Vous êtes ici :

Essai Renault Twingo restylée (2019) : une métamorphose inattendue

voir les photos
Renault Twingo 2019 rouge
Par rapport à sa devancière, la nouvelle Twingo restylée perd ses feux de jours intégrés au bouclier avant et gagne une signature lumineuse en C dans ses projecteurs. Elle est lancée au mois de mai 2019.

A son lancement, la Renault Twingo SCe 70 n'était pas un modèle d'homogénéité. A l'occasion du restylage entrepris pour le millésime 2019, elle gagne un nouveau moteur de 75 ch emprunté à Dacia et progresse à presque tous les niveaux.

Voiture à l'essai : Renault Twingo 1.0 SCe 75 ch Intens

À partir de
14 700 €
ni bonus
ni malus

Page 1Essai Renault Twingo restylée (2019) : une métamorphose inattendue 

Produit de la collaboration de Renault avec le groupe Daimler Benz, la Renault Twingo III a dû adopter le moteur à l’arrière pour partager les frais de développement avec ceux des Smart Fortwo et Forfour. Une rupture totale avec la première et la deuxième génération du modèle. Sur le plan commercial, le choix pouvait d’autant mieux se comprendre que le segment des micro-citadines, autrefois très en vogue n’a cessé de perdre des parts de marché.

Néanmoins, les nouvelles primes à la conversion donnent une bouffée d’air frais à cette catégorie et le restylage de la Twingo arrive à point nommé pour permettre à la petite Renault d’en profiter. Sur le plan esthétique il se concentre sur la partie avant, où le bouclier redessiné n’accueille plus les feux de jour. Ce sont surtout les nouvelles possibilités de personnalisation (strippings, nouvelles couleurs) qui permettront à coup sûr de reconnaître le modèle, dont l’esthétique apparaît toujours séduisante.

Renault Twingo 2019 rouge 3/4 avant

Mis à part le choix du moteur arrière qui n’a pas exactement fait la preuve de sa pertinence dans l’histoire de l’automobile, la Twingo III s’était attiré des critiques acerbes à son lancement concernant sa motorisation d’entrée de gamme SCe 70. Le petit trois cylindres manquait non seulement d’allant, mais il se montrait gourmand et l’étagement de sa transmission le rendait peu adapté à l’usage urbain auquel l’auto était destinée. Renault a pris le taureau par les cornes puisque que ce moteur a carrément été abandonné. Le nouveau SCe 75 n’est donc pas une évolution de ce bloc qui appartenait à la famille des moteurs H. Il s’agit bien du 1.0 « BR » de la Dacia Sandero d’entrée de gamme, conçu à l’origine pour motoriser la Renault Kwid vendue en Inde. Il est proposé en deux niveaux de puissance : 65 ch pour la version d’entrée de gamme et 75 ch pour la version qui nous intéresse.

 

Prix Renault Twingo 2019

Fort de 4 ch supplémentaire, le bloc SCe 75 permet à la Twingo de diminuer ses émissions de CO2 malgré le passage au cycle WLTP : elles passent de 108 g/km sur le précédent moteur SCe 70 à 100 g/km sur le nouveau modèle. La version d’accès 65 ch permet à Renault d’affirmer que le prix d’accès à la gamme n’augmente pas. Néanmoins à finition égale, la hausse est réelle : il faut compter 300 € de plus pour une Twingo SCe 75 Intens par rapport à une SCe 70. Pis encore, le modèle se place au niveau d’une citadine polyvalente.

