Vous êtes ici :

Handicap et conduite : quelles solutions ?

Handicap et conduite : quelles solutions ?

Conduite et personnes à mobilité réduite

Les personnes se trouvant en situation de mobilité réduite doivent obtenir un certificat d'aptitude de la part de la commission médicale de la préfecture, avant de pouvoir se soumettre aux épreuves théoriques et pratiques (dans une auto-école spécialisée).

C'est une procédure qui s'applique :
- Pour tout candidat souffrant d'un handicap et souhaitant passer le permis de conduire
- Pour toute personne en possession du permis de conduire subissant un évènement (accident ou maladie) créant une situation de handicap (on parle ici de régularisation de la situation auprès du bureau de l'éducation routière).

Sans avoir effectué de régularisation ou de passage devant la commission, un conducteur atteint d'un handicap se trouve en situation illégale. Il engage sa responsabilité pénale en cas d'accident, et ne peut prétendre à quelconque indemnisation des dégâts subis (art. R.211.10 al. 2 du Codes des assurances). En cas de dégâts causés à des tiers, en revanche, il ressort de la responsabilité de l'assureur de procéder à l'indemnisation.

Comment passer le permis en tant que personne à mobilité réduite

Une fois que la commission médicale de la préfecture a confirmé l'aptitude à conduire (en lui produisant un certificat), le candidat peut s'inscrire pour effectuer l'examen théorique. Si la commission confirme, en raison du handicap de la personne, qu'un véhicule spécialement aménagé est nécessaire, il faut alors que la personne s'inscrive dans une auto-école spécialisée. Il est aussi recommandé de prendre un avis technique auprès du bureau de l'éducation routière de la Direction départementale interministérielle. C'est dans l'auto-école spécifique que le candidat au permis apprendra les spécificités propres au véhicule aménagé. Sur le permis figurera la mention "conduite avec prothèse" ou "conduite avec adaptation du véhicule".

En ce qui concerne l'examen à proprement parler, un temps supplémentaire est accordé à toute personne sourde, malentendante ou à mobilité réduite.

Si le candidat possède déjà un permis de conduire avant d'être en situation de mobilité réduite, celui-ci est tenu de se présenter devant un agent du bureau de l'éducation routière de sa Direction départementale interministérielle, de sorte à faire une régularisation du permis.

Comment trouver un véhicule adapté

Il est possible de trouver des véhicules d'occasion ou neufs qui sont 100% adaptés aux nécessités de conduite d'une personne à mobilité réduite. En fonction des besoins d'aménagement spécifiques, les véhicules sont adaptés et homologués pour une conduite sécurisée.
Pour trouver un véhicule le site handynamic propose un large choix de véhicule.

Se déplacer en taxi

Pour connaître la réglementation propre à l'activité des chauffeurs de taxis dans une agglomération, il convient de se rendre à la mairie pour obtenir les informations. Dans tous les cas : si une personne se trouve face à une situation difficile avec le chauffeur de taxi, il est important d'envoyer un courrier auprès de la société de taxi concernée (envoi en courrier recommandé avec un accusé de réception). Informations et conseils : AFM Téléthon

Comment cela se passe-t-il à Paris ?

En conformité avec l'art. 25 de l'arrêté inter préfectoral no 01-16385, aucun conducteur en service ne peut refuser de prendre en charge une personne à mobilité réduite. Il ne peut pas non plus refuser le transport si la personne a besoin d'aide pour s'installer dans le taxi. De même, il est interdit d'exiger un supplément pour le transport du fauteuil roulant. Dans la capitale, il existe également un service de transport dédié aux personnes à mobilité réduite, nommé "Paris accompagnement mobilité".

Partager cet article
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Annonces auto
138 942 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !