Essai Toyota Proace City : la première fourgonnette de Toyota

voir les photos
Premier essai du Toyota Proace City
Le Toyota Proace City est une fourgonnette très étroitement dérivée des Berlingo et Combo. Il est proposé à partir de 18 335 € HT avec le moteur 1.5 D-4D 75 ch, et à partir de 19 485 € HT avec le même moteur de 100 ch essayé ici.

Le partenariat industriel portant sur les véhicules utilitaires conclu entre Toyota et PSA permet au constructeur japonais de proposer une fourgonnette, une première dans l'Hexagone. Le Proace City n'est donc qu'un clone des Citroën Berlingo et Opel Combo, mais qui s'en plaindra ?

Voiture à l'essai : Toyota ProAce City Medium 100 D-4D Active

À partir de
19 485 €

Page 1Essai Toyota Proace City 

Avec son Proace City, Toyota s’attaque à un nouveau segment de marché : celui, très concurrentiel, des fourgonnettes. Pour aller jouer des coudes avec les constructeurs nationaux, inventeurs de la fourgonnette, le japonais s’est logiquement tourné vers son partenaire industriel français : PSA. Ainsi, après le Proace, clone des Jumpy et Expert, voici le Proace City, clone des Berlingo et Combo (le Partner ayant un tableau de bord différent).

Toyota Proace City 1.5 D-4D 100

Esthétiquement, le Proace City ne se distingue de ses cousins que par sa calandre et le logo au centre du volant. Tout le reste est identique. Il faudra donc un œil avisé pour le distinguer des modèles PSA dans la circulation. Cependant, le Proace City affiche des lignes modernes et plaisantes. A l’intérieur, la planche de bord est identique à celle des Berlingo et Combo. Si les matériaux employés sont de qualité moyenne, tout comme les assemblages, l’ensemble s’avère plaisant à utiliser. La large tablette centrale ne peut cacher son origine PSA et regroupe le système audio, la téléphonie, l’ordinateur de bord etc. Ainsi qu’une prise USB. Idem pour les commodos ou la commande du régulateur/limiteur signés PSA.

 

Prix Toyota Proace City

essai Toyota Proace City 1.5 D-4D 100
La finition Business est la plus haute : elle permet de disposer de nombreux équipements de confort même si notre modèle d'essai dispose d'options (pack Look et pack Visibilité).

Le Toyota Proace City est proposé en deux longueurs (Medium et Long, mesurant, respectivement, 4 403 mm et 4 753 mm). Cela permet de disposer d’un volume utile de 3,3 et 3,9 m3. Le système de panneau amovible dans la cloison et de siège passager rabattable (Moduwork) permet de gagner 0,5 m3 supplémentaire et surtout de charger des objets de grande longueur (3 090 mm sur le Medium et 3 440 mm sur le Long). Les motorisations sont d’origine PSA. Au programme : un moteur essence (le 1.2 L VVT-i de 110 ch) et un bloc diesel (le 1.5 D-4D) décliné en trois niveaux de puissance : 75, 100 et 130 ch.
 

Toyota Proace City 1.5 D-4D 100
En euros HT L1 L2
Active 19 485 20 665
Dynamic 21 185 22 365
Business 22 850 24 035

 

Au volant du Proace City

Toyota Proace City 1.5 D-4D 100

L’intérieur du Proace City ne peut pas cacher ses origines françaises. A l’exception du logo au centre du volant (et sur l’écran central tactile lorsqu’il s’allume), tout le reste est strictement identique aux Berlingo et Combo. Même bloc d’instrumentation, au demeurant complet, même planche de bord aux plastiques de qualité moyenne, même boîte à gants avec couvercle sur la partie supérieure de la planche de bord, même console centrale avec sa prise accessoire 12 V implantée à son pied et parfaitement inexploitable, etc. Cependant, le tableau n’est pas si noir que cela (même si cette couleur de plastique est omniprésente dans l’habitacle). La position de conduite est bonne, tout comme la visibilité vers l’extérieur ou l’ergonomie des commandes.

Le moteur 1.5 turbo-diesel d’origine PSA est désormais bien connu. Il développe une puissance de 100 ch et sied bien au Proace City. Il est à l’aise en ville et sur route ; seules les relances peuvent s’avérer difficile du fait d’une boîte de vitesses disposant de rapports très longs afin de privilégier les économies de carburant. Et comme ce bloc ne donne rien en dessous de 1 500 tr/min, il ne faut pas hésiter à jouer du levier de vitesses pour obtenir des relances convaincantes. Le bon côté de cette boîte longue est une consommation moyenne de 6,2 l/100 km lors de notre essai.

Toyota Proace City 1.5 D-4D 100 blanc

Le confort est un peu ferme à vide, mais l’ensemble s’avère plaisant à la conduite. L’écran optionnel qui prend la place du rétroviseur central permet de disposer, via la caméra arrière, d’une rétrovision en roulant, mais aussi d’une image de trois quarts côté droit, particulièrement pratique pour les manœuvres ou à certains carrefours. Enfin, le petit écran retransmet aussi l’image de la caméra (en changeant d’angle de vue par rapport à la fonction « rétro ») lors des marches arrière. Un système ingénieux et bienvenu dans un utilitaire tôlé où la vision vers l’arrière et de trois quarts est toujours un problème. A cela, la version Business du Proace City ajoute des radars avant et arrière. De quoi circuler en ville en toute sécurité.


Dans l’habitacle du Proace City

Toyota Proace City 1.5 D-4D 100 planche de bord
La planche de bord comprend divers espaces de rangement : boîte à gants avec couvercle en partie supérieure ; boîte à gants ouverte en partie basse ; bacs dans les portières ; capucine.
La prise 12 V est implantée en partie basse de la console centrale. Elle a le mérite d'exister, mais s'avère très peu pratique à utiliser.
La prise 12 V est implantée en partie basse de la console centrale. Elle a le mérite d'exister, mais s'avère très peu pratique à utiliser.
Toyota Proace City siège passager rabattable
La banquette deux places est associée au système de dossier rabattable Moduwork. Cela permet l'emport d'objets de grande longueur.

 

Concurrence du Proace City

Renault Kangoo

 

Renault Kangoo 3 2021

Le Renault Kangoo est en fin de vie, la nouvelle génération devant être lancée début 2021. Cependant, la fourgonnette Renault reste le modèle de la catégorie le plus vendu en France depuis des années. Elle existe encore en deux longueurs offrant des volumes d’emport de 3 et 4 m3. Sous le capot, la gamme se compose désormais de trois versions du moteur 1.5 dCi de dernière génération développant 80, 95 et 115 ch ainsi, bien sûr, qu’en version 100 % électrique ZE. Malgré son âge, le Kangoo reste toujours aussi confortable.

Citroën Berlingo-Opel Combo

Citroën Berlingo
Citroën Berlingo
Opel Combo
Opel Combo

Le Citroën Berlingo et l'Opel Combo sont, aux calandres et logos près, identiques au Toyota Proace. La différence va se faire sur quelques aménagements de composition de gamme et de tarifs même s’ils restent très proches. La plus grosse différence entre ces modèles : le réseau de vente et d’entretien. A ce petit jeu, les Chevrons sortent largement vainqueurs. N’empêche que si un concessionnaire Opel est proche de chez vous, cela vaut le coup. Les motorisations sont naturellement strictement identiques. Au programme : le 1.2 essence de 110 ch et le 1.5 turbo-diesel de 75, 100 et 130 ch. Le Citroën Berlingo et l'Opel Combo sont déclinés en deux longueurs offrant naturellement les mêmes volumes utiles que le Toyota.

Peugeot Partner

Peugeot Partner

C’est la dernière fourgonnette PSA. Alors, pourquoi différencier le Partner de ses cousins de chez Citroën, Opel et Toyota ? Tout simplement parce que, outre le réseau nettement plus important que ceux d’Opel ou Toyota, le Peugeot Partner dispose d’un tableau de bord unique à ce modèle. Basé sur celui des autos de la marque, il reprend le concept du i-Cockpit avec son petit volant et ses compteurs en position décalée en hauteur. De quoi ravir certains conducteurs et, au contraire, en faire fuir d’autres. Seul réel inconvénient de ce i-Cockpit : il entraîne la disparition de la boîte à gants située en partie supérieure de la planche de bord présente sur les autres modèles. La gamme de motorisations est la même avec le 1.2 essence 110 ch et le 1.5 turbo-diesel 75, 100 et 130 ch.

 

Bilan Toyota Proace City

Toyota Proace City 1.5 D-4D 100 palette

Le Proace City est la dernière pierre du développement de la gamme d’utilitaires Toyota. En s’associant à PSA, il y a quelques années, le géant japonais ne s’y est pas trompé. Il dispose, avec le Proace City, d’une fourgonnette moderne et réussie. Un outil de travail bien pensé et qui pourra assurer sa mission tout en offrant un agrément quotidien élevé. Reste une seule question : pourquoi préférer ce Proace City à un Berlingo, un Combo ou un Partner ? Une question à laquelle la raison seule ne peut apporter de réponse.

On aime

  • Consommation
  • Equipement complet
  • Conduite agréable

On regrette

  • Emplacement prise 12V
  • Finition intérieure
  • Boîte trop longue
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Romain

Toyota est une marque fiable, alors pourquoi pas en utilitaire ! /// www.trakmy.fr

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !