Essai Peugeot 3008 restylé hybride : le roi lion 2
habillage
banniere_haut

Essai Peugeot 3008 restylé hybride : le roi lion 2

Pour conserver son trône au royaume des SUV, le roi 3008 opère un restylage qui transfigure sa face avant. Mais encore ? Réponse dans notre premier essai du Peugeot 3008 HYbrid 225 récompensé, pour quelques semaines encore, d'un bonus de 2 000 € grâce à sa propulsion hybride rechargeable.

Publié le Mis à jour le

Premier essai du Peugeot 3008 restylé en version hybride rechargeable de 225 ch. L'occasion de jauger s'il a soigné sa douceur de conduite, perfectible lors de notre premier test.

CLEMENT CHOULOT

PEUGEOT 3008 HYBRID 225 e-EAT8

  • - Moteur : Hybride
  • - Puissance: 225 ch
  • - Lancement : Septembre 2020
  • - A partir de 45 100 €
  • - 2000 € de bonus.

Un restylage est l’occasion idéale de dresser le bilan commercial d'un modèle et celui du Peugeot 3008 multiplie les voyants verts : quatre ans d'existence, 800 000 exemplaires écoulés (+ 300 000 unités de 5008, sa version rallongée) et pas une année sans décrocher le titre de SUV compact le plus vendu en France. Un succès qui l’aurait dispensé d’un remodelage trop marqué mais, en fin stratège, le roi 3008 a préféré anticiper la menace : celle venue de l’intérieur, début 2020, du tout récent Peugeot 2008… dont il récupère une floppée d’arguments.

Sa face avant ? Désormais nantie d’une calandre flottante et finement striée, et des mêmes crocs lumineux encadrant le bouclier. Sa carrosserie ? Recouvrable du même Bleu Vertigo, et d’un Black Pack à 300 € chassant les chromes au profit d’éléments noirs (logos, jantes, baguettes de protection, entourages des vitres…). Quant à l’habitacle, il reçoit le même écran central tactile de 10 pouces au lieu de 8 et accueille les dernières aides à la conduite PSA (conduite semi-autonome avec régulateur adaptatif à fonction Stop&Go et maintien de position dans la voie, système de vision nocturne). A condition de cocher les bonnes finitions et/ou les bonnes options…

A LIRE. 3008 restylé : tout ce qui change face à l'ancien


Prix Peugeot 3008 (2020)

A 31 050 € en prix d’appel, le "nouveau" Peugeot 3008 PureTech 130 Active démarre 800 € plus cher que l’ancien. Le surcoût culmine à 1 000 € sur certaines finitions, au nombre de six désormais : les niveaux Active, Allure et GT reçoivent chacune leur déclinaison Pack qui font disparaître les 3008 Style et GT Line. Sans répéter ici la cascade d’équipements (détaillée en page suivante), notons qu’il faut attendre le troisième niveau pour jouir du nouvel écran tactile de 10 pouces, le cinquième pour le régulateur de vitesse adaptatif ou les prises USB arrière, alors que le système de vision nocturne ou le chargeur embarqué de 7,4 kW restent systématiquement optionnels.

Ce dernier permet, sur les 3008 HYbrid 225 et HYbrid4 300, de réduire le temps de charge à 1h45 sur borne publique ou Wallbox (le chargeur de série à 3,7 kW plafonne à 3h50, contre 7 heures sur prise domestique classique). Pour ce premier essai, nous avons justement opté pour le 3008 HYbrid 225 : il débute à 45 100 € en niveau Allure puis grimpe à 45 600 € en Allure Pack, 47 800 € en GT puis 49 900 € en GT Pack… avant bonus de 2 000 € qui sera réduit de moitié dès juillet 2021. Mieux vaut faire vite ou passer son tour ?
 

Au volant

Techniquement, le 3008 restylé n’évolue pas. Cette version HYbrid 225 épaule toujours le 1.6 PureTech de 180 ch par un électromoteur de 110 ch (logé dans la boîte automatique à huit rapports), relié une batterie lithium-ion de 10,8 kWh utiles. Un attelage qui ne nous avait guère convaincus lors d’un précédent essai : à-coups fréquents lors des évolutions à basse vitesse, légère accélération lors du réveil du moteur thermique malgré une pression constante sur la pédale de droite. Rien de similaire au volant du 3008 restylé, grâce à une mise à jour électronique de la gestion des énergies.

A LIRE. Peugeot 3008 Hybrid. Quel câble, chargeur et borne choisir ?

En mode 100 % électrique, le 3008 décolle sans inertie et en douceur, puis prend progressivement de la vitesse jusqu’à 135 km/h maxi. Pour réussir à parcourir 46 km sans consommer une goutte d'essence, nous nous sommes toutefois limités à 110 km/h durant 25 km, avant de redescendre à 80 km/h sur route secondaire et 50 km/h lors des traversées de villages. Si la distance envisagée est supérieure, mieux vaut basculer en mode hybride qui optimise davantage la consommation globale.

Au-delà de 45 km à parcourir, le mode de conduite Hybride est à privilégier

La propulsion électrique demeure alors jusqu’à 80 km/h environ, puis le moteur thermique prend le relais sans soubresaut. Si l’ambiance zen invite à une conduite coulée, le 3008 est aussi capable de presser le pas en ligne droite, de préférence en mode Sport qui dynamise la réponse à accélérateur et affermit légèrement la direction. Les relances profitent ici du cumul des motorisations (225 ch et 360 Nm de couple au total) mais par rapport au PureTech 180, le surpoids de 330 kg tempère logiquement l'agilité du châssis dans les portions plus sinueuses. A ce rythme, la pédale de frein manque aussi d’agrément, car elle souffre d’une première course « morte » puis amplifie subitement sa puissance sur les freinages appuyés. Un défaut fréquent sur les modèles électriques ou hybrides rechargeables

Dès lors, mieux vaut déguster ce 3008 à doux rythme pour faire briller ses autres qualités : direction douce et toujours maniable en ville (merci au petit volant), confort des sièges et des suspensions appréciables sur route (même si les grandes roues de 19 pouces amènent de légères trépidations à faible allure), bruits d’air discrets sur autoroute (grâce au vitrage latéral feuilleté). Et consommation maîtrisée batterie vide, même à 130 km/h où les modèles hybrides rechargeables boivent parfois sans soif : 7,8 l aux 100 km relevés ici à l’ordinateur de bord.

La transmission intégrale est réservée au 3008 HYbrid4 à second moteur électrique arrière. Et l'option Grip Control (antipatinage à 5 modes) est indisponible en HYbrid 225.

Les voies rapides révèlent aussi l’agrément de la nouvelle assistance au positionnement dans la voie, plus sophistiquée que la simple aide au maintien dans la file livrée de série : plutôt que de centrer le 3008 au milieu de sa voie, le système mémorise une position voulue à l’enclenchement et facilite, par exemple, la cohabitation avec les deux roues dans les encombrements. Présent dans le même pack d’équipements, le régulateur de vitesse adaptatif inaugure aussi la fonction Stop&Go, qui œuvre jusqu’à l'arrêt et redémarre l’auto sans intervention du conducteur si la pause n’a pas excédé trois secondes. Reposant, dans une circulation en accordéon…

Restera à tester, en conditions nocturnes, le système de vision de nuit issue de la Peugeot 508 qui, grâce à sa caméra infrarouge, détecte au-delà de la portée des feux un animal ou un piéton sur la chaussée, puis l’affiche au niveau de l'instrumentation digitale. Voilà l’unique équipement supplémentaire proposée par le 3008 face au 2008… lequel reste toutefois moins accueillant.
 

A bord

Réservée aux 3008 hybrides, cette sellerie gris clair passe à l'Alcantara en niveaux GT et GT Pack. Malgré le poste de conduite évoquant un coupé, les rangements restent nombreux et spacieux.
L'écran passe de 8'' à 10'' à partir du niveau Allure... mais se contente d'inviter deux barrettes de réglages de température autour d'une cartographie un peu vieillotte.
Résolution d'image moyenne pour la caméra à vision 360°, qui impose toujours de reculer pour interpréter l'environnement. La concurrence fait mieux aujourd'hui.
La qualité perçue progresse légèrement, avec un meilleur ajustement de cette garniture.
Pratique pour transporter des objets longs, le dossier avant droit repliable arrive de série en Allure Pack.
Certains concurrents offrent davantage d'espace aux jambes, mais le 3008 profite d'une bonne largeur aux coudes et d'un plancher sans tunnel pour soigner l'accueil à l'arrière.
Privé de son vaste rangement sous plancher, le coffre des versions hybrides recule de 520 à 395 l. L'option roue de secours n'est plus disponible et le réservoir chute aussi de 53 à 43 l.


La concurrence

Facturé entre 45 100 € et 49 900 € hors bonus, le Peugeot 3008 hybride rechargeable est le plus cher des cousins PSA : l’Opel Grandland X Hybrid 225 oscille entre 41 900 € et 45 550 € et le Citroën C5 Aircross Hybrid, entre 39 950 € et 45 250 €. Plus spacieux à l’arrière et dans le coffre, ce dernier est aussi plus confortable et se rapproche de l’habitable Ford Kuga 2.5 PHEV, vendu dès 40 000 €. L’américain reste toutefois celui qui parcourt le plus de kilomètres en mode électrique : 56 km sur notre parcours test mêlant ville, route et voie rapide, contre 45 km pour les SUV du groupe PSA.

Citroën C5 Aircross Hybrid
Ford Kuga 2.5 PHEV

Les autres propositions hybrides rechargeables sont encore plus onéreuses. Soit parce qu’elles appartiennent au cercle premium (Volvo XC40 T4 de 211 ch facturé 47 400 € minimum en Business), soit parce qu’elles offrent quatre roues motrices : BMW X1 25e (dès 46 650 €), Jeep Compass 4xe 240 (dès 46 000 €). Pour en jouir chez Peugeot, il faut passer au 3008 HYbrid4, dont la puissance cumulée s’envole à 300 ch et le prix, au-delà de 50 000 € (adieu bonus…). Une altitude où évolue le Toyota RAV4 hybride rechargeable, à 52 650 € et 306 ch minimum. Pour mieux comparer tous ces modèles, retrouvez-les dans notre guide d'achat des SUV plug-in hybrid.


Bilan de l’essai

Bonne surprise que ce 3008 HYbrid 225 « cru 2021 », grâce à une douceur de marche supérieure à celle de la première version hybride rechargeable essayée juste avant le restylage. Les autres qualités du SUV Peugeot demeurent (compromis confort/tenue de route, habitacle accueillant et modulable) et sont rejointes par une présentation plus attirante et une dotation technologique plus moderne. Il faut hélas viser haut pour en profiter (conduite semi-autonome, système de vision nocturne ou Black Pack seulement optionnels en finitions hautes GT et GT Pack), ce qui n’adoucit pas les tarifs déjà élevés du 3008 restylé…

A LIRE :

Avec le Black Pack optionnel, les baguettes et entourages de vitres virent du chrome au noir. Les jantes aussi.


On aime

  • Les nouvelles aides à la conduite bien gérées
  • La présentation générale encore plus attirante
  • La douceur de marche en progrès sur cette version Hybrid 225

On regrette

  • Le freinage toujours délicat à doser
  • Le surcoût et le surpoids vs 3008 PureTech 180 (+ 330 kg, et 3 800 € en incluant les bonus et malus)
  • Les équipements modernes en supplément ou en finition haute, malgré le prix réclamé
Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Rody 76 Le 16/10/2020 - 12:55
Dabord la face avant est vraiment tourmentee ce qui la rend encore plus moche. bientot les voitures ne seront reservees qu aux riches vu les prix exorbitants. quel ouvrier ou employe pourra acheter ? Il pourront se les mettre quelque part et je suis poli
Mathieu Sentis Le 08/10/2020 - 11:08
Bonjour Amicaljm, merci pour votre lecture attentive et votre message amical : l'erreur est corrigée ! A bientôt sur L'argus.fr
Excelsior Le 07/10/2020 - 19:03
Il est moins beau que l'ancien... Mais il fera la joie des voleurs !
Voir tous les commentaires (5)