Renault Twingo restylée statique
Renault Twingo 2019
Renault Twingo sce 75 zen rouge arriÚre
Renault Twingo 2019
Même si elle n’apparaît plus sur le site commercial, Renault propose encore la Clio IV en fin de carrière à un tarif  moins élevé que celui de la Twingo : 10 990 € pour une TCe 75 ch Génération contre 11 400 € pour une Twingo Life SCe 65 ! Il ne faut pas chercher plus loin la désaffection pour le segment, même si la Twingo peut revendiquer un équipement un peu plus riche. Pour mémoire, en 2011, l’accès à la gamme Twingo II restylée était fixé à 7 990 €… Voir tous les prix de la Twingo 2019

 

Au volant de la Twingo SCe 75

Le restylage de la Renault Twingo profite de nombreuses évolutions qui ont été apportées au modèle en cours de carrière : nouveaux réglages d’ESP et de suspension tandis que la nouvelle transmission manuelle à cinq rapports reprend à peu de chose près un étagement qui avait déjà été raccourci sur la version 70 ch, qui fut un temps disponible en version « boîte longue » et « boîte courte » comme aux plus belles heures des années 80. Autant dire qu’au volant, on ne reconnaît plus la Twingo SCe que nous avions essayée au lancement en 2014. Cette citadine tire un bien meilleur parti de sa petite puissance : elle peut gravir des cotes à 70 km/h en troisième sans imposer de rétrograder et se montre à l’aise sur voie rapide. Bien sûr, il s’agit d’un moteur atmosphérique qu’il n’est pas inutile de cravacher à l’occasion, mais ses prestations font de la Twingo un modèle suffisamment polyvalent.

Profil Renault Twingo 2019 rouge

La consommation se révèle également plus raisonnable : nous avons relevé une moyenne de 6 l/100 km sur notre parcours d’essai assez exigeant. Un bonheur ne venant jamais seul, les modifications apportées aux suspensions révèlent à nouveau toute leur pertinence : on peut désormais affronter sans crainte les ralentisseurs et malgré sa sellerie trop ferme, la petite Renault peut désormais être qualifiée de confortable. Enfin, l’ESP et l’antipatinage se révèlent beaucoup moins castrateurs qu’aux débuts : plus question de coupures d’accélération en grande courbe sur le sec ou de comportement caricaturaux au freinage ou en entrée de virage.

Renault Twingo2019 rouge
Renault Twingo restylée

Pour autant, la Twingo ne peut cacher son architecture : le sous-virage provoqué par le déséquilibre des masses intervient assez tôt, et le niveau d’adhérence qu’elle procure apparaît inférieur à celui de ses concurrentes à moteur avant. Elle se révèle cependant un bon outil pour celui qui veut comprendre le transfert des masses : comme sur une Porsche 911, on sera bien inspiré de « charger l’avant » au freinage avant une courbe pour préserver l’adhérence du train directeur.

Bien entendu, la Twingo est avant tout conçue pour la ville, et c’est là qu’elle y révèle sa qualité maîtresse : un diamètre de braquage exceptionnel de 8,75 m qui lui permet de se garer dans un mouchoir de poche et de négocier les demi-tours les plus improbables. Notons enfin une qualité rare pour une citadine, le silence de son moteur confiné à l’arrière. On s’étonne en revanche du peu de réactivité du Stop&Start, qui, sur notre modèle, ne s’est déclenché que quelques fois pendant toute la durée de l’essai.

 

Dans l’habitacle de la Twingo Intens 2019

Renault Twingo Sce 75 intens 2019 intérieur planche de bord
La Twingo restylée a reçu peu de modifications à l'intérieur.
Renault Twingo 2019 rouge intérieur
La position de conduite n'est pas des plus confortables, notamment en raison de l'absence de réglage en profondeur du volant.
La Renault Twingo reçoit un tout nouveau systÃÃ ¡me multimédia conçu avec Bosch. Nettement plus véloce, il sera repris dans la nouvelle Clio.
La Renault Twingo reçoit un tout nouveau système multimédia conçu avec Bosch. Nettement plus véloce, il sera repris dans la nouvelle Clio.
Renault Twingo rouge places arriÃÃ ¡re
Pour une voiture de 3,61 m, l'habitabilité aux places arrière apparaît plutôt correcte, deux adultes pouvant s'y installer sans trop d'inconfort.
Renault Twingo rouge coffre
Emplacement du moteur oblige, le coffre de la Renault Twingo apparaît très réduit et le seuil de coffre élevé. Sans parler de la chaleur produite par le moteur.
Renault Twingo rouge coffre modulable
Pour compenser l'exiguïté de son coffre, la Twingo offre une modularité exemplaire avec ce très pratique siège passager rabattable.
Renault Twingo Sce 75 intens 2019
Il est désormais possible d'ouvrir le coffre sans se baisser en cherchant le bouton à l'aveugle : une amélioration bienvenue.

 

Concurrence Renault Twingo 2019

Nous l’avons dit, le segment des mini-citadines a fondu comme neige au soleil, ces modèles étant très difficile à rentabiliser pour les constructeurs. La principale concurrence de la Twingo provient de la triplette Peugeot 108/Citroën C1/Toyota Aygo. Elles ne proposent désormais qu’une seule motorisation 72 ch. Dotées de moteurs placés à l’avant, elles disposent d’un coffre un peu plus logeable mais moins de modularité que la Twingo. Elles proposent également des aides à la conduite indisponibles sur la Renault : freinage automatique d’urgence et caméra de lecture des panneaux.

La Twingo doit également affronter la Fiat 500, moins logeable mais qui fait toujours des ravages grâce à sa plastique réellement indémodable en dépit de ses 10 ans. Son rapport prix prestations apparaît cependant inférieur : il faut débourser au minimum 15 290 € pour s’offrir la version Lounge 1.2 69 ch comparable à la Twingo Intens. En comparaison, la Panda, moins coûteuse et beaucoup plus pratique apparaît comme une concurrente plus rationnelle malgré sa conception dépassée. Citons enfin sa cousine très proche, la Smart dont la production en version thermique va être arrêtée dès juin prochain. Ce sont finalement les citadines polyvalentes qui constituent les rivales les plus redoutables de la Twingo. Ford Ka+, Renault Clio, Citroën C3 ou même Dacia Sandero, le marché regorge de modèles d’entrée de gamme proposés à des tarifs très proches malgré leur polyvalence très supérieure.

 

Bilan essai Renault Twingo SCe 75

Renault Twingo restylée

Avec les années, la Renault Twingo III est devenue un modèle beaucoup plus abouti grâce à des modifications bien ciblées et un moteur d’entrée de gamme enfin à la hauteur des événements. Elle peut désormais s’aventurer avec une certaine aisance hors de son terrain de jeu favori, la ville, où son rayon de braquage fait merveille. Plus confortable, plus sobre, la version à moteur atmosphérique est désormais recommandable, même si son tarif assez élevé en fait toujours produit de niche : la Twingo s’adresse d’abord à ceux qui cherchent la plus petite voiture possible pour se faufiler en ville. Les autres se tourneront vers l’une des nombreuses citadines du segment B, à peine plus chères et tellement plus polyvalentes.

 

On aime

  • Maniabilité en ville
  • Moteur suffisant
  • Modularité

On regrette

  • Coffre exigu
  • Comportement mois rassurant vs la concurrence
  • Rapport prix/prestations
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (8)
Lolonord

J’ai la première version, finition « Midnight » avec le moteur Sce 70 « boîte courte »... et c’est un excellent véhicule : - moteur suffisant en toutes circonstances, y compris sur route et autoroute, - consommation autour des 5,5 aux 100 km en mixte, - bonne qualité de finition, et présentation pimpante, - très bon équipement (clim et deux auto...), - sûre à la fois en terme de tenue de route et de freinage (y compris par temps de pluie ou de vent), - contrairement à ce que prétend une légende urbaine tenace, le coffre ne chauffe pas. Bien à vous.

amicaljm

Ce qui est intéressant, c'est que vos surgelés posés dans le coffre bien chauffé par le moteur, seront décongelés à l'arrivée

provostchristian501

J'en ai loué une dernierement , et je l'ai echangė contre une Clio au bout d'une semaine. Cette voiture est un vrai cafard. La position de conduite est épouvantable, en raison d'un plancher trop haut. .La suspension et les sièges sont mauvais et là finition très camelote. La tenue de route en ville suffit, mais gare au vent de travers. Préférez la Clio , nettement mieux au même prix .

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Renault Twingo