Vous êtes ici :

Essai Smart Fortwo EQ : j'ai conduit la future « Autolib' »

voir les photos
smart fortwo EQ
Dès janvier 2019 les Parisiens vont goûter aux joies de l'autopartage en Smart fortwo EQ. Ils n'auront aucun mal à oublier les BlueCar de Bolloré car la mini-citadine de Daimler est bien plus agréable à conduire

En janvier 2019, le service d'autopartage car2go proposera 400 Smart Fortwo électriques aux Parisiens. L'occasion de reprendre le volant de la plus pertinente des citadines.

Voiture à l'essai : Smart Fortwo Cabriolet Electrique 82 ch prime

À partir de
30 350 €
6 000 € de bonus

Page 1Essai Smart Fortwo EQ : j'ai conduit la future « Autolib' » 

Pour 2019, la Smart Fortwo change de nom. Afin d’être plus en phase avec la politique d’électrification de Daimler, elle troque son appellation ED (Electric Drive) pour le label EQ qui désigne les modèles 100 % électrique du groupe. Mais à part cela, rien ne change. Et nous serions tentés de dire : tant mieux ! Car la quatrième génération de Smart électrique, apparue en 2016, concrétise véritablement le rêve de Nicolas Hayek, génial instigateur du concept : être la citadine parfaite.

smart fortwo EQ
La Smart ED est rebaptisée EQ, comme tous les modèles électriques du groupe Daimler.
La ligne ne change pas d'un iota, de même que tout le système de propulsion, batterie incluse.

 

Prix Smart Fortwo EQ 

Smart ne touche pratiquement pas au tarif de la version électrique malgré l’arrivée de nouvelles fonctionnalités. Cependant, ce n’est pas forcément une bonne nouvelle au moment où les autres constructeurs proposent des modèles avec des capacités de batterie en très forte hausse et des prix orientés à la baisse.

En finition pure, elle démarre à 23 250 € pour culminer à 28 800 € en exécution Brabus. Il faut ajouter 3 300 € pour la version cabriolet. Avec l’option chargeur 22 kW, le cabriolet prime de notre essai coûte 31 450 €, soit seulement 2 450 € d’écart avec une Nissan Leaf 2. On considérera que c’est le prix de l’exclusivité car la smart Fortwo n’a pas de concurrente directe. Comme les autres voitures électriques, la Smart EQ bénéficie de 6 000 € de bonus écologique en France.

smart fortwo EQ

En ville la Fortwo EQ est comme un poisson dans l'eau : compacte, vive et non polluante.

 

Au volant de la Smart Fortwo EQ

La première qualité de la Fortwo c’est bien évidemment sa taille réduite. Ses 2,69 m de long lui permettent de se faufiler dans un trou de souris lorsqu’il faut se garer. On peut aussi faire demi-tour sur la largeur de la chaussée sans faire de manœuvre grâce à un rayon de braquage record (6,95 m). La version électrique y ajoute une vivacité jubilatoire.

Notre « karting » est en effet équipé du moteur électrique de la Renault Zoé. Avec son couple généreux (160 Nm), disponible instantanément et sa puissance respectable (82 ch), il procure des accélérations canons. Au "Grand Prix des feux rouges", la Smart EQ est une des meilleures sur 50 m. Et elle n’est pas en reste sur le 0 à 100 km/h avec un chrono de 11, 5 s. Tout ça, sans bruit ni fumée...

smart fortwo EQ

La ville reste le domaine de prédilection de la smart Fortwo EQ, mais elle n'est pas ridicule sur autoroute.

Ce qui est remarquable, c’est que ce tonus ne faiblit presque pas sur les grands axes. L’auto n’a pas été conçue pour cela mais elle peut affronter la route sans problème. En effet, ici, il n’y a pas besoin de rétrograder puisqu’il n’y a pas de boîte de vitesses et la réponse instantanée du moteur électrique fait des merveilles en reprises. Même sur autoroute, la puce fait plutôt bonne figure. La vitesse maxi (limitée) de 130 km/h
(135 km/h compteur) est atteinte facilement et il n’y a guère que la sensibilité au vent latéral, surtout lorsqu’on double des camions, qui pose problème.

smart fortwo EQ

Le confort est correct, même sur les pavés, mais la Smart électrique n'aime pas les ralentisseurs.

Le confort est aussi très correct à une exception près : sur les ralentisseurs. Il y en avait beaucoup sur notre parcours d’essai dans la région de Marseille et la quasi-totalité ne respecte pas les normes. Conséquence : avec son empattement court, ses débattements de suspension faibles, son poids coquet de 1 145 kg et des ressorts assez durs, la Smart Fortwo EQ tape violemment à la montée et à la descente. On en vient même à s’inquiéter pour la santé de la mécanique… Mais rassurez-vous, c’est mieux sur les pavés parisiens.

 

Urbaine par « essence »

smart fortwo EQ

La smart électrique de la génération précédente a été le premier véhicule électrique à embarquer une batterie lithium-ion NMC (nickel, manganèse, cobalt). Depuis, ses caractéristiques n’ont malheureusement pas évoluées. Sa capacité est toujours de 17,6 kWh alors qu’une Hyundai Kona EV propose aujourd’hui 64 kWh ! Conséquence : notre stricte
2 places affiche une autonomie de seulement 106 km en cycle mixte WLTP alors que le SUV compact coréen revendique 482 km…

Mais, dans la réalité, la situation n’est pas si désespérée qu’il y paraît. Tout d’abord, en ville, comme nous l’avons vérifié lors d’un précédent essai, la smart peut parcourir 140 km sans trop de difficultés. Elle dispose aussi d’un mode « Eco » qui prolonge le rayon d’action d’une quinzaine de kilomètres sans trop de grever l’agrément.

