Vous êtes ici :

Essai Range Rover Evoque D240 (2019) : très beau, mais trop lourd...

voir les photos
Range Rover Evoque D240 (2019)
Disponible fin mars 2019, le Range Rover Evoque n°2 débute en diesel à 39 350 € en D 150 ch 4x2, et 50 500 € en D 240 ch.

L'Evoque reste le plus beau des SUV compacts. Mais son poids pèse sur ses performances et son malus. La solution ? Une version hybride rechargeable. Elle viendra, dans un an.

Voiture à l'essai : Land-Rover Evoque 2.0 D 240ch AWD BVA

À partir de
50 500 €
3 660 € de malus

Page 1Essai Range Rover Evoque D240 (2019) : très beau, mais trop lourd... 

Soudain, en 2011, l’Evoque a changé Land Rover. Un SUV comme nul n’en avait vu : compact mais trapu, toit en fuite, ceinture de caisse très haute. A la fois puissant, élégant et impertinent : teintes bicolores, version 3 portes, bientôt configuration cabriolet. Bref, tout le langage Mini transposé chez les SUV. Ce que le Countryman aurait dû être, Land Rover l’a incarné avec l’Evoque. Une démarche audacieuse, presque subversive de la part d’une marque qui forgeait inlassablement les mêmes 4x4 depuis le Defender en 1948 : compétents, au format carré.

Range Rover Evoque D240 (2019)

Avec l’Evoque, Land Rover est entré dans une autre dimension : 2 750 immatriculations en France en 2010, 10 300 en 2016. Puis, dans une autre problématique : comment renouveler un modèle au design aussi fort, qui pesait tant dans ses ventes ? Les hommes de l’art ont regardé leur œuvre, constaté qu’elle n’avait pas pris une ride en huit ans ni été imitée, et sagement décidé de n’y rien toucher puisque le client ne le demandait pas : même ligne pour l’Evoque 2019, même gabarit court (4,37 m). Et même largeur, inhabituelle dans le segment : 1,90 m.

 

Prix et moteurs Evoque 2019

Vu de l’extérieur, les différences portent sur des détails, qui affirment son positionnement haut de gamme : poignées de portes affleurantes et bandeau laqué noir entre les feux arrière comme sur le Velar, flancs plus lisses, écart réduit entre les pièces de carrosserie. La surprise est cette fois dans l’habitacle : pas une ni deux dalles numériques, mais trois : instrumentation digitale, un écran multimédia de 10 pouces, et un autre, un cran plus bas sur la console centrale. En comptant bien, il est même un quatrième écran : le rétroviseur central peut afficher la vue arrière captée par la caméra…

Range Rover Evoque D240 (2019)
Feux amincis en deux parties, bandeau horizontal noir : le nouvel Evoque reprend les codes de la poupe du Velar.

Du nouveau aussi sous le capot avant, avec une hybridation légère : afin d’alléger leur consommation, une batterie 48 volts vient soulager les efforts des moteurs thermiques, trois diesels (150, 180 et 240 ch), trois essence (200, 249 et 300 ch). Seul le petit diesel 150 ch connait transmission 4x2 et boîte mécanique (39 350 €). Au-delà, 4x4 et BVA9 de rigueur, ce qui fait monter le prix, d’autant que la finition de base est chichement dotée. La version diesel 240 ch ici essayée débute ainsi à 50 500 €. Mais se vendra davantage à partir du niveau S, avec GPS et cuir, à 54 950 €. Une somme, pour un SUV compact…

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Land-Rover Range Rover