Essai Mercedes GLC 300de (2022) : l'hybride rechargeable longue distance
habillage
banniere_haut

Essai Mercedes GLC 300de (2022) : l'hybride rechargeable longue distance

La seconde génération du Mercedes GLC fait son entrée et compte bien marquer sa différence, notamment dans sa version hybride rechargeable diesel qui promet plus de 100 km d'autonomie électrique. Première prise en main.

Par Léo Mingot
Publié le Mis à jour le

Le nouveau Mercedes GLC est d'ores et déjà disponible à la commande en version diesel. Pour le modèle PHEV diesel, il faudra encore patienter jusqu'au mois de décembre.

DR

Fini le temps où le nom de Mercedes s'associait dans l'imaginaire collectif à de grosses et confortables berlines. En effet, ces deux dernières années, le modèle le plus vendu dans le monde pour la marque à l'étoile était le SUV GLC. Et c'est sans doute pour cela que Mercedes a préféré ne pas bouleverser le style de son best-seller au moment de son renouvellement. L'évolution de cette seconde génération ne saute pas aux yeux, et les différences les plus notables se situent au niveau des optiques, globalement affinées. L'allure générale du véhicule s'adoucissant, ce nouveau GLC pourrait presque sembler moins massif que son prédécesseur. Il gagne pourtant 6 cm en longueur, s'étirant désormais sur 4,72 m, alors que sa hauteur a été très légèrement diminuée, de 4 mm. Dans le même temps, l'aérodynamisme progresse, avec un Cx passant de 0,31 à 0,29.

Media Image
Image

Le nouveau GLC mise beaucoup sur l'hybride rechargeable, qui représentait déjà les trois quarts de ses ventes sur l'ancien modèle.

DR

Media Image
Image

Le style évolue tout en douceur sur cette seconde génération, qui se rapproche un peu des modèles électriques.

DR

Sous cette carapace qui apparaît plutôt familière, les nouveautés sont malgré tout assez prononcées. Au-delà de l'aménagement intérieur qui se modernise franchement et se rapproche de celui des dernières productions de la marque, comme la Classe C ou même l'EQE, l'offre de motorisations marque également de nettes évolutions. Alors que l'ancien modèle se vendait en majorité dans ses versions hybrides rechargeables (PHEV), le nouveau GLC mise naturellement beaucoup sur cette technologie. En France, trois versions PHEV seront disponibles : les modèles 300e de 313 ch et 400e de 381 ch qui carburent à l'essence, ainsi que le 300de qui développe 335 ch et s’abreuve au gazole. Si le fait de proposer le choix du carburant sur des véhicules de ce type est déjà peu commun, le plus surprenant demeure toutefois les autonomies électriques annoncées, dépassant dans tous les cas les 100 km en cycle WLTP.

Cette belle performance est permise par la batterie qui, avec 31,2 kWh, présente une capacité record pour des véhicules hybrides. Cet accumulateur, qui équipe déjà les versions PHEV des GLE et GLE coupé, affiche pratiquement la même capacité que celui d'une Volkswagen e-up (32,3 kWh), alors que cette dernière est un modèle 100 % électrique. Enfin, le nouveau GLC propose toujours en entrée de gamme une version diesel 220d de 197 ch, désormais épaulée par un système micro-hybride 48 V. Notons que l'ensemble des motorisations, micro-hybrides ou hybrides rechargeables, repose sur des blocs quatre cylindres de 2 l de cylindrée.

Prix Mercedes GLC

Les prix du nouveau GLC démarrent à 60 700 € en version diesel 220d avec la finition Avantgarde Line. Concernant la version hybride rechargeable diesel qui nous intéresse aujourd'hui, celle-ci sera disponible à la commande dès le mois de décembre en France. Mais ses tarifs n'ont pas encore été définis. Toutefois, si l'on se fie au supplément réclamé par le PHEV sur le grand frère GLE et que l'on prend en compte la capacité record de la batterie de ce GLC, on peut tabler sans trop se tromper sur un surcoût s'approchant des 10 000 €. Ainsi, le tarif de base du GLC 300de devrait sans aucun doute dépasser les 70 000 €.

Media Image
Image

Les prix du GLC diesel démarrent à 60 700 €. Pour les versions PHEV, il faudra sans doute consentir un gros supplément.

DR

Media Image
Image

L'instrumentation digitale de 12,3 pouces est bien entendu de série sur tous les modèles et s'associe à l'écran central de 11,9 pouces.

DR

Double avantage de l'hybride rechargeable, le GLC 300de n'est pénalisé par aucun malus, ni pour le CO2 malgré sa puissance généreuse de 335 ch, ni pour le poids en dépit de sa masse colossale frôlant les 2,5 t. Tous les GLC disposent d'un équipement assez fourni, comprenant notamment l'instrumentation numérique de 12,3 pouces avec l'écran central de 11,9 pouces ou encore le hayon avec ouverture électrique, tandis que les modèles hybrides rechargeables bénéficient de certains raffinements techniques comme la suspension pneumatique Airmatic, qui se voit associée aux roues arrière directrices. Le détail des dotations de ces versions PHEV n'est toutefois pas encore défini pour la France.

L'autonomie électrique du GLC 300de, muni de sa très grosse batterie, fait office de record pour la catégorie, avec une fourchette annoncée entre 112 et 128 km en cycle mixte WLTP. De plus, grâce à un chargeur 60 kW optionnel, il sera possible de profiter des bornes de charge rapide de type Ionity et ainsi de faire le plein d'électrons en 30 minutes environ. Pour la recharge en courant alternatif sur une prise murale de type Wallbox, le GLC pourra compter sur un chargeur 11 kW qui sera normalement fourni de série.

Au volant

Media Image
Image

Avec la batterie totalement rechargée, le GLC 300de offre presque un agrément de voiture électrique et permet de rouler plus de 100 km sans consommer une goutte de carburant.

DR

Une autonomie électrique dépassant largement les 100 km sur un hybride rechargeable : voilà une promesse qui a de quoi retenir l'attention, avec la perspective pour de nombreux conducteurs de ne pas consommer la moindre goutte de carburant en utilisation quotidienne. Mercedes a fait en sorte que nous puissions vérifier facilement ce chiffre, puisque la première partie de notre essai nous a permis de parcourir 126 km en empruntant essentiellement des voies rapides et routes nationales très fluides, en partant évidemment avec la batterie pleine. En adoptant une conduite plutôt souple et en respectant les limitations de vitesse (généralement entre 80 et 120 km/h), nous avons ainsi pu parcourir 124 km en tout électrique, alors que la consommation s'affichait à 18 kWh/100 km et que l'ordinateur de bord annonçait encore 5 km d'autonomie restante. À noter que nous sommes restés sur le mode de conduite Hybrid, qui conserve au maximum la propulsion électrique, à condition de garder le pied léger.

Le SUV à l'étoile tient donc ses promesses en termes d'autonomie électrique, mais il est vrai que la chose ne semblait pas trop difficile à réaliser étant donné la taille de la batterie. Seulement, cumuler moteur thermique et grosse batterie ne présente pas que des avantages, et ce GLC hybride diesel apparaît plus que jamais en surpoids, avec 2 415 kg avoués sur la balance. L'écart par rapport à la version diesel 220d s’élève ainsi à 415 kg, tandis que l'ancien GLC 300de, certes pourvu d'une batterie nettement plus modeste (13,5 kWh), se montrait 365 kg moins lourd. Par conséquent, si l'on souhaite bénéficier des belles performances de l'engin (0 à 100 km/h annoncé en 6,4 s) et que l'on se décide à hausser le rythme sur une route de montagne en sollicitant fortement le quatre-cylindres diesel, la consommation de carburant peut s'envoler et dépasser nettement les 15 l/100 km.

Media Image
Image

En haussant le rythme, le GLC ne se désunit pas et demeure rassurant en toutes circonstances. En revanche, la consommation augmente nettement et nous rappelle les 2,4 t du colosse.

DR

Ainsi, ce SUV illustre parfaitement le paradoxe affiché par la plupart des véhicules hybrides rechargeables haut de gamme : la promesse d'une autonomie électrique confortable nécessite l'utilisation d'une grosse batterie en plus du bloc thermique et induit forcément une masse élevée, alors que cette dernière implique le besoin d'une puissance généreuse afin d'offrir des performances à la hauteur du tarif réclamé. Seulement, si l'on désire exploiter ce haut potentiel, on perd alors tout le bénéfice apporté par l'hybridation. Heureusement, le GLC dispose sur cette version d'une suspension pneumatique qui lui permet de garder la tête haute lorsqu'on le chahute dans le sinueux et ne trahit pas trop son important embonpoint. Bien qu'il soit logiquement un peu pataud, le SUV ne se laisse pas aller à un sous-virage excessif et limite ses mouvements de caisse, pour peu que l'on ait sélectionné le mode Sport qui raffermit la suspension. On remercie également la transmission intégrale 4Matic, qui optimise la répartition du couple entre les essieux, ainsi que les roues arrière directrices.