L’auto dispose aussi d’un « radar » qui adapte le freinage régénératif au trafic. En fait, il fonctionne comme un régulateur de vitesse adaptatif opérationnel en permanence. Lorsque le trafic est fluide la régénération est minimale (pour conserver l’élan et préserver l’autonomie). Lorsque la circulation est dense, le « frein moteur » est plus puissant. Il n’empêche toutefois pas de se servir de la pédale de frein comme c’est le cas sur une Nissan Leaf 2. Il faut dire qu’ici les ingénieurs ont été confrontés à des impératifs dus à l’architecture même de la voiture. En effet, il est dangereux de mettre beaucoup de freinage électrique sur le seul essieu arrière (où se trouve le moteur) sur une voiture aussi courte. Cela explique sans doute pourquoi la consommation moyenne (16,6 kWh aux 100 km en cycle mixte WLTP) est supérieure à celle du Kona EV
(14,3 kWh aux 100 km en cycle mixte WLTP) malgré sa puissance deux fois et demi inférieure (82 ch vs 204 ch).

smart fortwo EQ
Le moteur électrique sur l'essieu arrière n'a pas permis d'offrir un freinage régénératif suffisant pour conduire sans utiliser la pédale de frein

 

Smart fortwo EQ : autonomie et recharge

Les solutions de charge sont plus nombreuses. De base, il faut 6 h pour recharger la batterie sur une prise domestique. Avec le chargeur intégré de 4,6 kW, ce temps descend à 3 h 30 sur une Wallbox. En option
(1 100 €) on peut également bénéficier d’un chargeur 22 kW en courant alternatif (comme la Renault Zoé).

Ãââ€Ã ¡Ã‚¬ cause de sa parenté avec la Renault Zoé, la smart EQ n'offre pas de vraie recharge rapide

À cause de sa parenté avec la Renault Zoé, la smart EQ n'offre pas de vraie recharge rapide.

Cette solution permet de récupérer 80 % de la capacité de la batterie en 45 minutes.

Smart a également mis en place toute une batterie de services baptisés « Ready To ». L’un d’eux permettra de faire de l’autopartage en envoyant, depuis son Smartphone, un code de déverrouillage et de démarrage de la voiture à un autre utilisateur. C’est d’ailleurs ce système qui sera utilisé par le service car2go à Paris à partir de janvier 2019.

 

À bord de la smart fortwo EQ

smart fortwo EQ
La présentation fait beaucoup moins jouet que sur les premières générations même s'il reste encore beaucoup de plastiques durs.
smart fortwo EQ
Ce compteur est propre aux versions électrique. En haut, il indique la consommation d'énergie et, en bas, le niveau de la batterie.
Même s'il n'y a pas de boîte de vitesses le levier a été conservé.
Même s'il n'y a pas de boîte de vitesses, le levier a été conservé.
Les siÃÆ’Ãĉہ ÃƒÆ’‚¡ges sont enveloppants et confortables mais le cuir est réservé aux finitions hautes
Les sièges sont enveloppants et confortables.
De base, l'équipement est chiche. Il faut au moins une finition "prime" pour bénéficier du grand écran tactile
De base, l'équipement est chiche. Il faut une finition "prime" pour bénéficier du grand écran tactile
smart fortwo EQ
La Smart n'a pas encore succombé aux dalles de compteurs numériques. Dommage.
smart fortwo EQ
Le coffre n'est déjà pas grand et son volume est amputé par la présence du câble de recharge qui dispose, en revanche, d'un enrouleur très pratique

 

L’autopartage de smart EQ avec car2go

smart fortwo EQ

Après Amsterdam, Stuttgart et Madrid, Paris est la quatrième grande ville qui disposera, début janvier 2019, d’un service d’autopartage en Smart Fortwo électrique. Dans un premier temps 400 voitures seront proposées en free-floating, ce qui signifie qu’elles seront disponibles 24 h sur 24 via une application smartphone, sans réservation préalable et sans stations de recharge. La seule contrainte sera de rendre la voiture dans le périmètre de Paris intra-muros. Sans abonnement, le service sera facturé 30 centimes/minute. On pourra prendre la voiture à un endroit et la rendre à un autre, sans avoir besoin de payer le stationnement, même si ce point précis doit encore faire l’objet de discussions avec la mairie de Paris.

smart fortwo EQ

La recharge sera assurée par l’opérateur qui disposera de «home arena » dans la ville et compte aussi sur le réseau de stations Belib’ et de la remise en service des anciennes bornes Autolib’. Toutes les Smart Fortwo de car2go étant équipées de chargeurs 22 kW, ces opérations ne devraient pas immobiliser les voitures trop longtemps. De toute façon, Daimler annonce déjà une augmentation du parc avec, entre autres, l’arrivée de Smart Forfour (4 places) dans la flotte.

 

Bilan essai Smart Fortwo EQ

smart fortwo EQ

La Smart Fortwo électrique reste sans aucun doute la citadine idéale. Elle est vive, maniable et son autonomie est suffisante pour un usage urbain. On regrette cependant que la capacité de la batterie soit identique à ce qu’elle était en… 2012 ! De même, ses tarifs n’ont pas baissé alors que ceux des autres véhicules électriques suivent une courbe descendante.

 

On aime

  • Agrément supérieur à une smart thermique
  • Confort correct/vivacité en ville
  • Zéro pollution en ville

 

On regrette

  • Pas de vraie charge rapide
  • Tarifs élevés

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Smart Fortwo Cabriolet