Essai Opel Zafira restylé 2016 : toujours le plus habitable
habillage
banniere_haut

Essai Opel Zafira restylé 2016 : toujours le plus habitable

Alors que les monospaces français Renault Scénic et Citroën C4 Picasso s'apprêtent à livrer bataille, l'Opel Zafira passe en 2016 par la carte restylage. Confortable, habitable et modulable, il fait aussi valoir une ergonomie plus moderne.

Par Camille Pinet
Publié le Mis à jour le

Grâce à ce restylage, l'esthétique de l'Opel Zafira est au goût du jour. Le prix de notre Zafira diesel 170 ch "2016" démarre à 32 450 €.

Camille Pinet

Même sur un segment plutôt en perte de vitesse, celui des monospaces compacts, les marques européennes ne se font aucun cadeau. Alors que le tout nouveau Renault Scénic va bientôt débarquer en concession, Citroën s’apprête à lui jeter dans les roues le C4 Picasso restylé, un an après le lancement du nouveau Volkswagen Touran. Autant dire qu’Opel ne pouvait pas être en reste. Le Zafira Tourer lancé voici trois ans se paie une petite cure de remise en forme, l’occasion de jeter aux orties le suffixe Tourer. Place donc au Zafira, qui abandonne dans la partie sa face avant singulière à boomerangs opposés.

Désormais le regard se fait plus classique et plus proche de celui de l’Astra. Le plus notable reste cependant la transformation de la planche de bord et l’apparition de nouveaux équipements tels que le Wi-Fi à bord grâce au système OnStar et l’éclairage adaptatif. Le Zafira conserve sa singularité : disponible en un seul format de 4,67 m, il s’oppose directement aux versions longues de ses concurrents français et est d’office proposé en sept places. Sur le plan mécanique, en revanche, c’est bonnet blanc et blanc bonnet, le modèle conservant ses trois moteurs diesels de 120 , 136 et 170 ch, ainsi que ses blocs essence 1.4 de 120 et 140 ch. A noter cependant l’apparition d’une version 1.6 turbo de 200 ch qui, dans notre pays, risque bien de rester une star de catalogue. 

L'Opel Zafira reste plus volumineux que ses concurrents directs.

 

Prix Opel Zafira : Il fait payer cher sa réputation

La gamme Zafira compte comme auparavant trois finitions mais les Cosmo et Cosmo Pack sont remplacées. Autrefois indisponible sur le Diesel 170 ch, la finition intermédiaire désormais baptisée Innovation est proposée au tarif de 32 450 €. Elle intègre en série le système Mirrorlink, la climatisation automatique ainsi que les vitres arrière et lunette surteintées. Le modèle haut de gamme Elite se distingue essentiellement par le montage d’un GPS avec caméra de recul et un toit panoramique. Il est facturé 500 € de plus qu’auparavant à 35 200 €, soit 300 € de moins que le Citroën Grand C4 Picasso BlueHDi 150 Shine

Malgré ses évolutions, le Zafira reste moins adepte des hautes technologies que ses concurrents français. On s’étonne ainsi de ne pas trouver au catalogue, même en option, l’accès mains libres ou le Park Assist tous deux en série dans le C4 Picasso Shine. Il bénéficie du régulateur de vitesse adaptatif Stop&Go et de la caméra de lecture des panneaux, mais seulement en option dans le « Pack Driver ». Bref, contrairement à l’Astra, le Zafira ne se distingue pas particulièrement par son rapport équipement prix favorable. Opel fait payer cher la réputation de son monospace, plus populaire en Europe du Nord que notre Scénic national.

 

Au volant de l’Opel Zafira Diesel 170 ch

Nous n’avons pu essayer que le plus puissant des diesels, un quatre cylindres de deux litres et 170 ch apparu l’année dernière sur le Zafira Tourer. Il est équipé d’un système de dépollution Adblue, dont le remplissage se fait au niveau de la trappe à essence. Volontaire, ce moteur se montre correctement insonorisé et plutôt bien élevé même à bas régime. Il doit cependant composer avec la masse élevée du Zafira. Avec 1775 kg sur la balance, soit 300 kg de plus que le Grand C4 Picasso 2.0 de 150 ch, il appartient encore à l’ancienne génération des Opel qui mangeaient un peu trop à la cantine. Un appétit qui se retrouve logiquement dans la moyenne de consommation dès que la parcours impose des relances. Nous avons relevé 8 l aux 100 km. Et lorsqu’il s’agit de gravir des côtes, les 170 ch apparaissent tout juste suffisants.

Le Zafira est toujours pénalisée par sa masse élevée

En dépit de sa masse, le Zafira offre un excellent compromis routier. Orienté vers le confort, il offre un amortissement de grande qualité, sans pour autant rendre les armes lorsque le rythme s’accélère. Le niveau d’adhérence est satisfaisant et le train avant fait preuve d’une précision très correcte. Sans être un modèle d’insonorisation, le Zafira offre une prestation équilibrée en la matière : même à haute vitesse sur autoroute allemande, il est possible de discuter sans élever la voix.

 

Dans l’habitacle de  l’Opel Zafira restylé

La planche de bord de l'Opel Zafira s'inspire clairement de celle de la nouvelle Astra.

