Vous êtes ici :

Essai Renault Mégane RS 2018 : le test du châssis Cup sur circuit

Mégane RS jaune Sirius châssis Cup action avant en glisse
Il faut brusquer la Mégane 4 RS pour obtenir cette attitude survireuse, notamment en grandes courbes où les roues arrière directrices apportent une étonnante stabilité.

En option à 1 500 € sur la nouvelle Mégane RS 280, le châssis Cup vient avec une suspension affermie de 10 % et un différentiel autobloquant mécanique sur le train avant. De quoi dynamiser la Mégane 4 RS, ici essayée avec la boîte manuelle plutôt que l'EDC. Verdict sur le circuit de Jerez en Espagne

Voiture à l'essai : Renault Megane R.S. 280 BVM

    | Puissance : 280 ch
  • Lancement : avril 2018
À partir de
37 600 €
4 253 € de malus

Page 1Essai Renault Mégane RS 2018 : le test du châssis Cup sur circuit 

Sans s’en cacher, la Mégane 4 RS souhaite élargir sa clientèle : carrosserie à cinq portes plutôt que trois, boîte robotisée à double embrayage en option, suspension relativement souple à butées hydrauliques. Ou la promesse d’une « GTI » confortable, tout à fait compatible avec un usage familial.

Mégane RS jaune Sirius châssis Cup profil droit

Une nouvelle orientation qui n’altère pas -trop- ses qualités dynamiques (lire notre essai Mégane RS EDC châssis Sport), et n’empêche pas la reconduction d’une option appréciée des sportifs : le châssis Cup, qui représentait 70 % des ventes de la précédente Mégane RS.

A relire : 

 

Châssis Sport ou Cup, quelles différences ?

Facturé 1 500 € en option, le pack Cup de la Mégane 4 RS entraîne les modifications suivantes :

  • Caisse abaissée de 2 mm
  • Suspension raidie de 10 % (via ressorts, amortisseurs et barres antiroulis)
  • Différentiel autobloquant mécanique Torsen
  • Etriers de freins rouges

Notre Mégane RS châssis Cup d’essai y ajoutait trois options supplémentaires typées « piste », à savoir les jantes de 19 pouces avec pneus Bridgestone en 245 (au lieu de Continental en 235 avec les 18’’), les disques de freins avant « bi-matière » (montés sur bol en alu pour mieux dissiper la chaleur et réduire le poids par roue de 1,8 kg).

Mégane RS jaune Sirius châssis Cup zoom jante 19
Noires ou diamantées, les jantes de 19 pouces sont facturées 1 000 € (+ 420 € de malus), même sur le châssis Cup.
Mégane RS jaune Sirius châssis Cup RS Monitor
Le RS Monitor est facturé 250 €, voire 450 € en version Expert compatible avec une caméra (voir chapitre "en détails")

Et le fameux R.S. Monitor, sorte d’ordinateur de bord évolué indiquant, entre autres, l’angle de braquage des essieux, la puissance et le couple instantanés, mais aussi les températures d’huile moteur ou de boîte.
 

Une Mégane 4 RS sans boîte EDC

Commercialisée en avril 2018, la Mégane RS à boîte manuelle est pour l’heure la seule compatible avec le châssis Cup (l’association châssis Cup/boîte EDC viendra en septembre 2018). Reprise de l’ancienne Mégane RS, cette transmission pèse 23 kg de moins que la boîte EDC, et annonce donc des accélérations identiques malgré l’absence de Launch Control : 5,8 s de 0 à 100 km/h, et 25 s pour parcourir 1 km depuis l’arrêt.

Mégane RS jaune Sirius châssis Cup levier de boîte méca
Boîte mécanique à six rapports
Mégane RS jaune Sirius châssis Cup compteurs
Compteurs en mode Sport

La vitesse de pointe de la Mégane RS BVM est même supérieure de 5 km/h grâce à ses frottements internes moindres (et non pas en raison de l’étagement des rapports, très proche de celui de l’EDC) : 255 km/h annoncés, contre 250 km/h pour l’EDC (voir vidéo accélération Mégane RS BVM).

En attendant la déclinaison Mégane RS Trophy, promise en septembre 2018 avec 300 ch et 400 Nm, voici donc la plus radicale des Mégane 4 RS…
 

Au volant de la Mégane RS BVM châssis Cup

Avec deux sessions de trois tours lancés sur circuit, notre essai de Mégane RS châssis Cup sera bref. Nous n’évoquerons donc pas la progressivité de l’embrayage, la souplesse du moteur à bas régimes ou le confort de la suspension affermie sur chaussée dégradée.

Mais, malgré notre méconnaissance du circuit de Jerez, l’efficace Mégane 4 RS nous permet rapidement de hausser le rythme. Hormis un train arrière plutôt « volage » lors des premiers virages en pneus froids (phénomène commun à toutes les tractions à gommes « sportives »…), l’équilibre de la compacte Renault Sport s’est montré imperturbable.

Mégane RS jaune Sirius châssis Cup action avant gauche sur circuit

Une épingle ? Grâce à l’action des roues arrière directrices (braquant à l’opposé des roues avant sous 60 km/h, voire 100 km/h en mode Race), la Mégane s’inscrit avec peu d’angle au volant et sans la moindre amorce de sous virage. Une grande courbe ? Les roues arrière s’orientent cette fois dans le sens des roues avant, offrant une stabilité dont on aurait rêvé la précédente Mégane RS dans les virages rapides.

