Vous êtes ici :

Essai Volkswagen Amarok (2016) : un pick-up « high luxe »

vue de face Volkswagen Amarok (2016)
Le prix du nouveau Volkswagen Amarok n'est pas encore connu en France. En Allemagne, cette version V6 3.0 TDI est vendue 52 720 € HT.

Lancé en 2009, le Volkswagen Amarok a été le premier pick-up proposé par un constructeur européen. Orienté « loisirs », il s'est imposé dans le haut de gamme de la catégorie. L'Amarok 2016 évolue esthétiquement et, surtout, renforce encore ce côté véhicule de loisirs avec son unique 3.0 V6 TDI.

Page 1Essai Volkswagen Amarok (2016) : un pick-up « high luxe » 

Profitant de la fiscalité favorable aux pick-up (pas de bonus-malus ; pas de taxe sur les voitures de société), Volkswagen a décidé de renforcer les prestations haut de gamme de son Amarok à l’occasion de son restylage en le dotant uniquement d’un 3.0 V6 TDI, affichant 163, 204 et même 224 ch. Avec ce gros moteur, Volkswagen se distingue de la concurrence qui, au mieux, ne propose qu’un cinq cylindres (Ford Ranger). Autres nouveautés attendues, les Fiat Fullback et Renault Alaskan ne seront pas non plus équipés de moteurs à plus de quatre cylindres. Malgré ses 199 g de CO2/km, il évite à ses acheteurs de débourser 6 500 euros de malus. Cela explique en partie la bonne tenue de ce segment dans l’Hexagone et renforce l’intérêt du modèle.

 

Des dimensions imposantes
pour le Volkswagen Amarok 2016

Le restylage de l’Amarok a porté principalement sur la face avant : nouvelle calandre, nouveaux phares, nouveaux boucliers. De quoi permettre au pick-up Volkswagen d’adopter une signature stylistique proche de celle des derniers modèles de la marque. Pour le reste, la caisse est identique, tout comme la benne. Les dimensions restent imposantes avec plus de 5,30 m de long et plus de 2,20 m de large.

vue avant Volkswagen Amarok (2016)
Le Volkswagen Amarok 2016 est ici photographié avec la nouvelle finition haut de gamme Aventura.
rampe d'éclairage Volkswagen Amarok (2016)

L’Amarok ne reste disponible, en France, qu’en version double cabine, à cinq places. Toutefois, l’espace aux jambes reste limité à l’arrière et le dossier de la banquette demeure encore un peu trop vertical. Le pick-up Volkswagen peut recevoir de très nombreux accessoires de personnalisation, comme des « enjoliveurs » pour l’arceau, un couvre-tonneau, un hard top qui le transforme en un break très pratique ou encore l’indispensable rampe de projecteurs additionnels pour les plus aventuriers. Attention alors aux parkings souterrains !

 

A bord du Volkswagen Amarok 2016

tableau de bord Volkswagen Amarok (2016)
A l'intérieur de l'Amarok, l'ambiance haut de gamme est omniprésente malgré la présence de nombreux plastiques durs.

Déjà considéré comme le plus « VP » des pick-up, le Volkswagen Amarok progresse encore avec cette dernière génération. La présentation est désormais encore plus proche de celle d’une voiture de la marque que par le passé. Les assemblages sont d’un très haut niveau, les matériaux de qualité même si le plastique dur est un peu trop présent.

ecran systeme multimedia Volkswagen Amarok (2016)

Dans les finitions haut de gamme, les occupants peuvent profiter de sièges en cuir à réglages électriques ou d’un système multimédia de dernière génération intégrant l’interfaces « App Connect » qui permet de transférer des applications pour smartphones vers l’écran tactile. Mirror Link, Apple CarPlay et Android Auto sont également compatibles. C’est le cas de notre modèle d’essai, un Amarok Aventura, une version limitée pour le lancement qui deviendra ensuite une finition à part entière. Elle se caractérise par son raffinement intérieur ainsi que par ses énormes jantes de 20 pouces avec passages de roues élargis.

 

Un comportement un cran au-dessus

Dès le démarrage, le gros V6 diesel donne de la voix même s’il sait rester discret dans l’habitacle. Dans la version 224 ch, la plus puissante disponible, les deux tonnes et quelques de l’Amarok se font beaucoup plus légères. A la moindre pression sur l’accélérateur, le pick-up bondit. Il n’en devient pas pour autant une ballerine, mais force est de constater que ce gros moteur rend la conduite de l’Amarok particulièrement agréable.L’association avec la boîte automatique à 8 rapports est parfaite et la multiplication des rapports permet un excellent étagement. La boîte concourt aussi à limiter la consommation du gros moteur TDI même si, lors de notre essai, la consommation moyenne s’est établie à 10,5 l/100 km.

benne Volkswagen Amarok (2016)
Grâce aux quatre roues motrices, le Volkswagen Amarok peut grimper des pentes jusqu'à 45° et franchir des gués de 50 cm de profondeur.

Le comportement routier reste prévenant malgré le châssis échelle et les ressorts arrière à lames et la prise de roulis relativement limitée. Les freins font preuve d’une belle efficacité malgré le poids imposant. Heureusement, l’ESP veille au grain et peut permettre d’éviter le pire. Quant au confort, et malgré la capacité de chargement de plus d’une tonne dans la benne, il reste largement supérieur à ce que proposent ses concurrents directs. Enfin, les trépidations en provenance du train arrière sont très bien maîtrisées.

 

L’Amarok, un vrai franchisseur

vue arrière Volkswagen Amarok (2016)

L'Amarok est bien plus qu'un gros SUV : il dispose de réelles capacités de franchissement.

Malgré son positionnement « haut de gamme » et franchement VP, l’Amarok reste un pick-up 4x4 aux performances élevées en tout-terrain. Il bénéficie d’un blocage de différentiel arrière ainsi que d’un système d’aide à la descente ou encore un réducteur. Il est par ailleurs proposé en trois types de transmission : permanente 4Motion (comme sur notre modèle d’essai), intégrale enclenchable et 4x2 (uniquement sur le 163 ch). Les transmissions 4x4 permettent d’affronter des pentes à 45° et de sortir des sentiers battus sans aucun souci. Les limites seront davantage celles du conducteur qui hésitera à entraîner son pick-up « de luxe » dans de tels endroits.

 

Bilan de l’essai Volkswagen Amarok 2016

vue avant Volkswagen Amarok (2016)

La nouvelle génération du Volkswagen Amarok renforce encore son côté « haut de gamme » et très VP, notamment avec son gros moteur très plaisant à l’usage. Cela destine davantage ce pick-up à une utilisation loisirs qu’aux travaux dans les bois, même si l’Amarok dispose de très belles capacités de franchissement.

On aime

  • Le confort de conduite
  • L’agrément moteur


On regrette

  • Les plastiques durs à bord
  • L’encombrement
Partager cet article
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Annonces auto
156 348 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !