Vous êtes ici :

Essai Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018) : nécessaire, mais pas suffisant

Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018)
Conforme aux normes Euro 6d, le nouveau moteur 1.3 essence du Nissan Qashqai est disponible en concession. Il débute à 24 650 € en 140 ch et finition Visia, et 28 700 € en déclinaison 160 ch et livrée Acenta.

Le Nissan Qashqai change ses moteurs essence pour se conformer à la norme Euro 6d. Le nouveau Qashqai DIG-T 140 est bien élevé : disponibilité, sobriété. Mais le problème reste le même : depuis l'arrivée du Peugeot 3008, le Qashqai n'est plus le maître des SUV compacts.

Voiture à l'essai : Nissan Qashqai 1.3 DIG-T 140

À partir de
24 650 €
90 € de malus

Page 1Essai Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018) : nécessaire, mais pas suffisant 

Ce n’est pas l’usage dans le métier, mais le passage aux normes Euro 6d et mesures de consommation WLTP oblige les constructeurs à rappeler aux stands des modèles en fin de parcours. Lancé début 2014, restylé en 2017, le Qashqai se dirigeait gentiment vers une case retraite attendue fin 2020, lorsque le signal d’alarme a sonné : refonte de toute sa gamme moteurs !

Côté essence, les 1.2 115 ch et 1.6 163 ch cèdent place à un nouveau 1.3 turbo de conception Mercedes décliné en 140 et 160 ch. Cette dernière version sera la seule offre essence du Qashqai à recevoir d’ici à la fin de l’année la nouvelle boîte automatique 7 rapports bientôt disponible sur le Renault Kadjar. Au rayon diesel aussi c'est l'heure du réaménagement : le 1.5 dCi 110 ch passe à 115 ch pour répondre aux nouvelles normes, et le nouveau 1.7 dCi de 150 ch entrera en scène en 2019, comme sur le cousin Kadjar.

Le Qashqai 1.2 DIG-T 115 n’avait ni marqué les esprits, ni affolé les courbes de vente. Le contexte est aujourd’hui différent. Un vent de culpabilisation souffle sur les partisans du diesel, et les moteurs essence gagnent du terrain chez les SUV compacts, même si leur part reste largement minoritaire (24 % des immatriculations en 2016, 34 % en 2018). L’heure du Qashqai 1.3 DIG-T 140 a donc peut-être sonné.


Prix Nissan Qashqai DIG-T 140

Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018)

Depuis son restylage en 2017, les feux de jour arrière en forme de boomerang entourent plus largement les phares du Qashqai. La jupe inférieure du bouclier est décorée à partir de N-Connecta d'inserts argentés, qui ressemblent à un sabot mais n'en sont pas.

Normes Euro 6d et réduction des émissions ont des exigences. Le nouveau 1.3 DIG-T l’atteste : filtre à particules, pression d’injection augmentée de 200 à 250 bars, collecteur d’échappement intégré. Elles ont aussi un coût : 1 250 €, soit la différence, à même finition Acenta, entre le Qashqai dans son ancienne version DIG-T 115 (25 700 €) et en DIG-T 140 (26 950 €). Certes, il a gagné 25 ch et 50 Nm. Mais le chronomètre ne le dit pas : 10,5 s de 0 à 100 km/h, contre 10,6 s précédemment. Un filtre à particules absorbe de la puissance… Il a aussi épargné quelques grammes de CO2 : 129 g/km en 115 ch en mode de calcul NEDC, 124 g/km en 140 ch dans un mode transitoire « NEDC corrélé WLTP » qui est plus sévère. Là, c’est le porte-monnaie qui s’en aperçoit à peine : 90 € de malus aujourd’hui, 253 € hier.

En soi, le Qashqai DiG-T 140 en offre pour son argent. La finition Acenta apporte tous les équipements de confort et sécurité attendus d’un SUV compact. Le reste vient à l’étage N-Connecta (28 750 €) : GPS, caméras 360°, accès et démarrage sans clef, etc. C’est l’augmentation des tarifs qui pose problème. 1 250 € de plus, c’est beaucoup, d’autant que la dotation reste inchangée hormis des fonctions additionnelles pour le système multimédia NissanConnect.

Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018)

Son presque jumeau Kadjar n’en demande pas tant : 700 € de différence entre ses versions TCe 115 et TCe 140. Le Qashqai non plus dans sa configuration 1.6 dCi 115 ch : 28 600 € en Acenta, 30 400 € en N-Connecta, soit 700 € supplémentaires par rapport à l’ancien 1.6 dCi 110. De surcroît, cette version diesel échappe au malus. Et ses rejets de CO2 (105 g/km) n’échapperont pas, eux, à l’attention des responsables de parcs devant régler chaque année la taxe sur les véhicules de société…


Au volant du Nissan Qashqai DIG-T 140

Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018)

Conduire un Qashqai, c’est comme retrouver un vieil ami. On le connait bien, depuis le temps. Les qualités qui l’ont élevé au rang de référence absolue du segment des SUV compacts pendant dix ans, de 2007 à 2016, il ne les a pas perdues. Sa ligne est agréable, l’espace généreux au rang arrière. Et surtout, le Qashqai est resté dans le cercle vertueux des SUV conçus exclusivement pour un usage routier et dont il a lancé la mode : poids contenu puisqu’il n’a pas besoin de longerons renforcés pour partir à l’assaut des mauvais chemins, donc bon compromis comportement/confort et capacité à accepter sans déchoir des petits moteurs qui abaissent son prix.

Seulement voilà… Porté et sans doute grisé par la vague du succès, le Qashqai II n’a guère amené plus en 2013 que son aîné. Et en 2016 le Peugeot 3008 II est allé un cran plus loin : ligne plus affutée, comportement routier plus dynamique, habitacle au dernier cri de la modernité avec ses compteurs digitaux. Kia Sportage et Hyundai Tucson (sur la forme), Seat Ateca et Skoda Karoq (sur le fond) s’inscrivent dans le même sillon que le 3008. Du coup, sans avoir rien égaré de son talent, le Qashqai apparait aujourd’hui en retard d’une génération.

Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018)

Son nouveau moteur essence 140 ch apporte au Qashqai une souplesse et une plage d'utilisation dont ne disposaient pas le DIG-T 115 ch. Et, accessoirement, des intervalles de révision plus longs.

Qu’y peut changer son nouveau 1.3 DIG-T ? Honnêtement, pas grand-chose, sauf permettre à ses versions essence de poursuivre leur route avec la bénédiction des normes Euro 6d jusqu’à l’heure prochaine du remplacement. Ce moteur est plus plaisant à l’usage que ne le laisse supposer son temps de 0 à 100 km/h : sa courbe de couple est dessinée pour favoriser les reprises de 80 à 100 km/h, pas pour être le champion des premiers décamètres quand le feu passe au vert. Ainsi, dans la vraie vie, le DIG-T 140 répond présent à l’appel du pied droit quand le DIG-T 115 avait parfois des absences, et sa large plage d’utilisation n’impose pas de tomber un rapport à la moindre déclivité. Petit bénéfice supplémentaire : 30 000 km d’intervalle en deux révisions, contre 20 000 pour son prédécesseur.

C’est mieux. Mais ne saurait suffire à ramener le Qashqai dans le peloton des nouveaux leaders de la catégorie. Car de petits détails disent combien le temps passe vite dans l’automobile : pas de prises USB au rang arrière pour les tablettes ou téléphones des enfants, pas de hayon à fermeture automatique, pas de palettes au volant pour la nouvelle BVA7 associée au DIG-T 160 ni de programme Sport qui hâterait la montée des rapports.


A bord du Nissan Qashqai DIG-T 140

Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018)

Bien ordonnée, bien rangée, bien finie : rien à reprocher à la planche de bord du Qashqai, ici en finition haute Tekna+. Le temps a toutefois passé : pas de dalle d'instrumentation digitale, obligation de faire défiler le menu de l'ordinateur de bord pour accéder au mode Sport...

Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018)
L'écran tactile de 7 pouces du Nissan Qashqai n'a pas changé, ses fonctionnalités si : Apple CarPlay et Android Auto disponibles en série à partir d'Acenta, info-trafic en direct, écran personnalisable, reconnaissance vocale, mise à jour des cartes et logiciels.
Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018)
Adieu boîte CVT. On ne le regrettera pas : lente, énergivore. Le Qashqai adopte une nouvelle boîte automatique à double embrayage et 7 rapports, 1 700 € supplémentaires, à en juger par son prix sur le Kadjar restylé. Elle sera réservée à ses versions diesel et essence 160 ch.


Concurrence Nissan Qashqai DiG-T 140

Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018)
Nissan Qashqai
Renault Kadjar

Large leader de la catégorie, le Peugeot 3008 ne fait pas de cadeaux sur les prix. Il n’a toutefois pas grand-chose à craindre du nouveau moteur 1.3 essence 140 ch du Qashqai et du Kadjar, qu’il s’appelle DIG-T ici, TCe là-bas : son 3-cylindres 1.2 130 ch pousse plus fort (9,5 s de 0 à 100 km/h), et consomme moins (pas de malus).

De tempérament pacifique mais vaste, très joliment dessiné, récemment restylé et proposé à bon tarif compte tenu de son équipement, le Kia Sportage n’existe vraiment qu’en versions diesels : 3 853 € de malus pour un 1.6 essence atmo 132 ch à la fois poussif (11,5 s) et goulu (159 g/km de CO2), c’est évidemment éliminatoire, malgré la célèbre garantie 7 ans.

Kia Sportage
Peugeot 3008
Kia Sportage

Le Renault Kadjar, dont la version restylée a été présentée au Mondial de l'Auto, reprend châssis et organes mécaniques du Qashqai, avec une carrosserie rallongée en sa partie arrière, au bénéfice du volume de coffre. Mais se pose un cran plus haut sur l’échelle des tarifs, alors qu’il offre un an de garantie de moins. Il a dévoilé les tarifs de sa nouvelle version TCe 140, qui sera disponible en janvier 2018, pas ses consommations.

 

Nissan Qashqai DIG-T 140

Renault Kadjar
TCe 140

Kia Sportage GDi 132

Peugeot 3008 PureTech 130

Longueur

4,39 m

4,45 m

4,49 m

4,45 m

Hauteur

1,59 m

1,61 m

1,64 m

1,62 m

Empattement

2,65 m

2,67 m

2,68 m

Garde au sol

18 cm

20 cm

18 cm

22 cm

Coffre

430

472 à 1 478 l

503 à 1 492 l

480 à 1 482 l

Moteur

Essence, 4 cylindres,
1 332 cm3

Essence,
4 cylindres,
1 591 cm3

Essence,
3 cylindres,
1 199 cm3

Puissance

140 ch à 5 000 tr/mn

132 ch
à 6 300 tr/mn

130 ch
à 5 500 tr/mn

Couple

240 Nm à 1 600 tr/mn

161 Nm à
4 850 tr/min

230 Nm à
1 750 tr/min

Poids

1 450 kg

1 442 kg

1 490 kg

1 395 kg

Boîte de vitesses

BVM6

0-100 km/h

10,5 s

10,4 s

11,5 s

9,5 s

Vitesse maxi

193 km/h

203 km/h

182 km/h

188 km/h

Consommation mixte*

5,5 l/100 km

nc

6,9 l/100 km

5,1 l/100 km

CO2

124 g/km

nc

159 g/km

118 g/km

Malus écologique

90 €

nc

3 853 €

Neutre

Prix

De 24 650
à 33 100 €

De 26 200
à 30 800 €

De 24 390
à 27 890 €

De 26 400
à 33 350 €

Garantie

3 ans ou 100 000 km

2 ans, kilométrage illimité

7 ans ou
150 000 km

2 ans, kilométrage illimité

(*) Valeur d'homologation.

 

Bilan essai Nissan Qashqai DIG-T 140

Nissan Qashqai DIG-T 140 (2018)

Au temps de son règne en France, le Qashqai a apporté à Nissan prospérité et records de vente. Mais l’heure de la conquête d’un nouveau public est passée. Aujourd’hui, en attendant de passer le relais à la génération III, il gère ses acquis, et un parc de plus de 200 000 unités constitué en onze ans d’exercice lui vaut naturellement une clientèle de renouvellement, satisfaite de ses services.

Le 1.3 DIG-T 140 ne la décevra pas. Mais s’orientera-t-elle dans cette direction ? Les entreprises lui préféreront le dCi 115 : pas de malus, moindre TVS, et écart de prix réduit puisqu’il a moins augmenté que le DIG-T lors du passage aux normes Euro 6d. Quant aux particuliers, pourquoi, dans les mois à venir tout au moins, débourseraient-ils 1 250 € de plus pour un modèle essence conforme aux nouvelles normes, alors que les 3 000 Qashqai immatriculés par Nissan en juillet et en août sans client final attendent le chaland dans les concessions, sous étiquette « Occasion zéro km » qui promet une remise de plusieurs milliers d’euros ?

On aime

  • Le DIG-T 140 répond présent lors des reprises
  • L’espace et le confort au rang arrière
  • Un bon rapport qualité/prix

On regrette

  • L’augmentation des tarifs essence : 1 250 €, c’est beaucoup
  • Equipement, comportement : d’autres, maintenant, font mieux
  • La concurrence des Qashqai « Occasion zéro km »
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Nissan Qashqai