Intempéries. Comment se faire rembourser les dégâts sur sa voiture ?

voir les photos
chute d'arbre sur voiture
Chutes d'arbres, grêle, inondations..., les intempéries peuvent causer de gros dégâts aux voitures, jusqu'à les rendre hors d'usage.

Tempête, grêle, inondation, voire tornades par endroits..., les intempéries des derniers jours ont fait de nombreux dégâts, sans épargner les voitures. Heureusement, dans certains cas vous pourrez être indemnisé par votre assurance. Suivez le mode d'emploi.

Les habitations ne sont pas les seules à avoir souffert des récents épisodes orageux. Nombre de voitures ont également été maltraitées par les intempéries, et certaines d'entre elles ne pourront plus jamais reprendre la route. Pour les personnes touchées par ce type de catastrophe, le premier réflexe est évidemment de contacter l'assureur. Mais, en fonction de votre contrat, vous ne pourrez pas toujours espérer la même chose.

À LIRE. Assurance auto : vers une baisse du coût des cotisations ?
 

Le tiers simple ne donne droit à rien

dégâts voiture grêle
La garantie bris de glace peut vous aider si la grêle a endommagé votre pare-brise, voire vos optiques dans certains cas, mais elle n'est évidemment d'aucune utilité si votre capot a été maltraité.

Si vous êtes seulement au tiers simple, « il ne vous reste malheureusement plus que vos yeux pour pleurer, même si la zone est classée en état de catastrophe naturelle » prévient Olivier Moustacakis, cofondateur du comparateur assurland.com. Pour espérer une indemnisation partielle, il vous faudra au minimum avoir souscrit une garantie bris de glace, surtout utile en cas de grêle ou de chute de branches. Dans ce cas, toutefois, relisez bien votre contrat : si le pare-brise est systématiquement pris en charge, ce n'est pas toujours le cas des optiques, plus onéreuses, ou d'un toit vitré par exemple.

Arrêté nécessaire pour l'assurance catastrophes naturelles

inondation voiture
L'inondation est l'un des phénomènes météo les plus dévastateurs, mais elle est bien souvent suivie d'un arrêté de catastrophe naturelle.

L'assurance catastrophes naturelles est, elle, incluse dès lors que vous cochez les cases vol-incendie. Attention : pour qu'elle fasse effet, encore faut-il qu'un arrêté interministériel de catastrophe naturelle ait été adopté et publié au préalable par le Gouvernement. Vous devrez également vous préparer à une franchise, qui est fixée légalement à 380 €. Enfin, il existe aussi dans les formules à partir du Tiers Plus une garantie « tempêtes et événements climatiques », qui peut en théorie couvrir un spectre plus large de phénomènes météorologiques.

« L'assureur peut contacter la station météo pour vérifier la vitesse du vent, qui doit en général être supérieure à 100 km/h pour donner droit à une indemnisation »,  précise Olivier Moustacakis. Il avertit aussi que « le remboursement peut être réduit si l'assureur estime que vous avez manqué de prudence ».

Hormis en cas de force majeure, mieux vaut donc limiter vos déplacements dès lors que vous êtes dans un département placé en vigilance météorologique.
 

Des démarches assez classiques à suivre

expertise assurance
Tant que les dégâts n'ont pas été expertisés, il est vivement conseillé d'éviter de déplacer votre véhicule.

En revanche, les démarches pour être indemnisé restent presque les mêmes que pour un accident « classique ». Seul le délai pour déclarer le sinistre est porté de 5 à 10 jours en cas d'arrêté de catastrophe naturelle. Olivier Moustacakis conseille aussi vivement de prendre des photos des dégâts et d'éviter de déplacer le véhicule tant que l'expert n'est pas passé. Dans bien des cas, même si votre véhicule démarre encore, en reprendre le volant pourrait de toute façon se révéler dangereux.

À LIRE. Assurance auto : qui paye le moins cher et où ?

Partager cet article
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Annonces auto
402 409 voitures
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !