Essai Volkswagen ID.5 : notre avis sur la version GTX de 299 ch

voir les photos
Volkswagen ID.5
La Volkswagen ID.5 2022 est proposée à partir de 51 450 € en version Pro et de 57 950 € en version GTX.

La version coupé du SUV électrique de Volkswagen arrive enfin. C'est l'occasion d'essayer cette cousine de l'ID.4 aux lignes plus sportives dans sa version la plus performante avec près de 300 ch. Cela suffit-il à faire de cet ID.5 GTX un modèle sportif ?

Voiture à l'essai : Volkswagen ID.5 GTX

À partir de
57 950 €
2 000 € de bonus

Page 1Avis et essai Volkswagen ID.5 GTX 

Voici donc enfin l’heure du lancement du modèle couronnant la gamme ID. Des modèles 100 % électriques qui tiennent une place à part dans le catalogue Volkswagen, avec un design spécifique très reconnaissable. Nous avions découvert dès l’été 2021 cet ID.5, qui est la version coupé de l'ID.4. Les SUV coupés sont un moyen d’enrichir la gamme à moindres frais, et le groupe VW ne s’en prive pas avec les Audi Q4 Sportback e-tron, Skoda Enyaq Coupé et maintenant, donc, l’ID.5. Avec ses boucliers retravaillés, ses grosses roues de 19 ou 20 pouces et sa silhouette fuyante soulignée par le toit noir, l’ensemble a fière allure mais reste assez massif visuellement. Les dimensions de l'auto sont très proches de celles de l’ID.4, avec tout juste 2 cm de longueur en plus (4,60 m).

VW ID.5 arrière
Avec une longueur totale de 4,60 m, l'ID.5 dépasse de tout juste 2 cm l'ID.4.

Équipé de la grosse batterie de 77 kWh, l'ID.5 est proposé avec trois niveaux de puissance : 174 ch (Pro), 204 ch (Pro Performance) et 299 ch pour la version GTX à transmission intégrale, forte d’un moteur maison synchrone à aimants permanents à l’arrière, asynchrone à l’avant, fourni par Magna. De quoi assurer une fiche technique de premier plan pour ce modèle haut de gamme.


Prix Volkswagen ID.5 GTX

Avec un ticket d’entrée fixé à 51 450 €, l’ID.5 est positionné nettement plus haut que l’ID.4 dont il découle. Cela représente un bond de 10 000 € (hors bonus) par rapport au prix d’appel, avec batterie et moteur plus modestes, et 3 500 € de plus que la version GTX équivalente, sachant que l’ID.5 inclut quelques équipements en plus. Malheureusement, à ce niveau de prix, l’aide du bonus écologique est limitée à 2 000 €.

En version GTX, le tarif monte à 57 950 €, une somme coquette pour un véhicule non premium. Heureusement, l’équipement de série de la gamme ID.5 est très complet, avec par exemple la navigation, les sièges chauffants et le régulateur de vitesse adaptatif. Mais les habitants de régions plus froides devront aussi passer par la liste des options afin d'ajouter une pompe à chaleur, bien utile pour optimiser la consommation du chauffage (1 100 €).

 

Autonomie et temps de recharge de l’ID.5

Avec une plate-forme MEB et une batterie de 77 kWh utiles bien connues, l’ID.5 ne pourra pas créer de grande surprise quant à son autonomie. Nous avons relevé lors de notre test une consommation moyenne sur route d'environ 19 kWh, permettant d’effectuer facilement 400 km en conduite tranquille, alors que cette version est donnée pour 489 km d’autonomie WLTP (513 km en variante Pro). Sur autoroute, il faudra logiquement réduire ses ambitions et croiser les doigts pour trouver des bornes haute capacité fonctionnelles. Sur cette version GTX, la charge DC maximale est de 150 kW (135 kW sur les versions Pro), autorisant une recharge théorique de 5 à 80 % en juste 36 minutes, alors qu’il faudra compter 7 h 30 sur une borne AC de 11 kW.

VW ID.5 recharge
La version GTX bénéficie d'une recharge rapide portée à 150 kW.

Par la suite, Volkswagen lancera une nouvelle fonctionnalité Plug & Charge qui, à l’image de ce que fait Tesla, permettra à la borne de reconnaître automatiquement l’auto, sans qu'il soit nécessaire d’utiliser une carte de recharge. Le compte de l’utilisateur sera alors directement débité. L’ID.5 inaugure aussi la charge bidirectionnelle qui propose, lorsque cela est possible et la voiture inutilisée, de réinjecter de l’énergie dans le réseau électrique. Enfin, l’ID.5 arbore un nouveau planificateur d’itinéraire intelligent avec la dernière version du logiciel de bord ID 3.1.

 

Au volant

Volkswagen ID.5 position de conduite
La position de conduite agréable et les commandes douces incitent à une conduite relax.

Avec 299 ch répartis sur les quatre roues et un couple de 460 Nm, on pouvait s’attendre à des performances plutôt sportives, en harmonie avec le traitement de la carrosserie (boucliers agressifs, aileron intégré). Las, même si sur le papier un 0 à 100 km/h en 6,3 s est un bon chiffre dans l’absolu, l'ID.5 GTX ne donne pas l’impression de coller ses passagers aux sièges. Toutefois, après une première réaction de déception, on se rend vite compte que l’essentiel est là : des reprises très généreuses permettant de doubler en un clin d’œil, une motricité sans faille et surtout un confort préservé.

Ceci dit, ne nous méprenons pas. Comme pour les modèles badgés R Line, S Line et autres labels sportifs qui rencontrent tant de succès, il s’agit plus de soigner les apparences que de jouer les vraies voitures radicales, même si ici la définition mécanique est plus costaud. Et cela correspond bien à l’esprit de l’auto, qui offre un confort remarquable, à peine troublé par des bruits de roulement plutôt présents. Le mode B permet de renforcer le niveau de régénération au lever de pied pour une conduite souple de virage en virage, mais cela reste très inférieur en puissance à ce que l’on trouve chez certains concurrents.

Volkswagen ID.5 coupé
La ligne « fastback » de l'ID.5 est accentuée visuellement par le toit noir livré en série.


Notre voiture d’essai, équipée de la suspension active et de grosses roues de 21 pouces s’est montrée toujours clémente pour nos vertèbres, assurant un voyage très confortable sur des routes de qualité à travers les Alpes autrichiennes, même en mode Sport. Pas question là-bas de hausser trop le rythme, les radars étant omniprésents dans les magnifiques paysages traversés. Le comportement sans histoire du lourd SUV VW (plus de 2,2 t !) est appréciable. Mais, sur ce plan également, aucune sportivité en vue. Et, bien que l’attaque de la pédale de frein manque de consistance, son dosage reste précis.

Plus gênant, la greffe du moteur avant nuit à la belle maniabilité appréciée sur les autres versions : de 10,20 m seulement de diamètre de braquage on passe à 11,57 m pour notre version GTX. Les manœuvres pourront être facilitées par le nouveau système de parking automatique avec mémoire, capable de refaire le même chemin tout seul à partir d’un point GPS sélectionné. Par exemple, devant l’entrée de son jardin. Une fonction pratique, déjà vue chez BMW,  mais avec des limites en cas de mauvaise météo. Les caméras étant utilisées pour sécuriser les manœuvres, elles interdiront cette fonction si leur visibilité est réduite.
 

À bord

ID.5 écran

La planche de bord est reprise de l'ID.4 et intègre de série le grand écran de 12 pouces avec le système Discover Pro Max.

Volkswagen ID.5 place arrière
Aux places arrière, l'espace disponible est pratiquement le même que dans l'ID.4 : généreux !
Volkswagen ID.5 siège
En GTX, les sièges intégraux font partie de l'option Top Sport.

