Vous êtes ici :

Essai Peugeot 308 BlueHDi 130 EAT8 : la boîte automatique lui va bien

Peugeot 308 Allure bleu action avant droite
La Peugeot 308 BlueHDi 130 EAT8 démarre au prix de 28 300 €. Depuis février 2018, elle remplace la 308 BlueHDi 120 EAT6, alors facturée 600 € moins chère.

Enterré, le diesel ? Pas si vite : pour certains automobilistes, il reste indispensable... et peut même procurer de l'agrément. La preuve avec le récent 1.5 BlueHDi 130, nouvellement associé à la boîte automatique à huit rapports sous le capot de la Peugeot 308.

Voiture à l'essai : Peugeot 308 1.5 BlueHDi 130 EAT8

À partir de
28 300 €
ni bonus
ni malus

Page 1Essai Peugeot 308 BlueHDi 130 EAT8 : la boîte automatique lui va bien 

C’est un fait : le diesel a chuté de son piédestal, et il faut aujourd’hui un réel besoin (sinon une certaine conviction…) pour s’offrir une voiture neuve carburant au gazole. Au pays des compactes, le choix de cette énergie peut même confiner au masochisme : Peugeot 308, Renault Mégane, Volkswagen Golf, toutes jouissent de moteurs à essence modernes, agréables et sobres, qui éclipsent des versions diesels aussi plus onéreuses à l’achat. Dès lors, pourquoi insister ?

Peugeot 308 Allure bleu moteur 1.5 BlueHDi 130

 

Prix Peugeot 308 BlueHDi 130 EAT8

Le premier argument de la 308 diesel ne viendra pas de son prix : à 28 300 € minimum en finition Active, elle coûte 2 500 € de plus qu’une 308 PureTech 130 EAT8 à essence, car son tarif a crû de 600 € par rapport à la version diesel remplacée (1.6 BlueHDi 120 EAT6, lire notre essai).

Cela dit, les rivales ne disent pas beaucoup mieux (lire plus bas chapitre concurrence), et la 308 brandit deux séries spéciales plutôt intéressantes. Pour 700 € de plus que la finition Active, la 308 Style (29 000 €) y ajoute la navigation GPS, les compatibilités Apple CarPlay et Android Auto, les rétros rabattables électriquement, les antibrouillards et les vitres arrière surteintées.

Peugeot 308 Allure bleu ecran GPS
Navigation GPS 3D
Peugeot 308 régulateur de vitesse adaptatif
Régulateur de vitesse adaptatif

Quant à la 308 Tech Edition à 31 900 €, elle soigne ses équipements d’assistance au conducteur : régulateur de vitesse adaptatif (actif jusqu’à l’arrêt avec la boîte auto), freinage d’urgence automatique et surveillance des angles morts viennent en complément de la belle dotation de la 308 Allure ici photographiée, et vendue 1 100 € moins chère (voir prix et cascade d’équipements en page 2).

 

Au volant de la 308 BlueHDi 130 EAT8

Comme la 308 GT BlueHDi 180 (qui a reçu la première la boîte automatique à huit rapports), la 308 BlueHDi 130 EAT8 accueille le conducteur avec un premier changement : exit l’antique sélecteur de vitesses en escalier, bonjour à la « crosse » à commande électrique inaugurée par les SUV 3008 et 5008.

Peugeot 308 levier EAT6
Levier boîte EAT6 (jusqu'à 2018)
Peugeot 308 Allure bleu leveier EAT8
Levier boîte EAT8 (à partir de 2018)

Plus moderne à regarder, plus ergonomique à manipuler, elle dispense aussi de ramener le levier en mode Parking à la coupure du moteur (l’opération, qui coïncide avec l’activation du frein de stationnement électrique, s’effectue automatiquement). Restent à savoir si les évolutions demeurent, une fois en mouvement…

En ville, elles n’apparaissent pas flagrantes mais la 308 n’y présente pas de réel défaut. Elle décolle sans à-coup au feu vert, égrène ses rapports en douceur dans une circulation en accordéon, n’abuse pas des bas régimes pour limiter sa consommation (comme le fait si souvent une Golf TDI DSG).

Peugeot 308 Allure bleu action avant gauche en ville

Seules les phases d’arrêt (arrivée à un feu rouge ou un stop) peuvent provoquer un léger soubresaut, la coupure du moteur soudaine empêchant d’effectuer un vrai freinage dégressif. Sur ce point, la 308 BlueHDi 180 EAT8 fait mieux, grâce à un alterno-démarreur arrêtant le moteur sous 20 km/h pour laisser la voiture « mourir » en douceur sur son élan.

Sur la route, le 308 BlueHDi 130 ne dispose pas non plus du mode roue libre à la décélération, dont profite son homologue à essence (308 PureTech 130 EAT8, lire notre essai). Mais cela n’altère en rien sa remarquable sobriété : moins de 5,0 l/100 km sur parcours périurbain, et guère plus de 6,2 l relevés sur autoroute malgré un léger vent de face.

