia Lounge. Notons enfin qu’elles sont disponibles en boîte manuelle contrairement à la C200.

Jaguar Xe
Peugeot 508
Jaguar Xe

En France, la Classe C doit désormais compter avec une concurrente sérieuse, la Peugeot 508, qui, ironie de l’histoire, propose un moteur un peu plus gros (1.6) de 180 ch disponible à partir de 40 000 € en finition GT Line, nettement mieux dotée que la Classe C Avantgarde. Et si elle ne propose pas de micro-hybridation, ses émissions de CO2 sont inférieures de 13 g/km, de quoi économiser 617 € de malus. Citons enfin les concurrentes « premiums » que sont la Jaguar Xe 2.0 T forte de 200 ch mais desservie par son malus de 1 490 € ou encore la nouvelle Volvo S60 qui va être dévoilée cet été.

 

Bilan essai Mercedes-Benz Classe C200

Mercedes C200 2018

Confortable, bien motorisée, sécurisante, silencieuse et bien finie, la C200 correspond à l’idée qu’on peut se faire d’une Mercedes traditionnelle. C’est bien le moins que l’on puisse attendre d’une auto proposée à un tel tarif, qui n’atteint cependant pas la perfection. Intéressant sur le papier et agréable à utiliser au quotidien, son système hybride devra attendre la remise à plat complète des mesures d’émissions de CO2 de tous les modèles du marché de septembre à janvier prochains pour démontrer sa pertinence sur le plan fiscal. En attendant, le choix de l’Etoile n’apparaît pas forcément comme le plus rationnel sur ce segment : les concurrentes moins pénalisées par le malus écologique et dotées d’un rapport prix équipement plus favorable sont encore légion.

On aime

  • Confort
  • Silence de fonctionnement
  • Finition

On regrette

  • Prix élevé
  • Malus substantiel malgré l’hybridation
  • Ergonomie complexe
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
beniot9888

Je trouve que ces jantes sont laides et manquent d'élégance. Mais je suis sur que le configurateur Mercedes regorge de choix pour que chacun puisse se faire une voiture à son goût. Par contre, je suis assez surpris qu'en 2018, Mercedes ne propose toujours pas d'écran tactile à son système multimédia. C'est peut être un détail, mais celui là, on l'a sous le nez en permanence.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Mercedes-Benz C