Essai Peugeot 308 (2021) : Faut-il encore l'acheter ?
habillage
banniere_haut

Essai Peugeot 308 (2021) : Faut-il encore l'acheter ?

La Peugeot 308 de deuxième génération va tirer sa révérence dans quelques semaines après une carrière réussie. L'occasion d'en prendre le volant une dernière fois pour savoir s' il faut encore craquer ou attendre le nouveau modèle. Réponse en 5 actes.

Publié le Mis à jour le

La Peugeot 308 de deuxième génération (2013-2021) termine sa carrière mais avec un niveau de prestation encore élevé.

CLEMENT CHOULOT

PEUGEOT 308 1.2 PureTech 130ch GT EAT8

  • - Moteur : Essence
  • - Puissance: 130 ch
  • - Lancement : Juillet 2020
  • - A partir de 32 700 €
  • - 170 € de malus.

[Mise à jour le 17/09/2021] À son lancement, en 2013, la Peugeot 308 de deuxième génération a fait forte impression en faisant. Cette 308 bien née reste-t-elle d’actualité ou faut-il attendre l’arrivée de la nouvelle 308 en septembre 2021 ? La nouvelle compacte sochalienne a déjà révélé son style, sa technologie et son habitacle, autant d’éléments pour se positionner sur le futur achat 308. Cette fois on y est, la nouvelle 308 est passée au verdict des essais et nous vous livrons notre avis sur les prestations de la 308 3ème génération.

A LIRE. Essai Peugeot 308 : 1 000 km au volant de la nouvelle 308

***
 

Acte 1. Le style extérieur et intérieur 308

La 308 reste attirante, surtout dans ses versions hautes Allure Pack et GT (photo).

Un gabarit compact et une carrosserie près du corps : à sa sortie, la 308 de deuxième génération a misé sur l’élégance et la classe pour jouer dans la cour des modèles semi-premium comme la Volkswagen Golf. Preuve que le coup de crayon initial était le bon, le modèle n’a presque pas évolué au moment de son restylage en 2017. Aujourd’hui encore le style de cette génération de 308 n’a pas pris de coup de vieux, même si c’est surtout dans ses finitions haut de gamme Allure Pack et GT qu’elle est valorisante. Constat identique dans l'habitacle avec des finitions et des matériaux qui paraissent soignés aujourd'hui encore. La présentation sobre avec peu de boutons sur la planche de bord a même depuis inspiré pas mal de concurrentes. Le nouveau modèle montre un visage extérieur plus agressif et de nouvelles proportions (capot long et toit abaissé). À l’intérieur, son mobilier plus anguleux, dans la veine de celui de la routière Peugeot 508, tranche avec les courbes plus douces du modèle actuel.

=> VERDICT ACTE 1 : TOUJOURS DANS LE COUP
 

Acte 2. L’espace habitable

La 308 a joué serré avec une longueur de 4,25 m. Cela se ressent dans l'habitacle et surtout aux places arrière. La sochalienne a d’ailleurs rapidement glissé dans la catégorie des mauvais élèves avec peu d'espace aux genoux, une assise de banquette trop courte et une garde au toit sans générosité. Pour les petites familles, il y a heureusement la version SW à l’empattement allongé et au coffre bien calibré. Peugeot a bien saisi la faille de sa berline 308 sur ce point de l’habitabilité, et le nouveau modèle pousse les murs grâce à sa longueur accrue de 11 cm, dont 5,5 cm sur l’empattement. La confrontation statique entre les deux 308 ne laisse aucune chance à l’ancien modèle sur ce point… sauf pour le coffre, qui perd 8 l sur le nouveau modèle tout en restant dans la moyenne haute du segment.

=> VERDICT ACTE 2 : PLUS DANS LE COUP


Acte 3. L’agrément de conduite Peugeot 308

S'il y a un chapitre où la 308 a excellé, c’est bien celui de la conduite, surtout au plan du compromis entre confort et comportement. Les sensations au volant sont exacerbées par le petit volant, mais le châssis de cette 308 est surtout une perle : docile et confortable en conduite coulée, il est aussi très bien guidé, stable et agile. Quand la route s'entortille comme un spaghetti collé au fond d’une casserole, ceux qui aiment la conduite dynamique se régalent. L’agrément de conduite fait encore des jaloux, même auprès de modèles plus récents comme la Volkswagen Golf 8. Avec la nouvelle 308, la question n’est pas de savoir si la sochalienne va faire mieux, mais si elle va faire aussi bien. Il se murmure que le nouveau châssis est un peu plus axé sur le confort. Si l’évolution est dans la même veine que celle observée entre les dernières générations de 208 et de 2008, il pourrait y avoir des déçus. Mais attendons les premiers essais de la 308 3è génération pour nous prononcer.

=> VERDICT ACTE 3 : TOUJOURS DANS LE COUP

Quand la route part en sinuosités...
... la 308 régale son conducteur.


