Vous êtes ici :

Essai Volvo XC40 T3 : notre avis sur le XC40 essence premier prix

Volvo XC40 amazon blue travelling avant gauche
Plus petit SUV de la gamme Volvo, le XC40 pointe à des tarifs élevés, dignes des modèles "premiums" Audi Q3 et BMW X1.

Tenant du titre de Voiture de l'année 2018, le récent Volvo XC40 soutenait des tarifs intimidants. Une version T3 de 156 ch à essence et boîte mécanique arrive donc pour adoucir les prix et le malus... mais devra prouver qu'avec un modeste trois cylindres, le XC40 mérite toujours son statut.

Voiture à l'essai : Volvo XC40 T3

À partir de
31 350 €
1 490 € de malus

Page 1Essai Volvo XC40 T3 : notre avis sur le XC40 essence premier prix 

Si je vous avoue un secret, vous ne direz rien à mon chef obsédé par « l’indispensable objectivité du journaliste » ? Alors voilà : les SUV me fatiguent. Ils pullulent, partout, dans tous les segments, sont moins confortables, pas plus habitables, et forcément plus chers -à l’achat comme à l’usage- que les berlines dont ils dérivent. Bref, objectivement (ça fera plaisir à mon chef), ces stars du marché n’ont rien pour eux. Leur look ? Peut-être mais, plus subjectif, tu meurs.

Le SUV du jour s’appelle XC40, le Peugeot 3008 de chez Volvo. En plus original… mais presque moins ostentatoire : des arrêtes droites, des porte-à-faux courts, de grandes roues et, en option, une association bleu "salle de bains"/toit blanc qui l’éloigne du commun des crossovers. J’ouvre la porte et découvre la même sobriété, teintée de la même originalité : en relief, le long de la planche de bord et des contre-portes, des incrustations représentent l’archipel de Göteborg en Suède. Ca ne sert à rien, non, mais ça change. Combien il coûte déjà, ce SUV là ? C’est pour un ami…

Essai Volvo XC40 statique avant droit
Essai Volvo XC40 bleu Amazon drapeau suédois
Essai Volvo XC40 incrusatations Goteborg


Prix Volvo XC40 T3

A son lancement en février 2018, le prix du XC40 faisait peur. 45 000 € minimum pour le D4 190 ch 4x4, voire 46 000 € (+ 4 900 € de malus !) pour le T5 247 ch 4x4. Des prix concevables pour un SUV familial (ou une 911 d’occasion), pas pour un SUV compact moins spacieux qu’un Peugeot 3008. Alors, Volvo a vite ajouté des versions plus abordables, dont ce XC40 premier prix à essence : 31 350 €, avant les 1 490 € de malus. A ce tarif, le XC40 vient avec une boîte mécanique, et pas plus de trois cylindres sous le capot. Au moins développe-t-il 156 ch…

Essai Volvo XC40 moteur
Essai Volvo XC40 bleu Amazon commande de boîte manuelle

Si ce n’est pas assez cher (mon fils), le tarif peut évidemment croître. A 34 100 € en Momentum, 38 170 € en Inscription, voire 43 550 € en Inscription Luxe qui ne manque plus de rien (voir cascade d’équipements en page 2). Dommage, mon toit blanc (540 €) et mes incrustations d’iles suédoises préférés (gratuit) ne viennent qu’en finition Momentum, sans GPS, sans clim’ bizone ni clef mains-libres. Allez comprendre.
 

Au volant du Volvo XC40 T3

1 570 kg sur la bascule, 1,65 m de haut, pas plus de cylindres qu’une Citroën C1, et pourtant : le XC40 s’en sort bien. Très bien même, vu le poids et la longueur des rapports supérieurs. Pas impressionné, le trois cylindres 1.5 reprend dès 1 200 tr/min, s’envoie en l’air jusqu’à 6 000 tr/min, ne vibre pas à bas régime, ne gronde pas à haut régime, nécessite à peine de descendre un rapport quand il faut doubler. Ce qui tombe bien, vu le côté accrocheur d’une commande de boîte qui nous amadouait d’abord par ses débattements courts… Pas grave, le XC40 peut tout faire en quatrième : son moteur est si souple qu’il lui sert de boîte auto.

Essai Volvo XC40 bleu Amazon vue intérieure en roulant

Pour le reste, on se sent vite chez soi, dans le petit SUV Volvo. On vide ses poches dans les vastes rangements, on passe de la ventilation au GPS d’un mouvement de l’index sur l’écran vertical, on désactive les aides à la conduite envahissantes d’un mouvement contraire. L’interface GPS-multimédia est en effet intuitive, et dotée d’une touche « écran noir » qui verrouille aussi la fonction tactile et permet d’essuyer les traces de doigts (rapidement nombreuses). Ca paraît tout bête mais c’est drôlement pratique, pour les maniaques des surfaces propres.

