Vous êtes ici :

Essai Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 ch : la carte grand voyageur

Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 (2018)
Le Renault Espace 5 est proposé avec une nouvelle génération de moteur diesel conçu pour satisfaire aux normes de pollution Euro 6d Temp et dont la cylindrée a été portée à 2 litres.

Avec sa nouvelle version Blue dCi 200 EDC, le Renault Espace gagne 40 ch et adopte enfin une motorisation diesel digne de son rang. Puissante, à jour et efficace, elle assure des prestations de grande routière au haut de gamme de Renault.

Voiture à l'essai : Renault Espace 2.0 Blue dCi 200ch Intens EDC

À partir de
48 300 €
953 € de malus

Page 1Essai Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 ch : la carte grand voyageur 

Profitant du passage aux normes Euro 6d Temp, le Renault Espace 5 gagne une nouvelle motorisation diesel qui lui donne la puissance que l’on attend à ce niveau de gamme. Son nouveau bloc 2.0 M9R est équipé d’un simple turbo à géométrie variable, d’une rampe commune d’injection Bosch fonctionnant à 2 500 bars et d’un système SCR avec AdBlue. Avec 200 ch sous le capot, le voilà paré pour tous les voyages au long cours quand l’ancien 1.6 de 160 ch pouvait paraître un peu faible pour un haut de gamme diesel, alors que ce carburant représente plus de 80 % des ventes de ce modèle vendu aux deux tiers à des flottes de sociétés. Le 2.0 essayé ici avec 200 ch est également décliné en version 160 ch qui représente désormais l’entrée de gamme diesel de l’Espace.

 

Prix du Renault Espace Blue 2.0 Blue dCi 200 EDC

Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 (2018)

Avec un ticket d’entrée fixé à 48 300 € en finition Intens, l’Espace 2.0 Blue dCi 200 demande quelque 3 000 € de plus que son prédécesseur 1.6 dCi de 160 ch. Il doit aussi s’acquitter d’un malus de 953 € (139 g/km de CO2) selon la grille de 2018. C’est beaucoup, mais il gagne pas loin d’une seconde au 0 à 100 km/h (malgré un embonpoint de plus de 100 kg) et propose des prestations routières plus en rapport avec son excellent châssis, surtout en version avec 4 roues directrices. En haut de gamme Initiale Paris (un Espace sur deux), il atteint désormais 52 300 €, un seuil conséquent alors que certains plastiques rappellent son appartenance à la gamme d’un constructeur généraliste. A noter que les aides à la conduite omniprésentes à ce niveau de gamme (et en dessous, y compris chez Renault même) n’arriveront qu’au restylage : fonction Stop&Go du régulateur de vitesse adaptatif pour la conduite dans les bouchons et direction active pour aider au maintien dans la file.

 

Au volant du Renault Espace 2.0 dCi

Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 (2018)

La recherche d’une dépollution des plus efficaces ne va pas forcément de pair avec des sensations moteur parfaites à la conduite. Ce nouveau 2.0 Blue dCi en est une nouvelle illustration. En ville, son ronronnement typique de diesel reste un peu trop perceptible à l’oreille, ce qui gâche un peu le raffinement général de l’auto. Dès que l’on dépasse les 50 km/h en revanche, le bloc se fait oublier à l’oreille et prend toute sa mesure. Tant mieux, c’est sur route et autoroute que l’Espace est à son aise, profitant de l’agilité toujours bluffante offerte par le châssis 4Control de notre version d’essai, tandis que sa grande stabilité en virage autorise des vitesses de passage insoupçonnables.

Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 (2018)
La douceur des suspensions, la précision au volant et la rigueur du comportement font toujours de l'Espace une excellente routière malgré son centre de gravité assez élevé.

En très bon accord avec sa boîte robotisée à 6 rapports fournie par Getrag, le Blue dCi soutient alors tout type de conduite en se faisant oublier, fort de ses 400 Nm de couple présents sur toute la plage de régime du moteur, de 1 750 à 3 500 tr/min. Toujours doux mais jamais pris en flagrant délit de faiblesse, il saura accompagner tout type de conduite, même en charge. Mais attention aux conséquences d’une conduite avec le pied un peu lourd : souvent autour des 7 l/100 km, la consommation passe alors très vite à deux chiffres.

 

Dans l’habitacle du Renault Espace 2018

Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 (2018)
Toujours très aérée et high-tech, la planche de bord de l'Espace présente bien avec son grand écran de 8,7 pouces et son instrumentation électronique. Côté ergonomie, on reste toujours agacé par la dispersion de certains boutons de commande ou des menus du système d'info-divertissement.
Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 (2018)
Sur le toit, une nouvelle antenne en forme d'aileron de requin est conçue pour offrir une meilleure réception radio et GPS.
Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 (2018)
La réplication d'un écran de smartphone (iOS et Android) est au programme, y compris la navigation par l'application Waze.
Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 (2018)
On est bien sur chacun des sièges arrière, à condition, en troisième rang, d'avoir avancé les sièges coulissants de la rangée du milieu.
Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 (2018)
Modulable d'un geste (commande électrique pour rabattre les sièges), le coffre de l'Espace est vaste et accessible.


Concurrence du Renault Espace Blue dCi 200 EDC

Ford Galaxy
Seat Alhambra
Ford Galaxy

Devenu crossover alors que les « vrais » monospaces se comptent désormais sur les doigts d’une main, l’Espace 5 trouve face à lui une concurrence protéiforme. Tout dépend de l’usage prévu, s’il sera plus familial ou plus en configuration à usage professionnel. Dans le premier cas, les plus à même de remplir ces fonctions demandeuses de grands volumes seront les Seat Alhambra en TDI 177 ch (45 110 € en 7 places) et Ford Galaxy 2.0 TDCI 210 ch (46 950 € en finition haut de gamme Titanium) plus accueillants et pratiques avec leurs portes latérales coulissantes, mais moins plaisants au volant.

Kia Sorento
Ford S-Max
Kia Sorento

On peut aussi piocher dans la catégorie SUV, autrement plus fournie, avec par exemple un Kia Sorento offrant 7 places, un grand volume et un confort soigné pour 48 200 € avec son CRDi de 200 ch. Mais le concurrent le plus direct dans l’esprit est bel et bien le Ford S-Max qui est proposé en 2.0 TDCI 180 ch à partir de 42 200 €. Plus abordable, il est aussi plus daté et il ne propose pas les mêmes sensations de conduite d’un Espace aux qualités dynamiques à part.

 

Bilan de l'essai  du Renault Espace Blue dCi 200 EDC

Renault Espace 2.0 Blue dCi 200 (2018)

Toujours aussi confortable, l’Espace augmente ses compétences routières avec son gros diesel aux performances délivrées avec une linéarité et une disponibilité exemplaire, à défaut d’offrir un caractère moteur particulier. Il dispense confort et plaisir de conduite sans compter, y compris lorsque le terrain se fait plus sinueux et c’est son grand atout. Une proposition toujours unique dans le paysage automobile. Dommage qu’il soit à la traîne pour adopter certaines aides à la conduite devenues courantes sur ce type de véhicules aux usages routiers intensifs.

On aime

  • Douceur du moteur
  • Grande homogénéité
  • Prestations routières en hausse
  • Confort à bord

On regrette

  • Certains équipements manquants
  • Bruit moteur perceptible
  • Consommation en conduite rapide
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Otto Moto

200 chevaux et Diesel, ben voyons ! De quoi nous faire passer plus vite la transition écologique.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Renault Espace