GM et PSA se passent les alliances Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

GM et PSA se passent les alliances

Le géant américain General Motors et le groupe français PSA ont scellé leur union mercredi 29 février à New-York. L'américain détiendra 7% du français, mais les premières synergies ne seront pas visibles sur les routes avant 2016.

Par AM, CL, JPG
Publié le Mis à jour le
Rendez-vous dans quatre ans ! Le groupe General Motors, premier constructeur mondial en 2011, et PSA Peugeot Citroën sont désormais des alliés.

Le groupe français va procéder à une augmentation de capital de l'ordre d'un milliard d'euros, et GM prendra ensuite 7% des parts de PSA. La famille Peugeot restera l'actionnaire majoritaire de l'entreprise, juste devant GM.

Cet accord vise un objectif majeur : dépenser moins d'argent, que ce soit pour l'américain comme pour PSA. Voici comment :

- Partage des plates-formes de véhicules, de composants et de modules sur une base mondiale afin de faire jouer un effet volume et de réduire les coûts liés au développement de nouvelles technologies.
Les premières réalisations concerneront les véhicules particuliers de petite et moyenne taille, les monospaces et les crossovers. Mais déjà, les deux partenaires prévoient de développer ensemble une nouvelle plateforme pour les véhicules à faibles émissions de CO2.
 
- Création d'une joint-venture dédiée aux achats représentant un volume de 125 milliards de dollars. Ce second volet de l'alliance concerne bien sûr les achats de composants. La mise en commun de l'approvisionnement en matières premières, en pièces et ensembles auprès des équipementiers devrait apporter de substantielles économies.

 Au global, l'alliance prévoit d'économiser deux milliards de dollars (1,5md d'euros) d'ici cinq ans. Les deux premières années, les bénéfices devraient être limités selon PSA, mais le programme de renouvellement des véhicules permettra une croissance exponentielle des économies, et les gains seront répartis à parts égales entre les deux groupes qui restent évidemment concurrents sur le plan commercial.

Mais sur la route, les effets de l'alliance ne devraient pas être visibles avant 2016... en théorie. Car par essence même, la plateforme d'un véhicule n'est pas visible, au contraire de sa carrosserie qui demeurera typiquement Opel, Peugeot ou GM suivant les marchés !

 
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
un pseudo libre Le 02/03/2012 - 14:46
Ce n'est pas la peine de répéter à 20mn d'intervalle vos commentaires très chauvins d'ailleurs... A ce jour c'est GM propriétaire d'Opel qui vien en aide à PSA et pas l'inverse... Si Peugeot allait si bien, ils ne seraient pas en train de crier à l'aide à l'étranger.. Au fait une petite question : avez-vous déjà possédé des Opel ? des Peugeot ? Moi ou les deux marques...
un pseudo libre Le 02/03/2012 - 11:14
Quand on voit le développement de VAG-Volswagen sur les 10 dernières années (production x 2), et PSA (du surplace), on se dit que ces managers français dans l'automobile sont nuls. Voyez le massacre de Renault par C.Ghosn; que des flops; Wind, Bebop, Fluence, Latitude, Koleos...
un pseudo libre Le 02/03/2012 - 09:41
C'est quoi ces bêtises gratuites sur l'objectivité des français et sur l'image d'Opel meilleure que celle des marques françaises ? Si Opel était si bien que cela, la marque ne serait pas au bord de la faillite ! Intoxication quand tu nous tiens...
Voir tous les commentaires (10)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...