Vous êtes ici :

Et Volvo devint chinois

voir les photos
Et Volvo devint chinois

Le célèbre constructeur suédois vient de se voir vendu à Geely, dixième constructeur chinois. Un pari audacieux, d'autant plus que Volvo perd toujours de l'argent.

Après un an de suspens et d’incertitude, la délivrance. Volvo, mis aux enchères fin 2008 par Ford, vient de tomber dans le giron du chinois Geely. La prise de contrôle effective devrait elle intervenir au cours du deuxième trimestre.
 
Qui est Geely ?
Le groupe chinois Geely a d'abord été un fournisseur de pièces détachées pour réfrigérateur avant de devenir vingt ans plus tard le dixième constructeur du pays (mais le premier du secteur privé).
Découvert en Europe sur les stands des salons automobiles, il y a quatre ans seulement, Geely a commencé il y a vingt ans comme fournisseur de pièces détachées pour réfrigérateurs, avant de se lancer dans l'automobile. Son patron, Li Shufu, un ingénieur qui a fondé le groupe en 1986, est 123e fortune chinoise, avec un milliard de dollars.
 
Combien pèse-t-il?
Le groupe qui gère six usines d’assemblage en Chine, a vendu 330.000 véhicules l’an dernier dont 20.000 en Russie, en Ukraine et en Indonésie, où il a établi de petites lignes d'assemblage. Alors que ses grands concurrents locaux FAW, SAIC, Changang ou Dongfeng fabriquent essentiellement, en joint-venture, des voitures de marques étrangères, le groupe Geely a développé ses propres marques (le nom Geely est maintenant remplacé par trois nouvelles marques Gleagle, Englon et Emgrand).
En Chine, il travaille avec 500 concessionnaires et 600 stations-service.
Cette acquisition, la plus grosse réalisée par un groupe chinois dans le secteur, consacre la montée en puissance de la Chine dans l'industrie automobile mondiale.
 
Quelles sont les ambitions de Geely avec Volvo ?
Li Shufu a déjà annoncé sa volonté de construire une usine à Pékin, où seront fabriquées 300 000 Volvo par an pour le marché chinois. Mais le groupe a aussi dit son intention de maintenir en activité les usines en Europe, les principales étant situées à Torslanda (Suède) et Gand (Belgique).
« Je vois Volvo comme un tigre, a lancé le 28 mars dernier, Li Shufu au siège de Volvo en Suède, où le drapeau chinois avait été hissé. Le tigre appartient à la forêt, il ne peut pas être mis dans un zoo, dans un tout petit enclos. Nous devons libérer ce tigre. Le coeur du tigre se trouve en Suède et en Belgique, mais sa puissance doit être projetée partout dans le monde »
Cette prise de contrôle doit permettre à Geely d'acquérir de nouvelles technologies, un réseau de distribution en Europe et aux Etats-Unis.
 
Et après ?
En 2015, le groupe ambitionne de vendre,  toutes marques confondues, deux millions de véhicules, un million en Chine et autant à l'étranger.

Partager cet article
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Annonces auto
145 773 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !