Essai Renault Captur Blue dCi 95 : un petit diesel pour la route

voir les photos
Renault Captur
Le Renault Captur 2 se décline en trois versions à essence et deux versions diesels, dont le Blue dCi 95 ici à l'essai. Le prix démarre à 23 200 € en Captur Zen.

Difficile en 2020 de conseiller un diesel, à fortiori sur le segment des SUV urbains. Il serait pourtant dommage de s'en priver car à ce niveau de puissance, le Captur Blue dCi 95 devient le plus recommandable de la gamme.

Page 1Essai et avis Renault Captur Blue dCi 95 

Le fameux dieselgate eut au moins un avantage en France : celui de ne plus faire du diesel un achat « réflexe ». Coûteux à l’achat, parfois onéreux à entretenir, inadapté aux courts trajets en ville, il reste toutefois le choix idéal pour qui parcourt beaucoup de kilomètres dans l’année ou multiplie les longs trajets.

Renault Captur Zen
Identique en 115 ch, le 1.5 Blue dCi diffère ici de celui de la Clio : 95 ch et 240 Nm de couple pour le Captur, contre 85 ch et 220 Nm pour la Clio.

Deux dernières utilisations tout à fait compatibles avec le nouveau Renault Captur, plus confortable, silencieux et agréable à vivre que l’ancienne génération. Reste à savoir si cette version de 95 ch suffit à animer ce SUV, plus routier depuis qu’il a glané 11 cm en longueur (4,23 m) et une dotation technologique digne des segments supérieurs.
 

Prix Renault Captur Blue dCi 95

Si le Captur est vendu dès 18 600 € en essence (TCe 100 Life), il ne débute qu’à 23 200 € en Blue dCi 95 dont la gamme démarre un cran plus haut, en finition Zen. Son « vrai » surcoût chute en fait à 2 000 € à niveau d’équipement équivalent et de toute manière, le Captur Zen reste bien plus recommandable que le Life : clim’ manuelle, carte mains-libres, écran tactile compatible Android Auto et Apple CarPlay et jantes alliage 17’’ composent la dotation de série.

Le tarif du Captur Zen 2020
Renault Captur Zen
Google Maps sur le nouveau Captur à ecran 7''
Ecran 7'' EasyLink

Le niveau Intens à 25 700 € devient plus moderne encore avec GPS intégré, radar de recul, frein de parking électrique, boîte à gant coulissante, et une présentation plus soignée mêlant compteurs à affichage numérique, jantes 18’’, toit à ton dissocié et signature lumineuse en forme de C (voir dotation détaillée en page suivante). Contrairement au Blue dCi 115, la finition Initiale Paris n’est pas disponible avec ce petit diesel.

 

Au volant du Captur diesel

Particulièrement agréable en versions TCe 130, TCe 155 et Blue dCi 115 essayés précédemment, le Captur II nous avait moins convaincus avec le 1.0 TCe 100, un peu « léger » sur route et manquant de douceur en ville. Deux petits défauts ignorés par ce Captur 1.5 Blue dCi 95, à l’aise sur tout type de parcours. En ville, il présente une agréable souplesse à bas régime et un Stop & Start discret, qui coupe le moteur sous 6 km/h et le redémarre sans soubresaut.

Test du Captur dCi 95

Sur route, il procure des relances suffisantes, à condition d’évoluer au-delà de 2 000 tr/min et donc, de descendre un ou deux rapports si ce n’est pas le cas (mais la commande surélevée tombe bien sous la main). Sur autoroute enfin, le Blue dCi 95 ronronne à 2 400 tr/min en sixième et oscille entre 6 l et 6,5 l aux 100 km selon le relief… soit au minimum 700 km d’autonomie malgré la petitesse du réservoir.

Cerise sur le filtre à particules ? Le Captur diesel demeure sûrement l’un des plus discrets du segment, tant en matière de bruit à l’accélération (toujours bien calfeutré) que de vibrations (absentes, même à bas régimes). Dans ce niveau Zen, les roues de 17 pouces permettent aussi un meilleur confort sur les bosses, mais il faudra se contenter d’une présentation moins pimpante que l’Intens.

En parlant de roues, les pneus Continental EcoContact 6 de série conservent une bonne adhérence en virages, même sur chaussée humide où le Captur élargit toujours progressivement sa trajectoire. Reste une direction un peu lourde en ville puis trop légère sur route... alors que l'inverse eût été plus logique !
 

A bord du Captur Zen

Interieur Renault Captur Zen
En niveau Zen et sans pack de personnalisation, l'ambiance intérieure est un peu moins gaie mais la qualité perçue du Captur 2 reste séduisante. L'écran tactile de 7'' (et son intuitive interface EasyLink) est le seul disponible sur cette finition.

 

Compteurs Renault Captur 2 Zen
Compteurs classiques pour le Captur Zen : en Intens, un afficheur central de 7'' vient les remplacer.
Ecran tactile du Captur 2
Les connexions Android Auto et Apple CarPlay viennent de série. Le GPS intégré coûte 350 €.
Sièges avant du nouveau Captur Zen
Réglable en hauteur en finition Intens, le siège passager est ici juché trop haut pour les grands gabarits.
Banquette coulissante Renault Captur 2020
La banquette coulisse d'un seul tenant sur 16 cm. Et les places latérales restent accueillantes pour des adultes.
Coffre du Captur siege rabattu
Le plancher amovible, qui forme un espace plat sièges rabattus, est livré de série. Une poignée sait faire glisser la banquette depuis le coffre.
Coffre du Renault Captur II
En cinq places, le volume oscille entre 406 et 520 l, contre 422 à 536 l sur les Captur à essence, dépourvus de réservoir d'AdBlue.


Concurrence Captur 2

Honda HR-V, Hyundai Kona, Kia Stonic, Jeep Renegade, Skoda Kamiq, VW T-Roc… Autant de SUV rivaux du Captur, mais non proposés en version diesel inférieure à 100 ch (lire notre guide d’achat des SUV urbains). Pour en trouver, on peut d’abord toquer chez les français : le modulable Citroën C3 Aircross BlueHDi 100 est facturé 21 450 € en niveau Feel mais n’offre ni banquette coulissante, ni jantes alliage, ni connexion Android Auto/Apple CarPlay, ni vitre arrière électriques, ni freinage d’urgence automatique, ni feux à LED, ni clefs mains-libres présents de série en Captur Zen (23 200 €). A 23 100 €, le Peugeot 2008 BlueHDi 100 Active oublie lui aussi la banquette coulissante et la clef mains-libres.

Citroën C3 Aircross blanc
Citroën C3 Aircross
Peugeot 2008 rouge
Peugeot 2008
Seat Arona gris
Seat Arona
Volkswagen T-Cross bleu
Volkswagen T-Cross

Le Captur Zen apparaît donc bien placé, et le reste face au Volkswagen T-Cross TDI 95, vendu 24 200 € (sans jantes alliage, mais avec régulateur de vitesse adaptatif et surveillance d’angle mort de série). Reste un gabarit inférieur qui réduit légèrement l’espace intérieur (4,11 m contre 4,23 m), et un diesel bien plus sonore en ville. Un défaut partagé avec le cousin Seat Arona TDI 95, toutefois plus abordable : 20 500 € en prix de départ. Ces deux cousins du groupe Volkswagen proposent au moins une boîte robotisée en option, réservée au seul Blue dCi 115 sur le Captur diesel.
 

Bilan de l’essai Renault Captur Blue dCi 95

Perfectible en version TCe 100 à essence, le nouveau Captur offre de meilleures prestations avec son petit diesel : plus doux en ville, plus sobre sur autoroute, légèrement plus performant sur route, il profite aussi d’une insonorisation soignée qui ne fait jamais regretter le choix du « mazout ». Reste à parcourir beaucoup de kilomètres dans l’année pour rentabiliser son surcoût de 2 000 € par rapport à l’essence : en tenant compte du prix moyen de carburant au 10 avril 2020 (1,22 € le litre de gazole, 1,27 € pour le sans-plomb 95), le Captur Blue dCi 95 devra parcourir plus de 110 000 km pour effacer l’écart de prix à l’achat.

On aime

  • Le diesel silencieux et peu vibrant
  • Les performances correctes et la consommation maîtrisée
  • L’habitacle confortable et accueillant
Feu arrière LED

On regrette

  • Le seuil de rentabilité élevé par rapport à l'essence
  • Boîte à gant coulissante et grand écran indisponibles en Zen
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Renault Captur