Essai Porsche 911 Turbo Cabriolet : débutant accepté
habillage
banniere_haut

Essai Porsche 911 Turbo Cabriolet : débutant accepté

Pour essayer la Porsche 911 restylée, autant viser le meilleur avec cette version Turbo Cabriolet : 540 ch dans le dos, 320 km/h dans les cheveux (mais on n'a pas essayé) et des frissons dans tout le corps tant cette 911 est diabolique. Mon passager a fini par craquer.

Publié le Mis à jour le

Subtilement restylée en ce début 2016, la Porsche 911 type 991 gagne 20 ch dans sa version Turbo.

PORSCHE 911 Coupe Turbo

  • - Moteur : Essence
  • - Puissance: 44 ch
  • - Lancement : Janvier 2016
  • - A partir de 190 895 €
  • - 8000 € de malus.

Passer un certain niveau de puissance comme les 500 ch, cela effraie un peu. Surtout lorsque l’on roule en cabriolet. Mon passager du jour en témoigne quand je lui propose de prendre le volant sur ces petites routes vallonnées : «heu… non, vas-y continue, je ferai juste les  derniers kilomètres du parcours… ». Il ne sait pas ce qu’il rate avec cette 911 Turbo Cabriolet (voir le diaporama photos de l'essai).

Car nous avons affaire ici, non pas à la 911 Carrera qui vient de passer au turbo à l’occasion de son restylage qui signe la fin des 911 atmosphériques (lire essai 911 Carrera S 2016), mais à la Turbo, la vraie, comme elle existe dans la gamme depuis 1974. Un véhicule qui a toujours été un monstre de puissance et de sensations et qui mettait parfois son conducteur en délicatesse.

porsche 911 turbo vue arrière
porsche 911 turbo 2016

C’est peut-être cela qui chagrine mon jeune passager : des lectures sur la violente Porsche 911 Turbo d’antan. Violente, la Porsche l’est toujours. Pensez donc : une puissance de 540 ch tirée de son six cylindres à plat 3.8 biturbo (+ 20 ch à l’occasion du restylage) et une force herculéenne de 660 Nm de couple (et même 710 Nm avec overboost !).  Inutile de sortir le chrono pour vérifier le 0 à 100 km/h en 3,1 secondes. La violence du démarrage (ou plutôt du décollage) parle d’elle-même. 

Un peu d’humilité ne faisant de mal à personne, il faut bien l’avouer : cette 911 Turbo est impressionnante de performances au point qu’il faut  avoir les cervicales bien accrochées (à l’accélération comme au freinage) et un cœur gros dans les enchainements de virages.

Pendant 20 secondes, la 911 Turbo passe en mode missile. Sensations garanties !

Et pour une dose d’adrénaline supplémentaire, il suffit de presser le nouveau bouton Sport Response situé sur le volant. Pendant 20 secondes, la voiture se met en mode missile : papillon des gaz légèrement ouvert, vitesse de rotation du turbo augmentée, boîte  PDK qui privilégie les hauts régimes (encore plus qu’en mode Sport Plus), transmission réglée pour délivrer de meilleures reprises.

Là, ce n’est plus un effet « wahou », mais une expérience DINGUE !  J’ai évité de réitérer l’expérience… pour ne pas décourager mon passager à passer derrière le volant.

porsche 911 restylée 2016 turbo

 

Une 911 aussi folle que docile

Toute cette débauche de puissance c’est bien, mais comme on ne roule pas pied au plancher en  permanence, il faut aussi apprécier la 911 Turbo Cabriolet à des allures classiques. C’est là que toute la force et l’expérience Porsche parle : cette 911 se conduit avec une facilité déconcertante : pas de soubresauts, pas de réaction vive impromptue et même un confort certes un peu viril mais pas casse-dos.

C’est le moment d’apprécier la conduite cheveux au vent : d’une pression sur la commande, la toile se plie en seulement 13 s jusqu’à la vitesse de 50 km/h. Une autre pression et voici le coupe-vent qui se déploie automatiquement (bah oui, on ne va quand même pas le faire à la main).

Ainsi gréée, la 911 Cabriolet protège efficacement ses passagers des remous d’air (même à 130 km/h) et évite tout bourdonnement qui agace à bord de certaine version découvrable. Une fois de plus du grand art, tout comme la présentation luxe et sport de l’habitacle.

 

Le stress tombe, le plaisir monte

Rassuré par la docilité de l’engin, mon passager finit par craquer. Le voici au volant. Oui ça pousse, mais la voiture réagit bien à ses injonctions. Très bien même. Il prend confiance, force un peu l’allure, rassuré par ce châssis imperturbable avec ses quatre roues motrices et directrices (c’est nouveau) et ses larges pneus de 20 pouces qui agissent comme des ventouses sur le bitume.

Il constate la limite d’adhérence loin, très très loin même. Le rythme grimpe donc, le stress de conduire un tel bijou retombe (190 845 € hors option tout de même…)  et le plaisir pointe rapidement chez mon ex-passager.

911 turbo sur piste
La 911 Turbo Cabriolet affiche un prix aussi délirant que ses performances : 190 895 €. Notre modèle d'essai comportait plus de 20 000 € d'options. Et n'oubliez pas le malus : 8 000 €. Inutile de parler de l'entretien...

 

Etape suivante : 911 Turbo S !

Il n’aura qu’un seul regret : ne pas avoir pris le volant plus tôt. Car il l’a constaté : cette Porsche 911 Turbo est aussi facile que fascinante. Il est déjà prêt à passer à l’étape suivante avec la 911 Turbo S qui fait encore grimper le curseur de l’émotion : 580 ch, 750 Nm avec overboost. Un summum, comme l’a toujours été la 911 Turbo, mais aujourd’hui capable de rassurer les « débutants » comme de combler les plus exigeants. Même si certains préfèreront l’homogénéité d’une 911 Carrera S déjà forte de 420 ch, avec la Turbo on accède au graal, au grand dam de la concurrence Audi R8 et Jaguar F-Type.

A LIRE. Porsche 911 Turbo S vs 911 GT3 RS, le match au sommet !

phare porsche 911 turbo
aileron porsche 911 turbo

 

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours