Frappé par le ralentissement US, Ford peine à boucler sa restructuration
habillage
banniere_haut

Frappé par le ralentissement US, Ford peine à boucler sa restructuration

Publié le Mis à jour le

Le constructeur automobile Ford va réduire encore sa production en Amérique du Nord, afin de s'ajuster au ralentissement économique aux Etats-Unis et a averti que cet environnement dégradé rendait plus incertaine la mise en oeuvre dans les temps de sa restructuration. Le groupe de Dearborn (Michigan), qui a entrepris depuis 2006 de restructurer en profondeur ses activités, a annoncé jeudi qu'il allait devoir "faire des ajustements de production et revoir en baisse les objectifs à court terme de rentabilité de ses opérations nord-américaines".

 

L'intensification de ses efforts passe par de nouvelles économies et une évolution de sa gamme vers des modèles moins gourmands en carburant, "afin de répondre à l'évolution rapide de l'environnement économique aux Etats-Unis". Les réductions d'effectifs et de capacités envisagées n'ont pas été détaillées. Ford attend d'avoir "plus de visibilité" pour faire un point en juillet, a indiqué le PDG, Alan Mulally, lors d'une conférence téléphonique. M. Mulally a écarté l'option de vendre la marque suédoise Volvo pour dégager des liquidités --après la récente cession de Land Rover et de Jaguar -- mais prévoit plutôt de céder "de petits actifs".

 

En raison de la faiblesse de l'économie américaine, le groupe ne s'attend désormais plus qu'à des comptes à l'équilibre en 2009, alors qu'il s'était précédemment fixé cette échéance pour renouer avec les bénéfices. "A moins qu'il n'y ait un redressement notable et rapide des conditions de marché aux Etats-Unis, ce que nous n'envisageons pas, il semble désormais que la réalisation de notre objectif d'un retour à la rentabilité de nos activités nord-américaines va prendre plus de temps que prévu", a admis le PDG. Pour l'année en cours, Ford s'attend à une perte opérationnelle avant impôt "plus mauvaise qu'en 2007", a aussi indiqué le directeur financier, Don Leclair. Non seulement les activités automobiles, mais aussi la division de services financiers devrait faire moins bien qu'en 2007, a-t-il averti.

 

En 2007, Ford avait accusé une perte nette de 2,7 milliards de dollars, après un déficit de 12,6 milliards en 2006, mais il avait surpris les analystes en dégageant un petit profit au premier trimestre. Le groupe a aussi revu en baisse ses prévisions pour le marché automobile américain en 2008, désormais estimé entre 15,0 et 15,4 millions d'immatriculations, contre 15,3-15,6 millions précédemment, et contre 16 millions prévues dans son plan de restructuration.

 

Ces nouvelles plombaient l'action Ford, qui perdait 8,72% à 7,12 dollars à New York à 16H30 GMT. Ford va accroître les cadences de production des modèles compacts et économes en carburant tout en réduisant celle de 4x4, de plus en plus délaissés au fur et à mesure que s'envole le prix de l'essence. Les 4x4 et "pick-up" ont fait les beaux jours des constructeurs de Detroit, car très rentables. Mais la hausse continue du prix de l'essence a mis un terme à cette situation: au 1er trimestre, Ford a vu ses ventes de gros véhicules chuter de plus de 18%, contre -1% pour les berlines, une déroute qui s'est "accélérée ces dernières semaines", a admis le PDG du groupe.

 

Les volumes produits au 2e trimestre, toutes catégories confondues, ont été revus en baisse de 20.000 unités à 690.000, ce qui représentera un recul de 15% sur un an. Ford a toutefois assuré pouvoir tenir son objectif d'économies de coûts de 5 milliards de dollars à fin 2008, par rapport à 2005.

 

De son côté, l'agence de notation Moody's a maintenu les notes de Ford malgré ces nouvelles mesures et le report de l'objectif de retour aux bénéfices. Ce maintien, assorti d'une perspective stable, reflète l'importance des liquidités de Ford, qui étaient de 40,6 milliards de dollars fin mars, a expliqué Moody's. Concernant les ambitions de l'investisseur milliardaire Kirk Kerkorian, qui veut monter au capital pour pouvoir peser sur les décisions de la direction, Ford s'est dit "neutre" sur le sujet et ne s'est pas plus exprimé.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours