Indemnités kilométriques. Une majoration de 20 % pour les électriques

voir les photos
barème indemnités kilomètriques
Le barème des indemnités kilométriques devient plus avantageux pour les véhicules électriques.

Le barème des indemnités kilométriques pour l'année 2021 est paru au Journal Officiel. Les montants restent identiques à ceux de 2020, à l'exception des frais de déplacement pour les véhicules électriques qui sont majorés de 20 %. Une nouvelle incitation du gouvernement pour se convertir.

Le barème des indemnités kilométriques pour l’année 2021 a été publié au Journal Officiel. Le gouvernement n’a appliqué aucun changement tarifaire pour les deux-roues (scooter et motos) ainsi que les véhicules thermiques. Cette indemnité kilométrique déductible des revenus dépend de deux facteurs : la distance parcourue et la puissance du moteur du véhicule.
 

Des montants plus incitatifs pour les voitures électriques

En revanche la nouveauté, applicable dès votre déclaration de revenus au printemps, vient du fait que le gouvernement fait désormais le distinguo entre les voitures thermiques (hybrides et hybrides rechargeables inclus) et celles 100 % électriques. Concrètement, cela se traduit par une majoration de 20 % des montants des frais de déplacement pour les VE. Cette annonce, qui s’applique dans le cas où le contribuable opte pour la déduction aux frais réels (et non l’abattement automatique de 10 %), faisait partie des propositions de la Convention citoyenne pour le climat (CCC).

montant indemnités kilométriques
Le montants des indemnités pour les VE sont majorés de 20 %.


Barème kilométrique applicable aux voitures électriques (2021)

Puissance administrative
(en CV)
Distance jusqu’à 5 000 km Distance de 5 001 km à 20 000 km Distance > à 20 000 km
3 CV et moins d x 0,547 (d x 0,328) + 1 098 d x 0,382
4 CV d x 0,628 (d x 0,353) + 1 376 d x 0,422
5 CV d x 0,658 (d x 0,370) + 1 440 d x 0,442
6 CV d x 0,689 (d x 0,388) + 1 507 d x 0,463
7 CV et plus d x 0,721 (d x 0,408) + 1 561 d x 0,486

d = distance parcourue

Ainsi, pour 10 000 kilomètres parcourus en 2020 avec une Peugeot e-208 ou une Renault Zoé de 4 CV,  un conducteur pourra déduire 4 906 euros de ses revenus, au lieu de 4 316 pour une Clio de même puissance fiscale.

À LIRE. Voiture électrique. Le cap des 30 000 points de recharge dépassé
 

Barème kilométrique applicable aux voitures thermiques (2021)

Puissance administrative Distance jusqu’à 5 000 km Distance de 5 001 km à 20 000 km Distance > à 20 000 km
3 CV et moins d x 0,456 (d x 0,273) + 1 098 d x 0,318
4 CV d x 0,523 (d x 0,294) + 1 376 d x 0,352
5 CV d x 0,548 (d x 0,308) + 1 440 d x 0,368
6 CV d x 0,574 (d x 0,323) + 1 507 d x 0,386
7 CV et plus d x 0,601 (d x 0,34) + 1 561 d x 0,405

d = distance parcourue
 

Barème kilométrique applicable aux motos (2021)

Puissance administrative Distance jusqu’à 3 000 km Distance de 3 001 km à 6 000 km Distance > à 6 000 km
1 ou 2 CV d x 0,341 (d x 0,085) + 768 d x 0,382
3, 4, 5 CV d x 0,404 (d x 0,071) +  999 d x 0,237
Plus de 5 CV d x 0,523 (d x 0,068) + 1 365 d x 0,295

d = distance parcourue

Barème kilométrique applicable aux scooters (2021)

Distance jusqu’à
3 000 km
Distance de 3 001 km
à 6 000 km
Au-delà de
6 000 km
d * 0,272 (d * 0,064) + 416 d * 0,147

d = distance parcourue

Partager cet article
Commentaires
Voir tous les commentaires (6)
ChristophedeN

@VotrePseudo Oui, oui je vous confirme "une voiture coûte cher (amortissement, entretien, carburant, péage, ...) et d'autant plus qu'on roule...". Et donc est-il bien pertinent de s'éloigner de son travail pour accéder à un logement moins cher mais avoir plus de frais de déplacement mais aussi plus de fatigue et plus de stress ? En ce sens, je confirme que cette disposition engendre de la pollution et des émissions de GES. Si on suit une logique de la fiscalité en fonction de l’efficacité énergétique et du principe pollueur payeur, on devrait donc donner des crédits d’impôts à ceux qui vont au travail à pied, en vélo ou en TC. Cela permettrait de compenser le surcoût des logements en ville. A contrario les voitures polluant quelque soit la motorisation et présentant une faible efficacité énergétique par rapport aux modes cités avant, leurs utilisateurs (pour le même type de déplacements) devraient payer une taxe (avec évidemment des exemptions justifiées). Cette taxe devrait être redirigée vers les TC pour les développer. @bfg49 Vous décrivez bien le cercle vicieux engendré par cette mesure, on encourage les gens à dépendre de la voiture, à s'éloigner de plus en plus de leur travail, ce qui nécessite un véhicule de plus en plus confortable, donc de plus en plus lourd donc de plus en plus polluant et émetteur de CO2.

bfg49

Sauf qui si vous devez faire 50 ou 60 km/jour sur autoroute ou route nationale pour aller au boulot, avec un véhicule 3CV, bonne chance ! 7CV aujourd'hui, c'est un véhicule d'à peine 140 CV. Vu le poids en hausse de nos voitures, c'est tout juste suffisant pour quelqu'un qui roule beaucoup. Ce qu'il faudrait pour diminuer le CO2, c'est aussi taxer les avions, les bateaux, les industriels mais, eux, si on les taxe, ils se révoltent alors que l'automobiliste est un mouton qui se fait tondre à longueur d'année et qui ne dit rien.

VotrePseudo

Aux deux commentateurs ci-dessous: cette indemnité kilométrique n'est pas "cadeau", une voiture coûte cher (amortissement, entretien, carburant, péage, ...) et d'autant plus qu'on roule...

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
306 444 voitures
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !