Essai vidéo de la Chevrolet Corvette Stingray C7 (2014) Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Essai vidéo de la Chevrolet Corvette Stingray C7 (2014)

La légende de la Corvette se dessine depuis 1953. Aujourd'hui, 60 ans après, la septième génération débarque en France. L'occasion pour Maxime Fontanier d'essayer son gros V8 et de nous livrer ses impressions au volant de cette sportive américaine. Moteur, ça tourne...

Par Maxime Fontanier
Publié le Mis à jour le

CLEMENT CHOULOT


 

Lancée il y a plus de 60 ans, la Chevrolet Corvette a été produite à plus de 1,5 millions d’unités, dont 542 861 modèles C3 diffusés entre 1968 et 1982. Bien qu’elle soit élevée au rang d’icône, la Corvette se doit de suivre les évolutions de son époque.

La dernière génération (C7) adopte donc l’injection directe essence, la désactivation des cylindres et une boîte mécanique à 7 rapports pour réduire les émissions polluantes. Il est en outre possible d’adapter la réponse de l’accélérateur, la sonorité de l’échappement et le paramétrage des aides électroniques selon 5 modes de conduite (Weather, Eco, Tour, Sport et Track).

En mode Eco et en respectant le rythme léthargique des routes françaises, nous avons réussi à parcourir une centaine de kilomètres en affichant 10,5 litres de consommation moyenne à l’ordinateur de bord alors que Chevrolet revendique 12 litres de consommation mixte. Pas mal pour un bloc V8 6.2l à 16 soupapes et simple arbre à came de 466 ch !

 

Pack performance Z51

La plus fine gâchette de l’Ouest n’échappe pas pour autant aux chasseurs de primes et doit s’acquitter d’un malus écologique de 8000 €. Une taxe conséquente qui n’empêche pas la Corvette de demeurer la GT la plus abordable de son segment.

A 69 990 € en version coupé et 72 990 € en cabriolet, l’américaine offre un rapport prix / prestations imbattable. La version européenne intègre d’office le pack performance Z51 avec un échappement actif, des freins majorés, une lubrification par carter sec, un différentiel électronique à glissement limité ou encore des amortisseurs pilotés par courant magnétiques développées par Bilstein.




Une Corvette aussi pour voyager

Sportive aboutie, la Corvette n’oublie pas les voyageurs. Avec son grand coffre (593 litres), ses amortisseurs Magnetic adaptatifs très efficaces et ses nombreux équipements de confort, elle ne craint pas les longs courriers.

Et son toit en plexiglas amovible permet de profiter du son magique du V8 en « live ». Malgré sa faible garde au sol et ses pneus ultra taille basse, l’américaine procure un confort digne de celui d’une grande routière.

En usage sportif, la présence de la boîte à l’arrière assure un équilibre impérial (50 % du poids à l’avant et 50% à l’arrière).

La boîte de vitesses souffre cependant de verrouillages un peu caoutchouteux et il n’est pas facile de trouver les deux derniers rapports. Les disques à étriers quatre pistons manquent de mordant et la direction à assistance électrique mériterait d’être un peu plus directe et consistante. Pour clôturer le chapitre des critiques, nous avons noté des à coup d’injection lorsque le moteur fonctionne à faible charge sur seulement 4 cylindres.




Chevrolet part, la Corvette reste

Malgré l’arrêt de la commercialisation de la gamme Chevrolet sur le marché européen à la fin de 2015, la Corvette sera toujours importée par ses quatre distributeurs actuels : groupes Chassay à Tours, Chedid à Paris, Lempereur à Arras et Vulcain à Lyon.

A lire : Chevrolet abandonne l'Europe au profit d'Opel !

A lire : La révolte gronde dans le réseau Chevrolet


La Chevrolet Camaro, distribuée actuellement dans 70 points de ventes, poursuivra aussi sa route sur le vieux continent. La commercialisation de cet autre « Iconic Car » s’effectuera aussi dans le réseau Cadillac-Corvette et probablement chez quelques concessionnaires Opel.




Bilan de l'essai de la Corvette C7

Au regard des prestations générales de cette GT mythique, les menus défauts apparaissent négligeables. Et encore plus à lecture du tarif : avec elle, les sensations fortes sont facturées au bas mot 38 000 € de moins qu’une Porsche 911 Carrera S de 400 ch !


On aime

  • Le rapport prix / performances
  • La direction pas assez directe
  • Le confort général et le coffre spacieux


On regrette

  • Des verrouillages de boîte capricieux
  • La direction pas assez directe
  • Le manque de mordant des freins


 

Fiche technique Corvette Stingray Coupé

Longueur : 4,49 m
Largeur : 1,88 m
Hauteur : 1,24 m
Empattement : 2,71 m

Poids à vide : 1 539 kg
Répartition des masses : 50/50

Moteur : V8 6.2 l essence
Puissance : 466 ch à 6 000 tr/min
Couple : 630 Nm à 4 600 tr/min
Boîte de vitesses : manuelle à 7 rapports

Vitesse maxi : 292 km/h
0 à 100 km/h : 4,2 s

Puissance fiscale : 35 CV (estimation)
Consommation mixte : 12,0 l/100km
Émissions de CO2 : 279 g/km

Prix : 69 990 €
Malus : 8 000 €


Merci à Clément Choulot, le Golf Club d’Ableiges et l’équipe des Circuits Automobiles LFG

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
sbonnegent160 Le 06/07/2016 - 09:50
Merci Goliath, c'est corrigé ! A bientôt. Stéphane
zztemp847 Le 05/07/2016 - 18:04
Juste une erreur dans la fiche technique: la valeur de couple max qui est de 630nm. Il faut que je l’essaie cette voiture!
Voir tous les commentaires (2)
Allez encore plus loin avec la CHEVROLET Corvette

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...

Guides d’achat