Essai Mercedes Classe S Cabriolet (2016) : le plus Classe des transats

voir les photos
vue avant Mercedes Classe S Cabriolet
La Classe S Cabriolet conserve les lignes sculpturales de la Classe S Coupé. En version S500, ici à l'essai, le grand cabriolet Mercedes est facturé à partir de 153 900 € !

Remplaçante du CL, la Classe S Coupé se décline désormais en version Cabriolet pour bronzer avec raffinement. Mais le soleil est d'or à bord de ce grand cabriolet Mercedes.

Page 1Avis et essai Mercedes Classe S Cabriolet 

Reposant sur la base de la version Coupé, la Classe S Cabriolet conserve la même ligne très élégante mais avec une capote souple à triple couche disponible en plusieurs coloris. Grâce à l’utilisation massive d’aluminium sur toute la partie arrière du véhicule, les ingénieurs Mercedes ont pu renforcer la rigidité structurelle de cette version découvrable en limitant la prise de poids à 25 kilos. Autant dire une paille sur une voiture de 2,1 tonnes… à vide. 

 

Prix Mercedes Classe S Cabriolet

Accessible à partir de 153 900 € en version 500, la Classe S Cabriolet doit s’acquitter d’un malus de 8 000 € en France pour atteindre 161 900 €. A ce prix, elle reçoit heureusement un équipement de série pléthorique. Parmi les éléments de confort, on trouve des suspensions pilotées pneumatiques, dites AIRMATIC, ainsi que d’imposants sièges chauffants, massants et ventilés. Ces fauteuils intègrent également un chauffage de nuque et sont capables d’adapter leur maintien latéral selon le rythme de conduite. Le niveau de sécurité active figure aussi à la pointe du progrès avec un système de freinage automatique d’urgence pouvant fonctionner à plus de 100 km/h.

vue arrière Mercedes Classe S Cabriolet
La version S500 de la Mercedes Classe S Cabriolet se reconnaît à sa double sortie d'échappement plus discrète que celle des version AMG.

Sur cette version cabriolet, la climatisation automatique bizone Thermotronic a été optimisée pour maintenir la température à bord en position capotée ou décapotée sans intervention du conducteur. Côté consommation, l’ordinateur de bord indiquait une moyenne de 15 litres durant notre parcours sur autoroute et départementale, ce qui paraît honorable au regard du poids et des performances de ce vaisseau amiral.

Mercedes Classe S Cabriolet verion AMG

La Classe S Cabriolet se décline aussi en version 63 AMG 4MATIC, avec un V8 5.5 biturbo de 585 ch et quatre roues motrices (202 600 €) ou 65 AMG avec un V12 6.0 biturbo de 630 ch (265 900 €).

 

 

Au volant de Mercedes Classe S Cabriolet

au volant de la Mercedes Classe S Cabriolet

Le V8 4.7 biturbo se caractérise avant tout par sa grande discrétion et sa souplesse de fonctionnement sans la moindre vibration. Il n’y a qu’à pleine charge que l’échappement émet une sonorité plus virile, mais toujours très feutrée. Les 700 Nm de couple disponibles dès 1 800 tr/min propulsent la bête avec entrain histoire de ne pas traîner au feu vert et dépasser rapidement les indiscrets. La boîte automatique à neuf rapports se fait totalement oublier et participe à l’immense douceur de conduite. Le mode manuel n’offre toutefois guère d’intérêt, d’autant que le mode automatique reprend vite les commandes à l’approche du rupteur ou à bas régime.

vue avant Mercedes Classe S Cabriolet

Sur parcours sinueux, l’antidérapage ESP intervient finement sur les freins pour proposer un comportement neutre très rassurant. L’amortissement pneumatique assure un maintien de caisse optimal quel que soit le rythme adopté, mais peut tout de même être ajusté à la demande selon deux modes (Sport ou Confort). Ces suspensions très efficaces qui s’ajoutent aux épais fauteuils donnent la sensation de surfacer les chaussées dégradées. Sur autoroute, la voiture, insensible au vent latéral, est aussi stable qu’un TGV. Les immenses disques de frein parviennent à ralentir aisément ce yacht sur quatre roues même lancé à grande vitesse.

detail Mercedes Classe S Cabriolet
Optionnel, le pare-vent automatique AirCap nuit à la ligne sublime de la Classe S Cabriolet et génère des bruits d'air sans atténuer les remous aux places avant.

La capote à triple épaisseur ne laisse pas passer le moindre sifflement d’air et se déploie automatiquement en moins de 17 s jusqu’à 60 km/h. En position ouverte, les remous d’air se font totalement oublier aux places avant, même à 130 km/h. Le système Aircap (1 200 €), qui déploie un saute-vent au dessus du pare-brise, ajoute des bruits aérodynamiques et semble dès lors totalement superflu.

 

A bord de la Mercedes Classe S Cabriolet

tableau de bord Mercedes Classe S Cabriolet
A l'intérieur de la Mercedes Classe S Cabriolet, la finition est impeccable, mais les écrans numériques sont mal intégrés dans la planche de bord aux courbes sensuelles.

Si la Classe S Coupé se contente de 400 litres de volume de coffre, la version Cabriolet perd encore 50 litres pour afficher 350 litres en mode capoté et 250 litres en position décapotée. Pour une voiture de plus de 5 m de long, c’est franchement décevant même si la clientèle de ce genre de voiture fréquente peu les campings. Pour tenter de compenser ce modeste volume, les ingénieurs ont conservé la trappe à skis et installé un rideau de séparation des bagages automatique. A l’arrière, les deux places sont confortables malgré la présence d’un dossier assez droit, mais mieux vaut ne pas dépasser les 1,75 m avec la capote fermée.

places arrière Mercedes Classe S Cabriolet
Deux adultes peuvent s'installer à l'arrière lorsque le cabriolet Classe S est décapoté. Mais avec la capote en place, la garde au toit est limitée.
coffre Mercedes Classe S Cabriolet
Le cache-bagages permettant de délimiter la zone de rangement du toit est automatique. Mais le volume de chargement est alors restreint.

C’est donc surtout aux places avant que la Classe S Cabriolet s’apprécie pleinement grâce à ses fauteuils cossus qui peuvent s’accompagner en option d’un volant et d’accoudoirs chauffants. Le cuir surpiqué de très haute qualité, les aérateurs cerclés d’aluminium ou encore le cristal Swarovski sur la trappe de rangement, dégagent une ambiance très luxueuse et l’ajustage minutieux des matériaux laisse pantois. Mais les deux immenses écrans rectangulaires contrastent avec les courbes sensuelles de la planche de bord et l’ergonomie laisse à désirer. Les nombreux boutons disséminés un peu partout en plus d’une molette centrale nécessitent un long temps d’accoutumance ou une bonne formation. Un grand écran tactile regroupant toutes les fonctions, comme dans une Tesla Model S ou un Volvo XC90, serait mieux approprié.

places avant Mercedes Classe S Cabriolet

 

Concurrence Mercedes Classe S Cabriolet

profil Mercedes Classe S Cabriolet

Difficile de trouver des concurrentes directes de la Mercedes Classe S Cabriolet qui figurent parmi les plus grands cabriolets derrière la Rolls-Royce Phantom Drophead cabriolet (5,62 m !). La principale rivale de l’allemande demeure la BMW 650i cabriolet et son V8 biturbo de 450 ch couplé à une boîte automatique à 8 rapports. La bavaroise revendique des performances identiques (4,6 s sur le 0 à 100 km/h) et offre un peu plus de coffre (de 300 à 350 litres) malgré sa taille plus courte (4,90 m contre 5,03 m). La Série 6 n’est certes pas aussi luxueuse et confortable mais se révèle moins lourde (2 005 kg) et surtout nettement moins chère avec un tarif débutant à 107 000 €.

La Classe S Cabriolet vient aussi titiller la Bentley Continental Cabriolet.  Avec sa transmission intégrale et son moteur « d’entrée de gamme » V8 4.0 de 507 ch, l’anglaise proposée à 200 700 € (hors malus), rivalise toutefois plutôt avec la Classe S Cabriolet 63 AMG de 582 ch facturée 202 600 €. La Continentale est plus courte que la Classe S (4,81 m contre 5,03) mais plus lourde (2 470 kg contre 2 185 kg pour la S 63 AMG) et n’offre que de 260 litres de coffre.

 

Bilan essai Mercedes Classe S Cabriolet

profil Mercedes Classe S Cabriolet

Le cabriolet Classe S 500 propose sans doute l’un des meilleurs niveaux de confort tant en termes d’insonorisation que de filtration du revêtement. Sa finition impeccable et son niveau de sécurité active et passive mérite des éloges. Mais malgré sa taille et son poids colossaux, il ne répond qu’aux attentes de deux personnes et mériterait une ergonomie plus intuitive pour bien exploiter ses multiples fonctionnalités. 

On aime

  • La ligne et la finition
  • Le confort et l’insonorisation
  • Les performances et la sécurité

On regrette

  • Le rapport encombrement/habitabilité
  • Le coffre au volume réduit
  • L’ergonomie des commandes trop complexe
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Mercedes-Benz S