Faire de sa passion pour l'automobile son métier | L'Argus Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Faire de sa passion pour l'automobile son métier

Changer de métier pour vivre de sa passion pour l'automobile, est-ce possible ? A l'occasion du salon de l'emploi automobile et de la formation, Jobijoba s'est interrogé sur les profils recherchés par le secteur. Quelles sont les tendances de recrutement ?

Par Anne-Julie Leserviget
Publié le Mis à jour le

Malgré des ralentissements des usines de production, loin d’une voie de garage, l’automobile offrirait plutôt une voie de lancement d’après Stéphane Gomez (Pdg du cabinet de recrutement spécialisé Auto Consultant).


Quelles entreprises recrutent dans le secteur automobile ?

L’emploi automobile rime souvent avec la fabrication, ou encore avec la vente et la commercialisation. Distributeurs, équipementiers, loueurs ou centres automobiles, comme Norauto et Feu Vert, les opportunités de carrière sont variées. On peut aussi parler de la croissance des agences « automobilières ». Proche du fonctionnement d’une agence immobilière, le conseiller expertise puis procède à la vente de la voiture du propriétaire.

Aujourd’hui 227 offres d’emploi chez Renault sur Jobijoba.

 

Quels profils sont recherchés : diplôme or not diplôme ?

Certes les profils d’ingénieur sont recherchés, notamment avec les logiciels embarqués ou « embedded software ». Ceux qui réussissent le mieux sont les diplômés issus des écoles spécialisées type ESCRA, GNFA ou GARAC. Les profils plus généralistes, issus des écoles de commerce, sont également dans la ligne de mire des recruteurs pour occuper des postes de management, dans les finances ou encore dans le domaine du marketing.

Toutefois, pas besoin d’un diplôme de niveau BAC + 5 pour accéder à des postes clés et avec une bonne rémunération. Avec un CAP en poche, les postes de mécanicien automobile ont toujours le vent en poupe, comme les préparateurs de véhicules ou réceptionnaires automobile. Un mécanicien automobile peut viser un salaire de 2 000 euros nets mensuels.

Les commerciaux, vendeurs automobiles (VN, VO) sont toujours des métiers particulièrement porteurs. Un chef des ventes pièces automobiles peut par exemple s’attendre à 60 000 euros bruts par an, avec voiture de fonction.

 

Evoluer professionnellement ou se reconvertir grâce à la formation

L’emploi et la formation sont intimement liés. Pour être concurrentiel, suivre l’évolution de son métier est fondamental, en particulier dans le secteur automobile.


Pour voir les formations du secteur automobile, rendez-vous sur Jobijoba.

Auteur :
Anne-Julie Leserviget

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...