C’est bien à l’intérieur que les habitudes des conducteurs de Zafira vont le plus changer. La planche de bord du monospace évolue en effet en profondeur, au point de transformer totalement l’ergonomie. De parangon du « pousse bouton » comme les Opel d’antan, il est désormais comme ses concurrents un adepte du grand écran tactile de 7 pouces proposé sur toutes les versions. Il met en œuvre un GPS intégré sur la finition Elite ou un système Mirrorlink sur les dotations inférieures. Ce dernier est tributaire de la qualité des applications de navigation compatibles qui ne brillent pas toujours par leur efficacité. Il ne va cependant pas aussi loin que le C4 Picasso puisque son instrumentation reste confiée à des cadrans traditionnels. La finition de cette nouvelle planche de bord apparaît de bon niveau : les plastiques moussés sont omniprésents et les assemblages donnent satisfaction.

Le Zafira est toujours un champion de la modularité

A l'arrière, les passagers de deuxième rangée de l'Opel Zafira sont bien installés.
Quelle que soit la configuration des sièges, le coffre du Zafira est le plus volumineux dans sa catégorie.

Pas de révolution en ce qui concerne la modularité et c’est tant mieux car le Zafira est très bien conçu en la matière. Tous les sièges s’escamotent en plancher plat, les sièges de deuxième rangée sont coulissants et un espace est même prévu entre les deux banquettes pour ranger le cache-bagages. Cerise sur le gâteau, les deux sièges extérieurs peuvent se régler en position « lounge » avec accoudoirs. Des solutions certes classiques, mais rendons à César ce qui est à César : le Zafira a montré la voie à ses concurrents dans ce domaine. A noter que la configuration sept places est proposée en série sur toutes les finitions, mais ceux qui souhaitent disposer de plus de coffre peuvent opter pour la version cinq places et récupérer 500 €.

 

Concurrence de l’Opel Zafira
restylé Diesel 170 ch

La partie ne va pas être facile en France pour le Zafira restylé. De conception traditionnelle, il doit faire face à des rivaux nationaux plus jeunes et plus audacieux. Le Citroën C4 Picasso, basé sur une plateforme moderne, offre le même niveau de performances dans sa version 150 ch tout en se montrant nettement plus sobre et mieux équipé. Même constat pour le Volkswagen Tiguan TDI 150 ch et le futur Renault Grand Scénic 1.6 dCi 160. On trouve cependant toujours plus mal loti que soit : plus âgé, le Ford Grand C-Max ne peut plus compter sur un restylage pour revenir dans la course. D’autant que le Zafira garde l’avantage du volume utile : en configuration 7 places, il propose un volume de coffre supérieur à celui du Grand C4 Picasso. Sa modularité est également supérieure à celle du Renault, qui n’offre qu’une banquette 2/3-1/3 en deuxième rangée. Pour se rattraper, celui-ci offre un système de boutons électriques qui permet de rabattre tous les sièges depuis le coffre, indisponible sur l’Opel.

 

Bilan essai Opel Zafira
restylé Diesel 170 ch

Malgré son restylage, l’Opel Zafira ne parvient pas tout à fait à regagner le peloton de tête de la catégorie. Son poids trop élevé et son équipement technologique limité le font souffrir face à des concurrents de conception beaucoup plus moderne, mieux équipés, plus sobres et pas forcément plus coûteux. Heureusement, son volume utile impressionnant, sa finition flatteuse, son confort et sa modularité bien pensée lui permettent de conserver un avantage dans sa catégorie. Dommage qu’il faille opter pour les motorisations les plus puissantes pour en profiter au mieux.

On aime

  • Son habitabilité
  • Sa modularité
  • Son confort

On regrette

  • Son poids élevé
  • Sa consommation
  • Son manque de dynamisme
Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
sergio35voile537 Le 06/07/2016 - 19:32
Tout à fait d'accord avec l avis précédent. Je possède un Zafira tourer génération actuelle de 165 cv ma conso moyenne 1/3 ville 1/3 gros tiers autoroute et 1/3 route est de 6,8 l. Les sièges arrières sont un peu fermes certes mais les places arrières sont royales et même derrière moi un adulte est très à l'aise, contrairement au Picasso ou au Touran ou l'espace aux jambes est limité . Fiabilité très correcte une sonde lamda à 40000 kms sous garantie c'est tout. Pneus en 18 pouces un peu chers 130€ L'unité des hankoock v12evo 2 mais ils font 30000 kms à l'avant, 60000 à l'arrière. Coffre immense, bonne insonorisation sauf lors de grosses accélérations mais en croisière nickel. La finition, critiquée dans l'article, et prenant le Picasso ou le bmw en exemple, à mon sens est du même niveau, dans le BM les plastiques du bas sont durs aussi, les sièges moins enveloppants ( option sièges ergonomiques) quand aux phares bi-xénon c'est un régal . L'image, alors là oui moins bonne qu'Audi, BMW, mais c'est sur qu'avec des articles comme ça !!! Le prix......négociable. Seul le sav dans ma concession est moyen, même si ça s'améliore depuis quelques temps. Entretien tous les 30000kms. J'hésite encore à racheter le même, je suis allé essayer une golf sportvan qui m'a déçu (bruit, espace, confort arrière) seul le contenu techno régulateur adaptatif front assist m'a séduit. Encore faut il recourir aux options et je crois que maintenant le Zafira tourer peut en disposer.
jean1977625 Le 02/07/2016 - 15:01
Bonjour, Je trouve que la mesure de consommation sur cet article est fausse. Je suis possesseur d'un zafira tourer cdti 170 depuis l'été dernier et ma moyenne est vraiment à 7l avec 45000 km au compteur. Cette voiture est réussie et bien née car aucun problème de fiabilité à signaler. Je recommande.
Voir tous les commentaires (2)