Essai Renault Clio Blue dCi 85 : un diesel surprenant
habillage
banniere_haut

Essai Renault Clio Blue dCi 85 : un diesel surprenant

Difficile de préférer le diesel à l'essence en 2019, à fortiori dans le segment des citadines polyvalentes. La nouvelle Clio diesel nous fait pourtant hésiter : et si cette Clio 1.5 Blue dCi 85 demeurait la meilleure des Clio 5 ?

Publié le Mis à jour le

La Clio de cinquième génération propose toujours une offre diesel, grâce au 1.5 Blue dCi décliné en 85 ch (ici à l'essai) ou 115 ch. Le prix de la Clio diesel 85 ch débute à 19 300 €.

C.CHOULOT

[Mis à jour le 08/04/2020] D’achat « réflexe » au début de la décennie, le diesel est aujourd’hui devenu l’exception. Les citadines n’en proposent plus (souvenez-vous des Citroën C1 HDi et Smart Fortwo Cdi !), les polyvalentes diesels deviennent rares et les acheteurs suivent la tendance : au deuxième trimestre 2019 en Europe, 31,3% des voitures neuves carburaient au gazole (et 59,5% au sans-plomb), en baisse de 5 points par rapport à 2018 !

La Clio est l'une des rares citadines à toujours proposer deux versions diesels.

Lancée à l’été 2019, la Renault Clio 5 fait dès lors figure d’extraterrestre : deux propositions diesels 1.5 dans sa besace, dont la Blue dCi 115 sans rivale à ce niveau de puissance (lire notre essai). Facturée entre 22 900 € et 26 100 €, elle s’éloigne hélas des prix attendus dans ce segment et guide le regard du public un cran plus bas : vers la Clio Blue dCi 85, proposée bien moins chère.

 

Prix Renault Clio Blue dCi 85

19 300 €. Voici l’unique prix de la Clio Blue dCi 85, bornée aux frontières de la finition Zen (hors niveau Business à 19 700 €, réservé aux professionnels). A ce tarif, l’équipement de série comprend l’essentiel : clim’ manuelle, régulateur de vitesse, bluetooth, prise USB, allumage automatique des feux et déjà, écran tactile 7’’ Easy Link compatible Android Auto et Apple CarPlay.

Mais, même en option, inutile d’espérer le grand écran tactile de 9,3’’, ou les pratiques caméras de recul et clef mains-libres, réservés aux finitions supérieures... En Clio Zen, les suppléments se résument aux Pack City (radars de recul et rétros rabattables électriquement pour 350 €), Pack Look Noir (jantes alliage 16’’ et vitres arrière surteintées pour 450 €, comme notre Clio d'essai) et navigation GPS intégrée (400 €).

 

Au volant de la Clio diesel 85 ch

Notre essai de Clio Blue dCi 85 a par hasard suivi celui d’une version TCe 100 à essence. Une transition rarement favorable au diesel… hormis sur la Clio V. La discrétion du Blue dCi, d’abord, apparaît remarquable : pas de grondement sourd à l’accélération, pas de fourmillements dans le siège ou le volant à bas régimes, et une boîte au sixième rapport long conservant le diesel en « sourdine » sur autoroute.

Et si ce dernier altère légèrement les relances sous 110 km/h, il suffit de descendre un ou deux rapports pour retrouver de la « niaque » : les reprises deviennent alors compatibles avec un usage routier, et complètent les accélérations suffisantes et la souplesse correcte après 1 500 tr/min. Merci aux 220 Nm de couple disponibles à 1 750 tr/min, bien supérieurs aux 160 Nm à 2 750 tr/min de la Clio TCe 100.

Avec 4,5 l aux 100 km en moyenne, la Clio Blue dCi 85 bat des records de sobriété en conditions réelles !

L’ultime argument du diesel concerne sa consommation, à peine croyable : sur parcours autoroutier avalé à 130 km/h au GPS (soit 133 km/h au compteur), la Clio Blue dCi 85 s’est contentée de 4,5 l aux 100 km, puis n’a jamais dépassé 5 l en ville ! De quoi préserver l’autonomie malgré la petitesse du réservoir (39 l seulement), amputé par la réserve d’urée (12 l) qui interdit aussi la roue de secours normale (galette en option uniquement).

Avec une commande de boîte plus agréable et des à-coups mieux maîtrisés en ville, cette version Blue dCi 85 achève de faire préférer le diesel à l’essence TCe 100, et s’accorde parfaitement aux qualités intrinsèques de la Clio 5 : direction douce, sièges et suspension plus aimables qu’auparavant, comportement routier efficace. Et une présentation intérieure nettement améliorée, à découvrir ci-dessous.

 

A bord de la Clio Zen

Même en finition Zen qui ne dispose pas de revêtement "soft" sur le haut de la planche de bord et des contre-portes, la Clio dégage une belle qualité de fabrication. Les rangements spacieux et l'ergonomie soignée achèvent de convaincre.
Le système Easy Link à écran 7'' réduit son nombre de menus et sous-menus, et permet toujours de personnaliser ses pages d'accueil. Le GPS intégré coûte 400 €.
Les connexions Android Auto et Apple CarPlay viennent de série, comme l'aide au maintien dans la voie, le freinage d'urgence auto et la reconnaissance des panneaux.
Assise longue, maintien latéral correct, belle amplitude de réglages pour le conducteur : les sièges avant se montrent accueillants.
La banquette est tout aussi bien dessinée, et dégage plus d'espace aux jambes grâce à des dossiers de sièges avant plus creusés.
A 317 l, le volume de coffre se montre spacieux mais en finition Zen, l'absence de plancher amovible interdit l'aire de chargement plane.
Vitres arrière électriques, carte mains-libres, chargeur par induction ou caméras 360° sont tout aussi indisponibles sur cette finition Zen.


Concurrence

Comme vu en introduction, l’offre diesel chez les citadines polyvalentes (lire notre guide d'achat) s’est raréfiée ces derniers mois : Audi A1, Hyundai i20, Kia Rio, Mazda 2, Skoda Fabia, Toyota Yaris, toutes ont abandonné cette énergie ! Quant aux Citroën C3, Ford Fiesta, Peugeot 208, Seat Ibiza et Volkswagen Polo, elles ne proposent plus qu’un niveau de puissance en diesel contre deux (voire trois) auparavant.

Face à la Clio Blue dCi 85 Zen à 19 300 €, ces dernières s’affichent aux tarifs suivants, à niveau de finition équivalent : 18 750 € pour la confortable C3 BlueHDi 100 Feel, 18 600 € pour l’abordable Fiesta TDCi 85 Cool & Connect (remisée à 15 350 € sur un modèle en stock !), 19 690 € pour la cousine Nissan Micra dCi 90, 20 000 € pour l’attendue 208 Blue HDi 100 Active, et respectivement 20 055 € et 21 560 € pour Ibiza Style et Polo Lounge partageant le même TDI 95. Hors concours, la Dacia Sandero Blue dCi 95 débute à 13 790 € en Confort et « grimpe » à 14 890 € en Stepway avec radar de recul et GPS à écran tactile. On ne se refait pas.

 

Bilan de l’essai Renault Clio Blue dCi 85

Le choix d’une version diesel est souvent dicté par des raisons économiques, mais le cas de la Clio Blue dCi 85 est différent : au-delà de sa spectaculaire sobriété en carburant, elle accomplit l’exploit de se montrer plus agréable à conduire que la version à essence TCe 100. Facturée seulement 900 € de plus à l’achat depuis les hausses de prix successives des Clio essence, elle devient rentable après environ 40 000 km mais vu sa polyvalence, elle peut tout à fait constituer la voiture principale d’un -petit- foyer.

Quant à la probable difficulté de revendre une citadine diesel dans plusieurs années, elle peut être contournée en optant pour la location longue durée : via sa filiale Diac, Renault propose la Clio Blue dCi 85 Zen à 278 € par mois (sans apport, pour 49 mois et 60 000 km maximum), contre 245 € par mois pour la Clio TCe 100 Zen (40 000 km maxi). A méditer.

Contrairement à la Clio 4 dCi, la Clio 5 Blue dCi ne propose plus de boîte robotisée

 

On aime

  • Le diesel silencieux et suffisant au quotidien
  • La consommation très raisonnable
  • La présentation intérieure en net progrès
  • La dotation de série suffisante…

On regrette

  •  …mais difficile à enrichir en niveau Zen, seul disponible
  • Le diesel boudé en occasion sur ce segment


- Retrouvez les fiches techniques de la Clio 5
- Retrouvez tous les prix, équipements et options de la Clio 5

Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Schneller Le 21/09/2019 - 18:36
Il ne faut pas comparer le couple d'un moteur au vilebrequin mais à la roue car entre les deux la boite de vitesse (si mal nommée...) va convertir le couple à une vitesse différente. C'est comme à vélo, vous ne sortez pas le même couple à la roue selon le plateau et le pignon engagé, pourtant c'est le même moteur (le cycliste) et donc le même couple à l'entrée (en supposant le même couple à des vitesse de pédalage différentes) ! Et en faisant les calculs (un moteur essence tourne plus vite, la boite de vitesse n'a pas la même démultiplication), vous verrez que les 160 Nm du moteur essence sont équivalents aux 220 Nm du moteur diesel. En gros, un moteur essence tourne 50% plus vite qu'un moteur diesel à la même vitesse (50 km/h, 3000 trs/min vs 2000 trs/min en troisième par exemple), la roue tourne à la même vitesse sur les deux véhicules (logique), un moteur essence avec 33% de moins de couple aura autant de couple à la roue que le moteur diesel.
Voir tous les commentaires (1)