Discret, souple, dénué de vibrations, le petit trois cylindres surprend sous le capot du lourd XC40

Comme mon chef va relire cet article avant publication, il faut aussi que je vous parle des défauts du XC40 (#objectivité). Avec les roues de 19 pouces optionnelles, blanches elle aussi, le SUV Volvo n’efface pas toutes les bosses à faible allure et génère des bruits de roulement sur les bitumes à « gros grains ». La direction, idéale en ville, devient un peu légère sur route, même si elle guide un train avant efficace.

Essai Volvo XC40 bleu Amazon travelling arriÚre gauche

Enfin, malgré sa faible cylindrée, le XC40 ne refuse jamais une bonne bouteille de sans-plomb : 8,5 l aux 100 km relevés sur autoroute, voire un peu plus en ville, à moins d’adopter une éco-conduite qui réduit le débit à 7 l sur voies rapides. Mais en fait, et au risque de (re)froisser mon chef, les défauts, on s’en moque. Car à l’image d’une Mini ou d’une Fiat 500, le XC40 a su nous faire craquer par d’autres biais. Et donc, se faire pardonner le reste. Fichtre : j’ai dit du bien d’un SUV et cette fois, je le pense vraiment.
 

A bord du Volvo XC40 Momentum

Essai Volvo XC40 bleu Amazon planche de bord
Hormis les atypiques incrustations en relief face au passager, l'ambiance ne respire pas la gaieté sur notre XC40 d'essai. Mais la qualité perçue est bonne, les rangements spacieux, et des teintes intérieures claires restent disponibles.
Essai Volvo XC40 bleu Amazon ecran GPS
L'écran tactile de 9 pouces est joli et agréable à utiliser. Mais l'affichage Apple CarPlay ou Android Auto reste horizontal et donc, réduit de moitié...
Essai Volvo XC40 bleu Amazon ecran aides à la conduite
La page des aides à la conduite vient d'un mouvement de l'index, ce qui les rend rapides à désactiver en roulant. Rare, et pratique !
Essai Volvo XC40 siÚges avant en cuir
Les sièges avant garantissent un bon niveau de confort sur long trajet. Mais le réglage de la longueur d'assise n'arrive de série qu'en finition Inscription Luxe.
Essai Volvo XC40 banquette
Assise moelleuse, dossier subtilement creusé, place aux jambes correcte : les places latérales séduisent. Pas la centrale, ferme et gênée par le tunnel au plancher.
Essai Volvo XC40 coffre
A 460 l, le coffre n'est pas le plus spacieux du segment, mais des commandes permettent de replier les dossiers depuis l'entrée.
Essai Volvo XC40 plancher de coffre
Le plancher de coffre amovible à 110 € est conseillé : plancher bien plat sièges rabattus et, suivant sa position, fonction "cale-bagages".


Concurrence Volvo XC40 T3

Si le XC40 T3 156 ch (facturé entre 31 350 € et 43 550 €) ne vous a pas tapé dans l’œil, des alternatives existent chez les SUV compacts à essence. Un Peugeot 3008 oscille entre 26 400 € et 33 350 € avec un trois cylindres moins puissant (130 ch), aussi disponible sur le DS7 Crossback (de 30 200 € à 39 100 €), plus habitable que les XC40 et 3008.

DS7 Crossback et Peugeot 3008
DS7 Crossback et Peugeot 3008
Volkswagen Tiguan et BMW X1
VW Tiguan et BMW X1

Les fameux « premiums » osent aussi les trois cylindres dans leurs versions d’accès (BMW X1 18i 140 ch, facturé entre 32 400 € et 39 200 €), même si le groupe Volkswagen reste fidèle aux quatre cylindres : spacieux VW Tiguan 1.5 TSI 150 (de 30 610 € à 33 850 €), ou tout nouvel Audi Q3 doté du même moteur (estimé à partir de 31 500 €). Par rapport au Volvo, tous disposent d’un argument de poids : une version à boîte automatique ou robotisée, seulement lancée en 2019 sur le XC40 T3.
 

Bilan de l’essai Volvo XC40 T3 156 ch

Pour le premier moteur à trois cylindres de son histoire, Volvo s’en sort très bien : très souple à bas régimes, vigoureux ensuite, dénué de vibrations au ralenti ou d’à-coups à la réaccélération, le petit T3 de 156 ch ne connaît rien des défauts récurrents de cette architecture. Il permet en outre d’abaisser le prix du cher XC40, et de laisser son client cocher les équipements tantôt craquants, tantôt pratiques. Seul défaut, qui n’en sera bientôt plus un : l’absence de boîte automatique Geartronic 8, qui contournerait l’étagement long des derniers rapports et le côté accrocheur de la commande de boîte manuelle. Patience donc : cette transmission viendra en 2019.

Essai Volvo XC40 bleu Amazon travelling avant droit


On aime

  • La belle souplesse du moteur
  • L’ergonomie bien pensée
  • La présentation soignée, voire craquante en option

On regrette

  • La commande de boîte accrocheuse
  • La consommation à surveiller
  • Les prix... dignes du cercle premium
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Volvo XC40