Acte 4. L’équipement et la technologie

Par rapport aux voitures modernes, la 308 a vraiment pris un coup sur la tête en matière de multimédia. Il est vrai aussi qu’elle n’a jamais été forte sur ce sujet avec son petit écran de 7 pouces (sans les touches) peu réactif et au graphisme daté, surtout pour le GPS. La 308 s’est modernisée en cours de carrière avec l’arrivée des connexions Apple CarPlay et Android Auto au restylage, puis du compteur digital depuis 2020. Mais la voiture a encore des lacunes : une seule prise USB à l’avant (et une à l’arrière sur les finitions hautes), pas de recharge de smartphone par induction et une ergonomie digitale qui manque de naturel. Pour refaire son retard, Peugeot a remis à plat l’IHM (interface homme machine) et donc la distribution des commandes. Par ailleurs, le nouveau i-Cockpit intègre de nouvelles fonctionnalités, et son fonctionnement est revu. On l’espère rapide, mais surtout intuitif à l’usage. La commande vocale progresse elle aussi : elle s’activera à la voix (dès que l'on prononcera « Ok Peugeot ») et non plus via une touche.

=> VERDICT ACTE 4 : PLUS DANS LE COUP

À bord, la technologie est désormais en retrait de la concurrence. Le nouveau modèle va corriger le tir.
Petit écran, cartographie GPS datée et ergonomie digitale dépassée sont les points faibles.


Acte 5. Les moteurs Peugeot 308

La Peugeot 308 termine sa carrière avec une gamme de moteurs montée court : essence de 110 et 130 ch et diesel de 130 ch. Pas de micro-hybridation, encore moins d’hybride et version GTI au garage. Le nouveau modèle ne sera pas mieux disant sur les moteurs thermiques puisqu’il reprendra la même gamme et devra attendre 2023 pour la micro-hybridation. À noter que le trois-cylindres essence PureTech 130 est agréable, mais assez gourmand sur l’autoroute ou quand on donne du rythme à la conduite.

La nouvelle 308 se distinguera avec ses déclinaisons hybrides rechargeables de 180 et 225 ch, deux versions importantes pour les ventes auprès des entreprises pour des raisons de pression fiscale, mais qui seront assez coûteuses pour le particulier. Ce dernier aurait gagné à disposer de plus de choix sur les versions thermiques avec, par exemple, le quatre-cylindres essence 1.6 PureTech de 180 ou 225 ch (celui-ci a déjà équipé la 308), dont se dote la nouvelle DS 4 2021 basée sur la même plate-forme. Pour acter un peu plus son ancrage dans le futur, la 308 troisième génération se déclinera en version 100 % électrique en cours de carrière.

=> VERDICT ACTE 5 : PLUS DANS LE COUP
 

Bilan : de beaux restes pour la Peugeot 308

Plus de sept ans au compteur, mais une allure toujours fière pour la 308.

L’actuelle 308 emporte la mise dans deux des cinq actes et non des moindres : le style et la conduite, deux critères importants dans la décision d’achat. C’est en matière de technologie à bord qu’elle est principalement dépassée, même si elle suffit au plus grand nombre. En fait, c’est surtout le prix qui permettra de prendre une décision : le tarif d'une 308 GT PureTech 130 ch EAT8 est de 32 700 €, sur lequel Peugeot accorde 4 % de remise pour commencer la discussion et des facilités de reprise. Un coup d’œil chez les mandataires permet aussi de dénicher quelques offres alléchantes. À version égale, la nouvelle 308 sera facturée environ 1 000 € de plus, et les remises ne seront pas d’actualité au lancement. Voilà qui fait de l’actuel modèle une belle affaire à bon prix. Mais attention aux délais de livraison de cette 308, allongés d’un mois en raison de la pénurie de semi-conducteurs.

 
Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
LANGEARD Le 15/04/2021 - 09:52
La nouvelle 308 me paraît bien alambiquée, tableau de bord stressant, appel à la nouvelle tecno en fait imposée par Peugeot et qui n'intéresse pas une grande majorité de conducteurs. Il y a en fait la volonté de nous préparer à l'électrique, dernière lubie des verts. Ce dernier modèle n'a plus rien à voir avec les lignes harmonieuses de l'actuelle 308. Cette manière de nous faire croire que le bonheur vient du franglais, du smartphone et de la nécessité d'avoir une recharge par induction devient de la beauf-attitude
VotrePseudo Le 14/04/2021 - 20:34
L'équipement plus dans le coup parce qu'il manque une recharge par induction... on parle d'une voiture, pas d'un chargeur de smartphone! Moteurs plus dans le coup? ben si, il existe en 130ch thermique, la 308 III ne fait pas mieux en thermique. Et on trouve encore des 308 II GT et GTI peu kilométrées (270ch max) Avec la 308 III il faudra passer à l'hybride plus lourd (et hors de prix) pour avoir une puissance plus importante que 130ch, quel intérêt? Quant aux qualités routières, les amateurs risquent de rester sur leur faim avec la 308 III. Bref la 308 II conserve encore tout son intérêt... à moins de vouloir absolument la nouveauté.
Voir tous les commentaires (2)