Feux tricolores ralentisseurs. Ils deviennent légaux sous condition
habillage
banniere_haut

Feux tricolores ralentisseurs. Ils deviennent légaux sous condition

Des feux qui restent au vert lorsqu'on respecte les limitations de vitesse : déjà employé par certaines municipalités, ce dispositif n'était pourtant pas encore inscrit dans la loi. Un arrêté publié au Journal Officiel vient désormais encadrer son utilisation.

Par Johann Leblanc
Publié le Mis à jour le

Grâce à un arrêté publié au Journal Officiel le 9 avril, employer des feux tricolores pour ralentir la vitesse en ville est désormais légal sous condition.

THOMAS ANTOINE/ACE TEAM, T.Antoine/ACETeam

Pour pousser les automobilistes à ralentir en ville, un simple panneau est rarement suffisant. Alors, les municipalités rivalisent d’imagination : radars pédagogiques ou non, ralentisseurs plus ou moins dans les normes, chicanes casse-vitesse, voire casse-jantes… Tous les moyens semblent parfois bons ! Depuis quelques temps, une autre idée avait commencé à fleurir. Certaines agglomérations avaient implanté des feux tricolores capables de passer au rouge en cas de dépassement de la limitation. Pour profiter du vert, il suffisait donc de respecter la vitesse autorisée. Mais si ce mécanisme, plus incitatif que répressif, est populaire en Espagne, il n’avait jusqu’ici aucun cadre réglementaire en France.

En novembre dernier, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait donc prévenu les maires : “L'utilisation de feux asservis à la vitesse n'est pas conforme à la législation actuelle (…) : les collectivités qui auraient déjà implanté ce type de dispositif doivent les éteindre." 


Le rouge désormais prioritaire sur le vert

infographie feux vert récompense
Le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (CEREMA) a conçu cette infographie pour expliquer le fonctionnement des "feux verts récompense"

Tout juste publié au Journal Officiel, l’arrêté du 9 avril 2021 relatif à la modification de la signalisation routière va permettre de rallumer une partie de ces feux mis en sommeil. Il autorise en effet "la prise en compte de l'utilisation du feu de circulation R22 pour la régulation de la vitesse des véhicules en agglomération selon certaines conditions". Le fonctionnement a toutefois été modifié. Désormais, le rouge devra rester de rigueur tant qu’aucun véhicule n’est en approche. Le passage au vert se fera ensuite seulement si la vitesse est respectée, et pendant une durée minimale de six secondes. Autre modification, ce dispositif devra être installé "en agglomération et en section courante, en dehors des passages pour piétons, des intersections et à l'écart du panneau d'entrée d'agglomération." Pas sûr, dès lors, qu’il garde la même popularité auprès des municipalités que lorsqu’il était encore illégal !

À LIRE. Ford imagine une circulation sans feux rouges

 

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
VotrePseudo Le 20/04/2021 - 15:46
Le truc qui existe à certains endroits depuis 30 ans (onde verte) et qu'on légalise seulement maintenant?
Agap2 Le 20/04/2021 - 13:26
La fin ne justifie jamais les moyens : se trouver arrêté en agglomération a un endroit sans intersection ni passage piéton va entraîner la multiplication des feux rouges grillés !
HeLOI Le 20/04/2021 - 10:03
Bonjour et bienvenue en Absurdie ! Ce qui fonctionne bien en HOLLANDE "green wave" n'est pas reconnu en France ? Dispositif installé sur des kilomètres de voies Poids-Lourd et zones industrielles notamment (Absurdie = traduction de la "France des énarques")... Acceptons des idées intelligente et économiques et écologiques : moins de redémarrages, freinages, donc consommation en baisse, moins de particules de plaquettes de freins... Et quelle idée de la maintenir au rouge ?
Voir tous les commentaires (5)