Hyundai Ioniq 5 (2021). À bord de la "grande" compacte électrique !
habillage
banniere_haut

Hyundai Ioniq 5 (2021). À bord de la "grande" compacte électrique !

En 2019, le concept-car Hyundai 45 EV nous avait séduit. Voici aujourd'hui la version de série : la Hyundai Ioniq 5. Commercialisée en juin 2021, cette berline plus familiale que compacte ouvre de nouveaux horizons à la marque. Découverte.

Publié le Mis à jour le

La Hyundai Ioniq 5 sera commercialisée en France en juin 2021. Ses prix seront compris entre 43 600 et 59 900 €.

[Mise à jour le 24/08/2021] Après ce premier contact concluant avec le nouveau Ioniq 5, il nous tardait d'en prendre le volant : c'est désormais chose faite avec deux versions différentes ! Retrouvez nos impressions sur leur agrément de conduite, leur confort, leur ergonomie et bien sûr, leur autonomie :

***

Avec la Ioniq 5, le constructeur coréen Hyundai écrit un nouveau chapitre de son histoire électrique. Cette imposante berline compacte, qui arrivera en concession en France en juin 2021, inaugure une nouvelle famille dans la gamme. Elle succède à la Ioniq, lancée en 2016 puis restylée en 2019. Celle-ci était déclinée en hybride, hybride rechargeable et 100 % électrique et ne sera donc pas remplacée. 

La future gamme Ioniq de Hyundai : de gauche à droite, la Ioniq 6, la Ioniq 7 et la Ioniq 5.

Viendront ensuite la grande berline Hyundai Ioniq 6 attendue en 2022 puis le SUV à 7 places, Hyundai Ioniq 7 qui sera présenté courant 2023 et commercialisé en 2024. Une offre nettement plus large et complémentaire que celle amorcée par l'actuelle Hyundai Ioniq qui était un coup d'essai.

À LIRE. Ioniq 6 (2022). La berline électrique issue du concept Prophecy

 

Une compacte à l’américaine ?

Cela n'apparaît pas vraiment sur les photos, mais la Hyundai Ioniq 5 est longue de 4,63 m.

Esquissée par le concept-car 45 EV présenté au salon de Francfort 2019, la Ioniq 5 en est la version de série. Elle en a gardé l’esprit stylistique géométrique et c’est tant mieux ! Ses arêtes vives et ses lignes tranchées dans le vif ont tendance à raccourcir visuellement l’auto et, sur les photos, la faire passer pour une berline compacte de taille standard. Mais ne vous fiez pas aux apparences. Examinons les faits, à commencer par un empattement de 3 mètres, digne de celui d’une imposante Audi A8. Et, selon le niveau de finition, les roues de 19 ou 20 pouces qui sont, elles aussi, vraiment trop grandes pour une berline compacte conventionnelle.

Dimensions Hyundai Ioniq 5

  Hyundai Ioniq 5
Longueur (m) 4,63
Largeur (m) 1,89
Hauteur (m) 1,65
Empattement (m) 3,00
Porte-à-faux AV/AR (cm) 845 / 790
Voies AV/AR (m) 1,638 / 1,647
Garde au sol (cm) 170

Mieux encore, la fiche technique de la Hyundai Ioniq 5 mentionne une longueur de 4,63 m, soit un gabarit tout à fait comparable à celui d’une Tesla Model 3 (4,69 m) et finalement pas si éloigné de celui d’une berline familiale du segment D, telle une Peugeot 508 (4,75 m). En tout cas, le gabarit de la Ioniq 5 est bien loin de celui d’une Volkswagen ID.3 (4,26 m) qui elle est l’archétype de la berline compacte du segment C.
D’ailleurs, la Ioniq 5 n’a pas uniquement calqué sa longueur sur celle de la Tesla Model 3. Ses prix, compris entre 43 600 et 59 900 €, la puissance de sa motorisation la plus véloce – on en reparle plus bas – placent clairement la coréenne à la portée de l'américaine. Hyundai ne s’en cache pas, la Ioniq 5 fera une carrière mondiale et sera très attendue aux États-Unis où la marque est bien implantée. En résumé, si la Hyundai Ioniq 5 peut être qualifiée de berline compacte, c'est bien au pays de l'oncle Sam !

À LIRE. Prix Hyundai Ioniq 5 (2021). Gamme et équipements du SUV électrique

 

Cachez ce SUV que je ne saurais voir

Les arches de roues rapportées de la Hyundai Ioniq 5 semblent avoir été "décorées" à coup de disqueuse.

Lorsque que l’on détaille la robe de la Hyundai Ioniq 5, il se dégage un subtil parfum des années 1980. La marque évoque l’inspiration de la Hyundai Pony, on pourra voir aussi à l’arrière une évocation – en plus imposant bien sûr – de la Chrysler/Simca/Talbot Horizon. Sans oublier les pixels qui composent la signature lumineuse à l’arrière, symbolisant les prémices de l’informatique datant également de cette décennie dont les codes reviennent aujourd'hui à la mode.

Le bandeau arrière de la Hyundai Ioniq 5 fait la part belle aux pixels.

On peut aussi parler de la référence aux origamis avec de nombreux plis gommant habillement les porte-à-faux de l’auto. Mais au-delà de ce mélange singulier, une seconde lecture fait ressortir un discret accastillage façon SUV compilant d'étranges arches de roues qui semblent avoir été “décorées” par des coups de disqueuse et des bas de caisse comme des bas de bouclier rapportés qui rangent la Ioniq 5 dans le camp des crossovers. L’harmonie de gris, propre à la finition huppée Executive que vous avez sous les yeux, laisse place à des soubassements noirs sur l’entrée de gamme Intuitive comme sur le cœur de gamme Creative. Ces dernières seront donc nettement plus typées.

Skoda Enyaq.
Ford Mustang Mach-E

Quoiqu'il en soit, ce look pluriel permettra à la Ioniq 5 d’aller chercher la clientèle des nouveaux SUV électriques tels les Volkswagen ID.4, Skoda Enyaq ou encore le Ford Mustang Mach-E. Et pourquoi pas le crossover Nissan Ariya ? Les concurrents ne manqueront pas.

À LIRE. Essai Volkswagen ID4. Quelle autonomie réelle pour le SUV électrique ?


Un habitacle king size

Une dalle numérique de 12,3 pouces de diagonale devant le conducteur et un écran tactile de même taille au centre de la planche de bord composent l'univers digital de la Hyundai Ioniq 5.

À bord de la Hyundai Ioniq 5, l’ambiance est épurée afin de mettre en valeur les écrans. Dès l’entrée de gamme, on trouve une instrumentation sur une dalle de 12,3 pouces et dans la continuité un écran tactile de même taille. Un agencement comparable à celui de certaines Mercedes mais avec ici une clarté valorisante. Juste en dessous, bien à portée de main, l’interface de climatisation et une réglette de commandes parachèvent la planche de bord. Ce qui frappe une fois installé, c’est une largeur de caisse inhabituelle sur un modèle européen. Vient ensuite un agencement comparable à celui d’un monospace par l’absence de console centrale au pied du tableau de bord. Un élément intégrant un accoudoir, des porte-gobelets et des prises USB coulissent manuellement entre les sièges avant. En le dégageant vers l’arrière vous passerez ainsi aisément du fauteuil conducteur à celui du passager et pourrez, au besoin, sortir de l’auto par le côté droit. Pratique lorsque l'on est garé sur une étroite place de parking.

Conduire ou se reposer, le fauteuil du conducteur de...
... la Hyundai Ioniq 5 ne vous impose pas de choisir.

À moins qu'en attendant que le propriétaire de l'auto stationné sur votre gauche ne vous libère le champ, vous ne préfériez attendre confortablement lové dans un fauteuil à fonction relax. Les mollets sont parfaitement soutenus par un coussin escamotable comme à bord d’un Citroën C4 Picasso. Mais la berline électrique coréenne n’est pas aussi sectaire que le monospace tricolore, généreuse, elle l’offre aussi bien au conducteur qu'à son passager. Pas de jaloux au moment de faire la sieste.
 

Des places arrière dignes d'un monospace

Accessible et spacieuse, la Hyundai Ioniq 5 prend ici ses galons de berline familiale.

Aux places arrière, l’accessibilité est optimale au moyen des longues portières et d’un pavillon horizontal. Trois adultes seront à leur aise. Le plancher plat et la console entre les sièges avant pouvant s’avancer ne pénaliseront pas, bien au contraire, l'occupant de la place centrale. La banquette coulisse électriquement via des commandes judicieusement implantées sur le flanc du siège avant passager.

Ces commandes avancent et replient le siège avant et font aussi coulisser électriquement la banquette arrière.

