Vous êtes ici :

Essai Peugeot Rifter GT Line : il se prend pour un SUV

essai peugeot rifter gt line 130
Nouveaux arguments pour le Rifter : le bon confort et la souplesse du diesel 130 ch.

Le ludospace Peugeot change de nom et d'allure pour se donner des airs d'aventurier. C'est toujours le roi du chargement, mais ce Rifter peut-il aussi concurrencer les SUV ?

Voiture à l'essai : Peugeot Rifter BlueHDi 130 GT Line EAT8

À partir de
31 300 €
ni bonus
ni malus

Page 1Essai Peugeot Rifter GT Line : il se prend pour un SUV 

Moteur BlueHDi 130, boîte EAT8, poste de conduite i-cCckpit, finition GT Line, protections de bas de portes, sabots avant et arrière, Grip Control : non, on ne parle pas du Peugeot 3008 mais bien d’un ludospace. Le nouveau Rifter chipe en effet au roi des SUV une bonne partie de ses recettes. Même son châssis a quelque chose du 3008 puisque les deux modèles sont bâtis sur la même plateforme EMP2. Côté prix, notre Rifter d’essai n’a rien non plus à envier à un SUV compact : 31 300 € ! Reste à savoir si, à l’usage, ce ludospace possède le même pouvoir de séduction.

peugeot rifter gt line 130
Ce Rifter GT Line reçoit une livrée baroudeur qui le distingue des autres ludospaces. Il existe en version châssis long avec 7 places (+ 1 000 €).

 

Prix Rifter BlueHDi 130 EAT8 GT Line

Plus de 30 000 €, c’est cher pour un dérivé d’utilitaire. A 31 300 €, notre version est carrément la plus chère de son segment. A ce prix, le Rifter offre son meilleur : couplage 1.5 BlueHDi 130 avec boîte EAT8 et finition GT Line. Cette dernière met l’accent sur l’esthétique :  jantes en alliage de 17 pouces diamantées, monogrammes GT Line, combiné à damiers et teinte Noir Onyx pour le contour de calandre, les barres de toit et les coques de rétroviseurs. L’équipement de série en GT Line est aussi plus généreux que celui de l’Allure vendu 2 050 € moins cher : lunette arrière ouvrante, rétroviseur électrochrome, surtapis, trois sièges arrière individuels et clé mains libres complète sa panoplie.
 

Essai Rifter BlueHDi 130 EAT8

peugeot rifter gt line 130

L’accès à bord est très aisé et on se retrouve assis comme dans un utilitaire avec une posture bien droite que certains apprécient. Contrairement au cousin Citroën Berlingo, le Rifter reçoit le poste de conduite i-Cockpit avec petit volant à double méplat et instrumentation en position haute. En revanche, pas de dalle digitale pour les compteurs comme dans le 3008, mais une présentation plus classique. Un coup d’œil à l’ensemble du mobilier confirme que l’on reste dans l’univers utilitaire en dépit de quelques efforts de présentation et d’un assemblage bien exécuté. La planche de bord est très massive et l’ensemble de l’habitacle est habillé de plastiques durs. Les rangements, souvent grands, sont à foison et certains seront de véritables nids à poussière à l’usage.

essai peugeot rifter gt line 130 en virage
Peugeot Rifter GT Line
peugeot rifter gt line 130 sur route
Peugeot Rifter GT Line

Les premiers tours de roues signalent les progrès de ce ludospace. En passant de Partner à Rifter, le ludospace a gagné une plateforme plus moderne et des réglages de trains roulants spécifiques. La première impression est l’excellent confort de roulement : le Rifter semble glisser sur la route et beaucoup de SUV ne peuvent en dire autant. L’insonorisation du diesel est correcte et le fonctionnement se fait en douceur en association avec la boîte automatique.

Avec 130 ch et 300 Nm de couple, les reprises sont satisfaisantes et le Rifter se dote de bonnes capacités routières. En dépit de l’aérodynamique peu soignée, nous avons relevé une consommation de 6,2 l/100 km sur notre parcours routier. Confortable et stable, le Rifter met rapidement en confiance. La quiétude règne à bord jusqu’à 130 km/h, vitesse à laquelle les bruits d’air deviennent insistants. Le petit volant ajoute un sentiment d’agilité sur la route mais il ne faut pas s’emballer car, en virage, la masse et le centre de gravité haut rappellent que l’on est au volant d’un utilitaire. Si le comportement n’est donc pas aussi rigoureux que celui d’un 3008, il n’a pas non plus grand-chose à envier à certains SUV, pas toujours aussi bien affûtés sur la route.
 

A bord du Rifter GT Line

peugeot rifter gt line planche de bord
La planche de bord du Rifter est massive et l'écran central saute un peu à la figure. La finition GT Line tente de rehausser la présentation avec des éléments en plastique peints en Marron Quente.
peugeot rifter gt line compteurs
Les compteurs du Rifter sont classiques. Le fond avec damiers est spécifique à la finition GT Line.
peugeot rifter gt line 130 avec EAT8
La boîte automatique se commande via cette touche rotative qui remplace le levier.
rifter 130 ÃÆ’  5 places
Trois vraies places à l'arrière du Rifter etun bon espace pour chaque passager. Les SUV compacts ne peuvent en dire autant.
siÃÆ’Ãĉہ ÃƒÆ’‚¡ges avant peugeot rifter 130
La sellerie Tissu Casual est spécifique au Rifter GT Line. Accès aisé et posture droite caractérisent les places avant.
Seuil bas, accÚs large, beau volume (597 à 2126 l), siÚges de second rang escamotables individuellement dans la plancher sur GT Line : en termes de chargement, le Rifter offre plus que n'importe quel SUV compact. Même le siÚge passager avant s'escamote pour gagner en longueur de chargement.
Seuil bas, accès large, beau volume (597 à 2126 l), sièges de second rang escamotables individuellement dans la plancher sur GT Line : en termes de chargement, le Rifter offre plus que n'importe quel SUV compact. Même le siège passager avant s'escamote pour gagner en longueur de chargement.

 

Concurrence Peugeot Rifter GT Line

Le Rifter BlueHDi 130 EAT8 GT Line est au sommet de la gamme et, à 31 300 €, cette version est aussi la plus chère de tous les ludospaces. Le cousin Citroën Berlingo est affiché à 30 150 € en Shine avec la même mécanique, mais une présentation moins alléchante. L’Opel Combo Life bâti sur la même plateforme PSA se limite, lui, à 29 300 € avec la même mécanique et un équipement généreux en Innovation. Si le Rifter est cher dans sa catégorie, il reste quand même moins onéreux qu’un SUV compact. Comptez en effet 37 750 € pour un Peugeot 3008 BlueHDi 130 EAT8 GT Line et 34 900 € pour un Renault Kadjar dCi 130 X-Tronic Intens.
 

Bilan essai Peugeot Rifter

peugeot rifter gt line 130

Le Rifter est plus pratique et plus facile à charger que n’importe lequel des SUV. Son excellent confort et ses trois vraies places à l’arrière surpassent aussi bien des SUV. Et dans cette version, son agrément de conduite est plutôt une bonne surprise. Alors mieux qu’un SUV ? Oui, sur des points tout à fait rationnels ; non, sur des éléments plus subjectifs sur lesquels les SUV ont bâti leur succès : charme du design, impression de sécurité et sentiment d’être valorisé. Le Rifter restera la cible de ceux qui iront à l’essentiel et qui veulent s’offrir le plus SUV des ludospaces… jusque dans son prix.
 

On aime

  • peugeot rifter gt line 130 avec monogramme
    Confort de suspension
  • Mécanique douce et docile
  • Chargement, habitabilité, accès à bord

 

On regrette

  • peugeot rifter gt line 130
    Visibilité ¾ avant
  • Réactivité de l’écran tactile
  • Prix élevé

 

 

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Peugeot Rifter