Insolite. Il met à jour un cimetière de F1 et s’attaque à leur restauration
habillage
banniere_haut

Insolite. Il met à jour un cimetière de F1 et s’attaque à leur restauration

Les histoires de voitures abandonnées ont généralement la cote ! Celle que nous allons vous raconter met en scène des "F1". Fred Cars 38 a découvert un incroyable cimetière de monoplaces comptant près de 10 modèles. Ce passionné de sport automobile veut les racheter pour les restaurer. 

Publié le Mis à jour le

Fred Cars 38 vend des pièces la journée et restaure des monoplaces à ses heures perdues.

Fred Cars 38

Sorties de grange, voitures abandonnées… Les histoires autour de véhicules délaissés pendant des dizaines d’années par leurs propriétaires ne manquent pas. Dernièrement, c’est un cimetière de Formule 1 qui a été mis à jour par Fred Cars 38. La vidéo, qu’il a partagée sur ses différents réseaux sociaux, n’a laissé aucun internaute de marbre. La curiosité de la rédaction de L’argus a aussi été piquée au vif. Nous avons donc contacté l’influenceur pour en savoir plus...

Une enquête minutieuse pour les localiser  

Media Image
Image

La monoplace a quitté le jardin où elle était stockée pour se refaire une beauté.

Fred Cars 38

« Je suis passionné de Formule 1 » explique Fred. « Il y a quelques années, j’ai vu une publication présentant un cimetière de monoplaces. J’avais alors confié à mes amis que mon rêve serait d’en posséder une ». Un jour, l’un d’eux lui a glissé à l’oreille qu’un collectionneur disposait de monoplaces et que celles-ci étaient à l'abandon. « Je ne savais pas où était caché ce trésor », confie-t-il, « il s’agissait peut-être d’une légende d’ailleurs ». « J’ai vraiment ameuté beaucoup, beaucoup de monde pour parvenir à les localiser ». Finalement, il explique être parvenu à identifier une zone après une minutieuse enquête. « J’ai ensuite tourné toute une journée dans le secteur pour les trouver ». 

Des monoplaces stationnées depuis au moins 20 ans

A son arrivée sur les lieux, il aperçoit plusieurs monoplaces stockées sur des remorques. Le temps a fait son œuvre : « cela devait faire 20 - 30 ans qu’elles n’avaient pas bougé » estime-t-il. Les modèles sont en piteux état. Elles sont recouvertes de lichen, à moitié rouillées ou désossées. « J’ai essayé de parler directement avec le collectionneur, mais il ne voulait rien entendre et a même cherché à me chasser ». C’est en discutant avec le fils du propriétaire, à qui il expose son projet de restauration, qu’il parvient à convaincre la famille de lui vendre une première voiture. « J’ai quand même mis deux ans à passer le seuil du portail. On peut dire que j’ai été patient » confie-t-il aujourd’hui avec amusement. La première voiture qu’il achète, à un prix tenu secret, n’a pas de pedigree. « C’est une vieille carcasse » nous dit-il. « Il y avait un morceau de châssis à droite, une coque à gauche, des roues ailleurs. C’était un puzzle géant ! » Qu’à cela ne tienne. Fred Cars 38 s'attèle, à corps perdu et à ses heures perdues, dans la restauration de la voiture à qui il offre une seconde jeunesse et un V8 de Corvette ! La monoplace sur ses roues, il s’empresse de partager son travail sur les réseaux sociaux. Il se crée alors une communauté de curieux et de passionnés pour qui il réalise des défis insolites. 

Media Image
Image

Fred Cars 38 fait suivre les étapes de restauration de ses voitures sur les réseaux sociaux.

Fred Cars 38

Ferrari, Benetton, Lotus… 

Dans le même temps, il décide de retourner chez le collectionneur afin de montrer le travail réalisé au père et au fils, tout cela dans le but de les convaincre de continuer la « collaboration ». « Quand ils ont vu ce j’avais réussi à faire, ils ont souri, ça m’a ouvert la porte ». Fred, qui peut désormais approcher les véhicules, réalise des vidéos mettant en lumière ce qui s'apparente à une Ligier JS29, une Benetton B195 (la même que Michael Schumacher) ou encore une Lotus JPS 97T proche de celle qu’Ayrton Senna aurait pilotée pendant les essais de pré-saison à Donington en 1986… Dans le fond, il tombe en arrêt devant une monoplace badgée Ferrari arborant le n°27. Sa peinture et ses autocollants (dont son n°27) sont passés, mais elle ressemble à la 189/640 pilotée par Nigel Mansell durant la saison 1989. « On s’est mis d’accord il y a 8 mois pour que je l’achète » explique Fred, mais « je n’ai pas pu repartir avec dans la foulée ». Le propriétaire l’a fait patienter 8 mois avant de pouvoir la récupérer ! A 36 ans, notre vendeur de pièces (son activité officielle) est comme un gamin. « Mon plaisir, c’est de leur redonner vie. La restauration, c’est ma passion » confie-t-il. ​​​

Raconter la restauration de A à Z en vidéo

Fred va raconter sur ses réseaux sociaux l’histoire de la restauration de cette monoplace nouvellement achetée « jusqu’à ce qu’elle roule » dit-il. « Beaucoup de jeunes s’intéressent à mon projet et se passionnent pour les F1 d’époque » , explique-t-il. « Les internautes me laissent des commentaires, ils m’apprennent des choses ». Certains veulent même participer à la reconstruction et me proposent leur aide. « Un carrossier va repeindre intégralement la coque, quelqu’un s’est proposé de refaire le volant, un autre m’a offert des roues… » A ce rythme, et avec cet engouement, il estime que son bolide sera sur roues dans 4 mois. « Je suis pressé de rouler avec » conclut-il, lui qui a déjà l’intention de racheter une autre monoplace dans le lot. Laquelle ? On vous laisse le découvrir en le suivant sur les réseaux sociaux.

Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Louna38490 Le 04/11/2022 - 10:02
Qu’elle vérifie ou pas l’article en lui même est parfait. Et la trouvaille est magnifique. Permettez vous de critiquer quand vous aurez mieux. Bonne continuation !
Moi73 Le 02/11/2022 - 21:10
Vous croyez réellement à ce que vous avez écrit ?? Vous êtes allez vérifier sur place qu’il s’agissait de véritables F1 et non de pâles copies ??
Voir tous les commentaires (2)