Vous connaissez l’intérieur de l’ID.4 ? Alors vous connaissez celui de l’ID.5 ! Sans surprise, la planche de bord très simplifiée et l’aménagement du vaste habitacle du SUV électrique signé VW sont reconduits ici, avec juste quelques détails de présentation pour notre version GTX au thème noir avec des surpiqûres rouges. Cela ne permet pas de compenser les nombreux plastiques trop basiques à ce niveau de prix, même si la qualité d’assemblage reste très satisfaisante.


On retrouve donc des places avant confortables, de vastes surfaces vitrées laissant entrer beaucoup de lumière, des rangements omniprésents et… des écrans à l’ergonomie vite agaçante, y compris dans la toute dernière évolution du système de bord (3.1), mis à jour à distance. Trop de sous-menus viennent compliquer la manipulation du système d’info-divertissement. Les nouvelles fonctions vocales se déclenchent de manière intempestive, et les touches sensitives au volant manquent parfois de réactivité.

Volkswagen ID.5 GPS
Le nouveau calculateur de trajet intégrant les pauses recharge semble bien pensé.
Volkswagen ID.5 coffre
Le coffre gagne quelques litres au passage, culminant à 549 l de volume.

L’architecture dédiée de la plate-forme électrique MEB permet d’optimiser l’espace disponible avec un plancher plat et, pour les passagers arrière, beaucoup de place aux jambes et à la tête grâce à une garde au toit réduite de seulement 12 mm par rapport à celle de l’ID.4. Le coffre ne pâtit pas non plus du passage à une carrosserie de coupé, avec près de 550 l annoncés. De quoi permettre à l’ID.5 de conserver tous les atouts du SUV familial sur lequel elle est basée.

 

Concurrence

Les SUV électriques jouant les coupés avec une ligne de toit fuyante ne manquent pas sur le marché. À commencer par les modèles du groupe VW : Audi Q4 Sportback e-tron et Skoda Enyaq Coupé, avec tous deux des tarifs supérieurs à motorisation et batterie égales. Un peu plus performant et endurant, le Kia EV6 avance aussi un tarif un peu plus élevé dans sa version GT Line AWD 325 ch (59 790 €).

Du côté de la gamme Ford Mustang Mach-E, certes plus dynamique, le modèle 76 kWh et 269 ch AWD est affiché à 63 500 €, soit 5 500 € de plus que le VW. Enfin, le Tesla Model Y, lui aussi plus gourmand côté tarif (62 990 €), propose plus de puissance, d’autonomie et de volume de coffre, ajoutant un atout unique avec le précieux réseau de recharge de la marque.

Découvrez le bilan de l'essai et la fiche technique en page suivante.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (7)
makeTheAirCleanAgain

sur l'aspect technique, elle ne tient pas la comparaison avec la model Y; Mais elle a l'argument de la marque VW, et sa réputation. Sur tous les autres aspects, et notamment les plus importants comme l'efficience, l'autonomie réelle, la capacité à aller loin et les performances, la tesla est largement meilleure.

Brinks

299ch et des freins à tambours à l'arrière : C'est une blague ! C'est vrai qu'il faut faire des économies mais là , c'est abuser.

ChristophedeN

@BONNIN Et en ce qui concerne la réponse à mes questions : - empreinte carbone de cette voiture ? - pollution aux particules ? Votre énergie vous la récupérez des aliments. Les carnés sont en général plus émetteurs que le végétal. Par contre il ne faut pas oublier 2 points : - pour vivre il vous faut manger, - il y a une incertitude très forte sur les émissions de l'alimentation : de la viande produite de la manière la plus vertueuse peut être moins émettrice que du végétal produit de la manière la moins vertueuse - différence similaire entre produire une batterie en France et la produire en Chine.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Volkswagen ID