Le mode Sport améliore en outre le ressenti de la direction, un peu trop artificiel à l'origine, mais agace rapidement par sa gestion de la boîte automatique à neuf rapports qui favorise inutilement les hauts régimes. Au final, c'est le mode Individual qui permet de trouver le meilleur compromis, en conservant la direction et la suspension du mode Sport tout en cochant la case Hybrid pour le groupe motopropulseur. Car, bien que le confort de suspension soit irréprochable, il arrive que l'on ressente des ondulations, notamment à haute vitesse, en raison d'une souplesse un peu excessive. Avec le réglage Sport, ces mouvements disparaissent, tandis que le confort demeure optimal. Enfin, comme c'est le cas sur de nombreux véhicules électriques et hybrides, le dosage des freins se montre particulièrement déroutant en raison d'une pédale qui paraît spongieuse et une consistance qui semble différente à chaque freinage. Cela s'avère encore plus perturbant lorsque le mode de récupération d'énergie « D auto » est enclenché (plusieurs modes peuvent être sélectionnés via les palettes derrière le volant). Celui-ci a pour but de s'adapter à la conduite et d'anticiper les phases de décélération. Mais il arrive du coup que la pédale soit déjà en partie enfoncée alors que l'on s'apprête à freiner. Une sensation vraiment déstabilisante !

À bord

En pénétrant dans ce nouveau GLC, la surprise sera de taille pour le propriétaire de l'ancien modèle, tandis que les habitués de la récente Classe C se sentiront comme chez eux. En effet, l'aménagement intérieur apparaît très proche de celui de la berline. On retrouve notamment au centre de la planche de bord le gros écran vertical et flottant de 11,9 pouces, surplombé de trois aérateurs oblongs. L'instrumentation numérique est bien entendu de série quelle que soit la version. Elle profite d'une très belle qualité d'affichage, tout comme l'écran central. Par ailleurs, le tableau de bord pourra se voir complété par un affichage tête haute (sans doute en option), mais celui-ci n'était pas présent sur les véhicules d'essai.

Si l'interface du système MBUX se montre relativement simple d'utilisation une fois assimilé son mode de fonctionnement, on pourra regretter que les micro-pavés tactiles situés sur le volant n'offrent pas la même précision que de véritables molettes physiques. Globalement, cet intérieur profite d'une belle présentation, avec des matériaux et assemblages de très bonne facture. Certains détails pourront toutefois chagriner les plus pointilleux, comme les plastiques durs que l'on retrouve autour des aérateurs ou dans les parties basses. Pour ce qui est de l'ambiance, il sera possible de faire dans la sobriété, mais également de choisir des assortiments plus « osés », comme l'intérieur AMG Line de notre modèle d'essai, doté du cuir bicolore rouge et noir et des inserts en bois avec baguettes verticales en aluminium.

L'empattement augmenté de 1,5 cm (2,89 m) par rapport au modèle précédent profite aux passagers arrière, qui disposent d'un espace aux jambes assez confortable. En revanche, la place centrale se révèle comme souvent bien moins accueillante, pénalisée par une assise trop dure et un tunnel de transmission encombrant. Le nouveau GLC bénéficie d'un volume de coffre accru de 50 l par rapport à son prédécesseur, ce qui porte la capacité totale à 620 l pour la version diesel micro-hybride. Sur les hybrides rechargeables, ce volume se voit toutefois amputé de 150 l et descend à 470 l. La batterie de 31 kWh étant située à l'arrière, elle implique en effet la suppression du double fond mais également une rehausse du plancher par rapport au seuil de coffre.

Concurrence

Les principaux concurrents de ce nouveau GLC sont à chercher avant tout chez les constructeurs allemands, avec en premier lieu le BMW X3. Restylé l'an dernier, celui-ci est disponible avec une seule version hybride rechargeable essence : le xDrive30e de 292 ch, qui annonce 51 km d'autonomie électrique et démarre à 62 250 €. Du côté de chez Audi, le Q5 offre le choix entre deux versions PHEV : le 50 TFSI e de 299 ch et le 55 TFSI e de 367 ch. La première démarre à 64 810 € tandis que la seconde, uniquement disponible en finition S line, réclame au minimum 73 110 €. Dans les deux cas, l'autonomie électrique annoncée se situe autour de 60 km.

On peut également citer le récent Lexus NX 450h+ de 309 ch, qui se montre plus généreux en autonomie électrique que les X3 et Q5 (entre 69 et 76 km annoncés) avec sa batterie de 18,1 kWh et s'affiche à partir de 66 490 €. Enfin, le Volvo XC60, qui a bénéficié d'un restylage en 2021, peut être choisi dans deux versions hybrides rechargeables : Recharge T6 AWD de 340 ch et Recharge T8 AWD de 390 ch. Les deux permettraient de parcourir 78 km sans carburant, mais ils s'avèrent assez onéreux avec 72 130 € minimum pour le premier et 83 230 € pour le second. Au final, le GLC est le seul de son segment à pouvoir cumuler PHEV et diesel et à offrir une autonomie électrique dépassant les 100 km. Mais il est également le seul à employer une batterie aussi grosse et devrait faire partie des plus gourmands sur le plan tarifaire.

Bilan essai Mercedes GLC 300de

Par son autonomie électrique record et son moteur thermique alimenté au gazole, ce nouveau GLC jette un pavé dans la mare des SUV hybrides rechargeables et permet même de se rapprocher encore du « zéro émission », en acceptant la charge rapide. Pour ne rien gâcher, le grand confort et l'ambiance à la fois luxueuse et « techno » s'accordent parfaitement au programme de ce « quasi-véhicule électrique ». Seulement, pour bénéficier pleinement de ces bienfaits, il faudra veiller à conserver une conduite apaisée, sous peine d'être rappelé à l'ordre par la masse démesurée de ce mastodonte et par la très grande consommation énergétique qu'elle peut impliquer. Ainsi, ce GLC 300de réclamera plus que jamais d'être rechargé très régulièrement, si l'on souhaite rentabiliser un minimum son surcoût par rapport au diesel, qui promet d'être assez important.

Media Image
Image

Ce GLC hybride rechargeable devrait sans nul doute séduire de nombreux clients, qui pourront bénéficier de son autonomie électrique généreuse et de sa fiscalité avantageuse.

DR

Fiche technique Mercedes GLC 300de 4Matic
Dimensions et poids
Longueur 4,72 m
Largeur sans rétroviseurs 1,89 m
Hauteur 1,65 m
Empattement 2,89 m
Volume du coffre 470 l
Volume du réservoir 62 l
Pneus sur modèle d'essai 255/50 R19
Poids en ordre de marche 2 415 kg
Puissances et performances
Type de moteur thermique diesel, 4 cylindres, 1 993 cm3
Puissance et couple 197 ch - 440 Nm
Puissance et couple moteur électrique 134 ch - 440 Nm
Puissance cumulée maxi 335 ch
Couple cumulé 750 Nm
Transmission aux 4 roues
Boîte de vitesses automatique à 9 rapports
0 à 100 km/h 6,4 s
Vitesse maximale 217 km/h
Vitesse maximale en électrique 140 km/h
Batterie, autonomie et consommation
Capacité de la batterie 31,2 kWh
Puissance du chargeur embarqué AC 11 kW
Consommation mixte WLTP 0,4 à 0,5 l/100 km
Autonomie mixte électrique WLTP 112 à 128 km
Autonomie électrique constatée 124 km
Consommation mixte WLTP 20,5 à 22,9 kWh/100 km
Temps de charge de 0 à 100 %
Prise domestique 8 A nc
Borne AC 11 kW nc
Borne DC 60 kW 30 min
CO2 - Bonus - Garantie
Rejets de CO2 10 à 14 g/km
Bonus 2022 non
Puissance fiscale nc
Garantie voiture 2 ans - km illimité
Garantie batterie 6 ans - 100 000 km
Pays de production Allemagne

Principaux équipements de série Mercedes GLC

Climatisation automatique bizone

Démarrage sans clé

Feux et essuie-glaces automatiques

Instrumentation numérique de 12,3 pouces

Écran central de 11,9 pouces

Hayon avec ouverture électrique

Régulateur et limiteur de vitesse

Android Auto et Apple CarPlay

Navigation

Caméra de recul

Assistant de stationnement actif

Sièges avant électriques et chauffants

Banquette arrière 2/3-1/3 rabattable électriquement

Jantes alliage 18 pouces

Rétroviseurs rabattables électriquement

5 modes de conduite

Chargeur de smartphone à induction

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Dunaze Le 07/09/2022 - 22:08
Christophe de Haine au secours..... l'Argus a osé essayer un " bestiau " de 2,5 tonnes !!!!! Le Co2, patati, l'empreinte carbone, patata, les particules fines, blablabla, etc..... Nous attendons tous avec impatience votre commentaire .
IsaPat Le 07/09/2022 - 11:28
Vignette Crit'Air 1 pour ce PHEV Diesel ? Conso batterie vide ?
Landais Le 07/09/2022 - 10:42
Manque le bilan énergétique global production et utilisation dans la vraie vie……, puisque les utilisateurs de ces véhicules utilisent les chevaux thermiques !!!!
Voir tous les commentaires (4)