Avec les moteurs diesels, la boîte EAT8 ne dispose pas de mode "roue libre"... mais leur sobriété ne l'impose pas vraiment

La 308 à essence réclame jusqu’à 1,5 l/100 km supplémentaires à 130 km/h, voire davantage en conduite énergique… à laquelle la version BlueHDi 130 se prête volontiers. Vaillant à l’accélération, courageux lors des relances, plus performant que l’ancien BlueHDi 120 entre 3 000 et 4 000 tr/min, le nouveau 1.5 diesel anime correctement la légère 308, toujours référente, malgré ses cinq ans, en matière de compromis entre confort (moelleux) et tenue de route (imperturbable !).

Peugeot 308 Allure bleu filé droit
Peugeot 308 Allure bleu action arriÚre

Dans ce cadre, mieux vaut juste éviter le mode de conduite Sport issu de l’option Driver Sport Pack : au-delà d’un accélérateur plus sensible et d’une gestion de boîte dynamisée, cette position génère un faux bruit de moteur via les haut-parleurs (tout de même moins présent que sur la version à essence, caricaturale) et rend l’éclairage des compteurs fatiguant de nuit (il vire du blanc au rouge vif).

Dans les reliefs, le mode manuel est donc plus indiqué, mais uniquement accessible via les palettes derrière le volant depuis l’arrivée du nouveau levier. L’unique (et insignifiante) régression par rapport à l’ancienne 308 1.6 BlueHDi 120 EAT6…
 

A bord de la Peugeot 308 Allure

Peugeot 308 Allure planche de bord
Cinq ans après son lancement, la 308 dégage toujours une belle qualité perçue, et ses rangements apparaissent suffisants au quotidien.
Peugeot 308 Allure bleu bouton sport et eco
Facturé 320 €, le choix des modes de conduite apparaît superflu, car peu agréable en position Sport.
Peugeot 308 Allure bleu palette au volant
Et faute de commande manuelle au levier, les palettes au volant viennent désormais de série.
Peugeot 308 Allure bleu 2CRAN aPPLE cARpLAY
Depuis le restylage de septembre 2017, l'interface multimédia à écran 7'' est devenu plus intuitive, et compatible Apple CarPlay/Android Auto dès le niveau Style.
Peugeot 308 Allure bleu siÚges avant
Ces sièges Sport, reconnaissables à leurs appuie-tête intégrés, arrivent en niveau Allure (ici un tissu clair "Guérande"). Ils participent à l'excellent confort de la 308.
Peugeot 308 Allure bleu banquette
Toujours peu d'espace aux jambes sur la banquette, qui adopte un accoudoir et une trappe à skis à partir de la finition Allure.
Peugeot 308 Allure bleu coffre
En revanche, le coffre est l'un des plus volumineux du segment : 398 l en 5 places, voire 420 l en comptant le rangement sous plancher.

 

Concurrence 308 BlueHDi 130 EAT8

Avec cette version 1.5 BlueHDi 130 EAT8, la Peugeot se montre plus exclusive qu’il n’y paraît : la Renault Mégane propose bien un 1.6 dCi de 130 ch, mais n’associe sa boîte robotisée EDC qu’aux dCi de 110 et 165 ch. La Citroën C4 Cactus, passée de SUV à berline compacte au restylage, limite sa puissance à 100 ch en diesel. Quant aux compactes du groupe Volkswagen (VW Golf, Seat Leon, Audi A3), elles n’offrent rien entre 115 et 150 ch en version TDI à boîte DSG.

Ford Focus travelling avant
Ford Focus
Kia Cee'd travelling avant
Kia Cee'd
Hyundai i30 travelling avant
Hyundai i30
Opel Astra action avant
Opel Astra

Seule au monde, la 308 ? Tout de même pas… d’autant que ses rares rivales sont aussi les plus récentes du segment : la nouvelle Kia Cee’d 1.6 CRDi 136 DCT7 (dès 27 990 €) est commercialisée depuis juillet 2018 et la Ford Focus 1.5 EcoBlue 120 BVA8 (dès 28 350 €) le sera en septembre. Pour les autres, cette association moteur/boîte exige souvent les finitions hautes : 30 450 € minimum pour l’Opel Astra 1.6 Diesel 136 BVA6, 31 350 € minimum pour la Hyundai i30 CRDi 136 DCT-7.


Bilan de l’essai 308 1.5 BlueHDi 130 EAT8

Dans la gamme 308, le rôle du nouveau 1.5 BlueHDi 130 EAT8 n’est pas anodin : il remplace à la fois l’ancien 1.6 BlueHDi 120 EAT6, et le 2.0 BlueHDi 150 EAT6 disparu du catalogue à l’approche des normes Euro 6c. Cette tâche ne l’effraie pas : assez discret, plutôt performant, consommant très peu, le BlueHDi 130 s’accorde à merveille avec la boite automatique EAT8, douce et gommant le léger creux du diesel à très bas régimes. Pour les gros rouleurs, voilà une association à privilégier… à fortiori car elle est devenue rare, chez les rivales directes !

Peugeot 308 Allure bleu statique avant droit

A relire. La 308 BlueHDi 130 BVM6 à l'essai


On aime

  • Les consommations très raisonnables, malgré la boîte auto
  • Les performances suffisantes
  • Le confort et l’insonorisation toujours de bon niveau

On regrette

  • Le Stop & Start moins doux que sur la 308 BlueHDi 180 EAT8
  • Le surcoût de 600 € par rapport à l’ancienne version
  • L’espace arrière toujours étriqué
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Peugeot 308