La commande idéale pour les VTC et les chauffeurs de taxi bien souvent encombrés par le siège passager. Et pour finaliser cet agencement qui n’a rien à envier à celui d’un monospace, les dossiers sont inclinables et les vitres latérales sont dotées de stores à enrouleur. Il ne manquent à l'appel que des tablettes de type aviation au dos des sièges avant. Mais est-ce utile ?

 

Un coffre qui voit grand

La capacité du coffre de la Hyundai Ioniq 5 est comprise entre 527 et 1 587 litres. Hormis la Skoda Superb, la plupart des berlines familiales situées sur le segment supérieur, n'offrent pas davantage.

Décidément à bien des égards davantage familiale que compacte, la Hyundai Ioniq 5 dispose d’un volume de coffre à l’avenant. La capacité de sa soute accueille 527 litres en configuration à 5 places sous le cache bagage à enrouleur et atteint 1 587 litres lorsque les dossiers sont rabattus et forment un plancher parfaitement plat. Nul besoin alors de recourir au petit coffre dissimulé sous le capot avant, dont la contenance est de 57 litres pour les versions propulsions et se trouve réduit à 24 litres pour la Ioniq 5 le haut de gamme qui  dispose d’un second moteur à l’avant.
 

Une future Ioniq 5 N de 600 ch ?

Sous le capot avant un petit coffre additionnel prend place.

La Hyundai Ioniq 5 est bâtie sur la plateforme technique E-GMP qu’elle partage avec sa cousine la Kia EV6. Les batteries d’une capacité de
58 ou de 73 kWh sont logées dans le plancher
. Elles alimentent un électromoteur positionné à l’arrière qui offre une architecture propulsion aux versions de 170 et 218 ch. Au sommet de la gamme, une variante de 306 ch est quant à elle bimoteur au moyen d'une machine électrique ajoutée à l’avant qui lui offre une transmission intégrale. La plus puissante des Ioniq 5 peut alors affronter sans complexe l’entrée de gamme de la Tesla Model 3 qui totalise une cavalerie strictement identique. Mais dans le futur, la Ioniq 5 pourrait viser nettement plus haut en reprenant à son compte la motorisation de 584 ch de la Kia EV6. De quoi laisser sur le bord de la route la Model 3 de 489 ch.

Une Hyundai Ioniq 5 N est parfaitement envisageable

En attendant le renfort d’une éventuelle déclinaison sport, selon les versions, la gamme Hyundai Ioniq 5 bénéficie d’une autonomie comprise entre 384 et 481 km. Et pas de stress au moment de faire le plein, la technologie 800V, comme celle d’une Porsche Taycan permet de remplir de quoi parcourir 100 km en 5 minutes. Tandis que 18 minutes suffisent pour charger de 10 à 80 % de la capacité de l’accumulateur.

À LIRE. Kia EV6 (2021). À bord du crossover 100 % électrique
 

Bilan Hyundai Ioniq 5

La ligne en coin de la Hyundai Ioniq 5 évoque celle de la Talbot Horizon.

Cette première rencontre statique avec la Hyundai Ioniq 5 nous a fait bonne impression. Son style original qui évoquera à sa clientèle les années 1980, c'est à dire son enfance, est vraiment pertinent. Ses prestations familiales et sa présentation valorisante seront aussi appréciées. Il restera à jauger son comportement routier lors des premiers essais routiers de la Hyudai Ioniq 5 qui auront lieu fin juin. Mais d’ici là, surtout ne l'assimilez pas à une berline compacte traditionnelle. Comme la plupart des véhicules électriques, elle ouvre une nouvelle voie, celle des crossovers qui n'hésitent pas à casser les codes et mélanger les genres pour ratisser le plus largement possible. Hyundai n’a pas eu la folie des grandeurs, la marque a simplement adapté la taille son auto aux besoins d’une clientèle mondiale.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Clinmiro Le 13/05/2021 - 11:35
Beaucoup d'affirmations qui méritent d'abord d'être vérifiées dans les faits... comme par exemple de laisser la TM3 sur le bord de la route... les chevaux ne sont pas le seul élément de performance d'un véhicule... Pour la recharge en 18' de 10 à 80 % je demande aussi à voir, encore faut-il trouver une borne Ionity en état de délivrer cette vitesse de chargement. Sur le fond, mis de côté l'enthousiasme du rédacteur, cette voiture est effectivement très intéressante, Hyundai sait faire de bonnes voitures il l'a prouvé avec la Ioniq electrique actuelle à l'efficience hors du commun. Vivement des tests en réels.
Voir tous les commentaires (1)