En cas d’excès d’optimisme, un léger coup de frein en appui suffit à faire enrouler progressivement le train arrière pour aider à tourner, ce qui invite à laisser l’antidérapage ESP hors fonction (il se désactive d’office en mode Race, mais peut revenir dans les réglages indépendants du mode Perso).

Grâce aux roues arrière directrices, la Mégane RS se montre plus agile qu'une Honda Civic Type R dans les épingles, et tout aussi stable en grandes courbes

Une fois le point de corde rejoint, il suffit alors d’accélérer progressivement et laisser le différentiel autobloquant renvoyer la puissance sur la roue extérieure. L’intérieure patine tout de même sous forte charge… mais un peu moins que l’ancienne Mégane RS grâce à un taux de transfert revu (45 % à l’accélération contre 38 % auparavant). Les effets de couple dans la direction, eux, restent discrets : merci au train avant à pivots découplés, présent depuis la première génération de Mégane RS.


Et le freinage dans tout ça ? Puissant, facile à doser grâce à une pédale ferme, et ne montrant pas de signes d’échauffement lors de nos courtes sessions. Après quatre séries bouclées sans ménagement, tout juste sont-ils devenus bruyants, alors même que les disques bi-matière sont censés atténuer ce phénomène…

La deuxième nouveauté de cette Mégane RS châssis Cup résidait dans sa boîte manuelle, dont la commande a été revue par rapport aux Mégane classiques : débattements raccourcis, verrouillages affermis. Le levier de la Mégane se montre ainsi plus agréable à « brusquer » que celui d’une Peugeot 308 GTi (commande plus longue et bruyante)… mais toujours moins que celui, irrésistible, d’une Honda Civic Type R.

Mégane RS jaune Sirius châssis Cup action arriÚre gauche sur circuit

Reste un moteur performant dès 2 400 tr/min mais qui, en utilisation piste, fait ressortir sa tendance à s’essouffler au-delà de 5 800 tr/min (le limiteur de régime n'intervient pourtant que 1 000 tr/min plus tard !). Comme lors de notre essai sur route, cette réserve sera à confirmer au volant d’un modèle mieux rodé, notre Mégane RS d’essai totalisant moins de 700 km…

 

La Mégane RS BVM en détails

Mégane RS jaune Sirius châssis Cup tableau de bord
C'est l'autre avantage de la Mégane RS à boîte manuelle : son "vrai" frein à main mécanique, différent de l'électrique imposé sur la version EDC.
Mégane RS jaune Sirius châssis Cup Multi Sense
Les différents modes de conduite (Confort, Normal, Sport, Race...) agissent sur la direction, la cartographie moteur et pédale, l'antidérapage ESP et la sonorité via les haut-parleurs.
Mégane RS jaune Sirius châssis Cup mode Perso
Mais contrairement à la Clio RS, la Mégane RS propose un mode supplémentaire baptisé Perso, qui permet d'ajuster chaque élément indépendamment : fini, l'ESP forcément désactivé en mode Race !
Mégane RS jaune Sirius châssis Cup RS MOnitor conseils
Avec le RS Monitor à 250 €, un menu adresse au conducteur des conseils de conduite, notamment sur circuit (mode préférable, refroidissement des freins, etc).
Mégane RS jaune Sirius châssis Cup RS MOnitor Expert
La version à 450 € permet elle d'apposer des données sur une vidéo embarquée, puis d'analyser (et partager) ses tours sur un site web dédié.
Mégane RS jaune Sirius châssis Cup siÚge en tissu
Issus de la Mégane GT, les sièges en tissu (ou en Alcantara contre 1 500 €) maintiennent bien en virage. Des modèles Recaro viendront en option fin 2018.
Mégane RS jaune Sirius châssis Cup zoom étrier rouge
Les disques bi-matière (fonte + bol en alu) autorisent une meilleure dissipation de la chaleur et un poids réduit de 1,8 kg par roue. Le prix de l'option est encore inconnu.


A LIRE. Mégane 4 RS vs Peugeot 308 GTi : premier match statique !

 

Bilan de l’essai Mégane 4 RS châssis Cup

Encore plus efficace que sa devancière sur piste, la nouvelle Mégane RS châssis Cup recevra deux accueils différents, chez les amateurs de sorties sur circuit. Le premier sera chaleureux, et saluera les progrès en matière de tenue de route et de facilité de conduite, principalement dus à l’arrivée des roues arrière directrices. Le second pourrait être plus froid, et mettre le doigt sur une légère régression : celle des sensations, dus à un moteur performant mais peu rageur près de la zone rouge (du moins à ce faible kilométrage), et à une prise en main si facile qu’elle enlève au pilotage un zeste de sa saveur. Un point de vue propre aux radicaux qui, de toute manière, attendront la Mégane RS Trophy de 300 ch promise à la rentrée 2018…

Mégane RS jaune Sirius châssis Cup statique arriÚre
Mieux vaut être un convaincu de la boîte manuelle pour la choisir en Mégane RS : avec son malus inférieur, la boîte EDC, facturée 1 800 €, revient en fait 660 € plus chère.


On aime

  • Le châssis 4Control, aussi agile en épingle que stable en grandes courbes
  • Les performances préservées en boîte manuelle
  • La facilité de conduite sur circuit
     

On regrette

  • Le manque de caractère moteur à haut régime (rodage ?)
  • Le prix avec malus, supérieur aux autres compactes sportives (lire Tarifs Mégane RS 2018)

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Renault Megane