Vous êtes ici :

Essai Volkswagen T-Cross (2019) : au volant du nouveau T-Cross

Volkswagen T-Cross camouflé
Le Volkswagen T-Cross sera commercialisé à partir d'avril 2019. Il est positionné en dessous du T-Roc.

Le T-Cross, futur petit SUV de Volkswagen, n'arrivera sur le marché qu'à partir du printemps 2019. Pourtant, nous avons déjà pu en prendre le volant pour un rapide galop d'essai. A-t-il les armes pour chahuter les Renault Captur, Peugeot 2008 et autres Citroën C3 Aircross ?

Voiture à l'essai : Volkswagen T-Cross 1.0 TSI 95

  • Moteur Essence | Puissance : 95 ch
  • Lancement : avril 2019
À partir de
18 300 €
ni bonus
ni malus

Près d’un an avant la sortie du T-Cross, Volkswagen a convié une poignée de journalistes pour découvrir et conduire son futur SUV urbain. Rendez-vous est pris dans la campagne bavaroise en Allemagne, en un lieu discret puisque le nouveau-venu est encore camouflé. Le programme est condensé : présentation statique de l’auto et galop d’essai de 30 minutes chacun.

Dans la large gamme SUV du constructeur, le T-Cross est le plus petit avec une longueur de 4,10 m, soit 13 cm de moins que le T-Roc (4,23 m). Il s’attaquera, lors de sa commercialisation en avril 2019, aux Renault Captur (4,12 m), Peugeot 2008 (4,16 m), Citroën C3 Aircross (4,15 m), ou encore Seat Arona (4,14 m). Pour tenter de se faire une place sur ce segment très disputé des petits SUV, le T-Cross misera sur les aspects pratiques et un design rassurant. Son credo : la rationalité.

Volkswagen T-Cross camouflé

Le Volkswagen T-Cross bénéficiera de feux arrière à LED.

D’ailleurs, nous avons pu le découvrir sans aucun camouflage… et sans aucune prise de photos possible. Fidèle aux sketchs publiés par Volkswagen, le T-Cross se révèle sage, sérieux. Pas de panneaux de custode à couleur dissociée ni de possibilité de personnalisation. Au total, 12 coloris seront au catalogue et seul le toit noir pourra être choisi comme signe distinctif. À l’arrière, le T-Cross se distingue du reste de la gamme Volkswagen grâce à un bandeau (non lumineux) reliant les optiques.

Ce nouveau SUV repose sur la plateforme MQB-A0, celle qui profite notamment à l’Audi A1, fraîchement dévoilée, et à la Volkswagen Polo. Par rapport à cette dernière, l’empattement est quasi-inchangé (+ 1 cm pour le T-Cross) mais les porte-à-faux grandissent légèrement et le SUV prend logiquement de la hauteur : 1,55 m (+ 9 cm).

Modularité Volkswagen T-Cross

Ainsi armé, il accueille aisément les grands gabarits… même à l’arrière. En effet, il proposera de série une banquette coulissante sur 15 cm (d'un seul tenant). Voilà qui permettra de faire le choix entre l’aisance offerte aux passagers et l’espace dévolu aux bagages. Logiquement, le volume du coffre varie de 385 à 455 litres et il peut atteindre 1 281 litres dossiers rabattus. À noter que celui du siège passager pourra faire de même, en option. Des valeurs dans la bonne moyenne de la catégorie mais qui n’atteignent pas celles du champion en titre, le Citroën C3 Aircross.

Dimensions Volkswagen T-Cross

Longueur 4,10 m
Hauteur 1,55 m
Empattement 2,56 m
Volume de coffre 385-455 / 1 281 l

Au volant du VW T-Cross

En s’installant au volant du T-Cross, le mobilier nous semble familier. Impression logique puisqu’il reprend la planche de bord de la Polo. Ainsi on retrouve la même architecture centrale qui, de bas en haut, regroupe un vaste réceptacle pouvant être muni d’une recharge de smartphone par induction, deux prises USB, les commandes de climatisation, les buses d’aération ainsi que l’écran tactile de 8 pouces.

planche de bord Volkswagen Polo

En photo, la planche de bord Volkswagen Polo. Celle du T-Cross ne se différencie que par de menus détails.

En option, le conducteur pourra également bénéficier d’une dalle d'instrumentation numérique. Le T-Cross se distingue uniquement de la Polo par un petit rangement placé au sommet de la planche de bord, des aérateurs latéraux moins larges et la commande des feux de détresse qui migre sur la console centrale. Enfin, de multiples réglages permettent de trouver facilement une bonne position de conduite.

Le petit 1.0 TSI a du mal à faire face aux 1 300 kg du T-Cross

Notre modèle d’essai est une entrée de gamme essence : 1.0 TSI de
95 ch
associée à une boîte mécanique à cinq rapports. Un moteur trois-cylindres discret, tant au niveau sonore que vibratoire. Souple et doux dans son fonctionnement, il accepte volontiers d’évoluer à bas régimes, à condition de ne pas descendre en dessous de 1 500 tr/min, ou le manque de couple oblige alors à rétrograder. Au-dessus de ce régime, il répond plus franchement sans pour autant offrir des relances vigoureuses. La faute aux rapports longs de la boîte de vitesses et au poids conséquent du T-Cross : 1 300 kg. C’est 230 kg de plus qu’une Polo équipée du même moteur. Pas étonnant que notre T-Cross manque de nerf. Volkswagen explique que cette surcharge est due, en partie, à la banquette arrière coulissante et, surtout, à sa volonté d’obtenir les meilleures notes à l’EuroNCAP.

Volkswagen T-Cross camouflé

Le Volkswagen T-Cross reposant sur la plateforme MQB-A0, il ne peut bénéficier de transmission à quatre roues motrices.

Volkswagen a encore quelques mois pour peaufiner le calibrage de la direction, convaincante en ville et sur autoroute mais un peu légère sur route, affiner les réglages de suspensions encore trop trépidantes ou encore améliorer l’insonorisation, déjà d’un bon niveau.

 

Moteurs et gamme du VW T-Cross

Le catalogue du petit SUV urbain se composera de trois offres en essence : 1.0 TSI 95 ch (BVM5), 1.0 TSI 115 ch (BVM6 ou DSG7) et 1.5 TSI 150 ch (DSG7). En diesel, il faudra se contenter du 1.6 TDI 95 ch (BVM5 ou DSG7) et aucune transmission intégrale n’existera. Pour compenser cette absence, le T-Cross misera sur un antipatinage amélioré.

Moteur TSI
Moteur TSI

Il est encore trop tôt pour connaître le détail des équipements, mais les aides à la conduite seront nombreuses. De série, on peut citer l’assistance de maintien dans la voie, le capteur d’angle mort, l’assistant de sortie de stationnement ou encore le freinage d’urgence avec détection des piétons. La gamme comptera cinq niveaux de finition qui devraient reprendre les appellations habituelles : Trendline, Confortline, Carat, Carat Exclusive et R-Line.

Motorisations Volkswagen T-Cross

Essence Diesel
1.0 TSI 95 ch BVM5 1.6 TDI 95 ch BVM5/DSG7
1.0 TSI 115 ch BVM6/DSG7 -
1.5 TSI 150 ch DSG7 -

 


Bilan

Volkswagen T-Cross camouflé
Volkswagen T-Cross

Le Volkswagen T-Cross ne joue pas la carte de l’originalité. Un choix risqué dans le segment des SUV urbains. Il préfère soigner les aspects pratiques avec de vastes rangements, une bonne habitabilité, un grand coffre et surtout une banquette coulissante. Ses équipements technologiques seront à jour et sa gamme de moteurs ne sera pas large, mais cohérente.

D’après, les premiers tours de roues effectués, les mécaniques d’entrée de gamme sembleront justes sur la route mais rempliront leur mission en ville. Enfin, il reste une inconnue, celle des prix, que l'on estime à partir de 18 300 €, soit 2 200 € plus cher que la Polo.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Volkswagen T-Cross