Vous êtes ici :

Ionity : un réseau de charge ultrarapide pour l'Europe

voir les photos
Réseau charge ultrarapide Ionity
Le consortium Ionity pour mettre en place des bornes de recharges rapides est piloté par les groupes Daimler, Volkswagen, BMW et Ford.

Plus encore que l'autonomie, la vitesse de charge est aujourd'hui le principal point faible du véhicule électrique. Pour y remédier le consortium Ionity met en place un réseau de recharge ultrarapide sur les grands axes européens.

Pour aller loin, le véhicule électrique doit : soit posséder une grosse batterie, soit être capable de recharger rapidement. Les derniers modèles commercialisés ont déjà vu leurs capacités de batterie augmenter de façon spectaculaire. Ainsi, un Hyundai Kona Electric ou un Kia e-Nero disposent aujourd’hui de 64 kWh, soit 3,2 fois plus que la première Renault Zoé, lancée en 2013. Cela leur permet de parcourir 400 km dans des conditions de roulage normal. Mais ce n’est pas suffisant pour partir en vacances. Certaines Tesla font mieux, mais à un tarif élitiste.

Réseau charge ultrarapide Ionity
Le réseau Ionity est destiné à soutenir l'essor des voitures électriques en Europe.

Le bon compromis consiste donc à offrir une autonomie suffisante pour les usages du quotidien et une aptitude à faire « le plein » en un minimum de temps. Dans ce domaine, les Tesla sont capables de recharger sur des bornes spécifiques (les superchargers) à une puissance de 120 kW. On récupère ainsi environ 150 km d’autonomie en 15 minutes. Mais ce n’est toujours pas suffisant pour qu’un véhicule électrique puisse un jour remplacer un véhicule thermique. C’est pour cette raison que le groupe Volkswagen, Daimler, BMW Group et Ford Motor Company ont créé le joint-venture Ionity.

 

Le « plein » en 15 minutes !

Réseau charge ultrarapide Ionity
Sur le réseau Ionity, le nouveau Mercedes EQC se recharge à 80 % (puissance 110 kW) en 40 minutes

Toutes les études démontrent que, dans un avenir proche, pour les longs trajets en véhicule électrique, 25 % des recharges se feront dans des stations ultrarapides publiques. Par ultrarapide on entend une puissance supérieure ou égale à 125 kW. À 150 kW, la nouvelle Audi e-Tron électrique récupère par exemple 10 km d’autonomie chaque minute. Un plein à 80 % peut donc s’effectuer en 30 minutes.

La Porsche Taycan pourra parcourir 250 km sur autoroute après un quart d’heure de pause

Mais Ionity va encore plus loin avec des bornes capables de délivrer 350 kW sous une tension allant de 200 V à 920 V en courant continu. Dit autrement, 6 minutes suffisent à charger une batterie de 100 kWh à 45 % et 15 minutes pour faire un « plein » à 80 %.

Le standard de charge de Ionity est le Combo 2 CSS, désormais choisi pour l’Europe par tous les constructeurs (sauf Nissan !). Le raccordement au réseau se fait en moyenne tension (15 000 V à 30 000 V) mais le consortium imagine aussi de produire de l’énergie renouvelable localement (solaire, éolien…) et d’utiliser des batteries comme stockage tampon. Cette approche résout le principal problème des systèmes de charge rapide : la disponibilité du courant sur le réseau, qu’il s’agisse de dimensionnement du raccordement ou de l’appel de puissance lors des pics de consommation.

 

400 stations en Europe

Réseau charge ultrarapide Ionity

Fin 2019, le réseau Ionity disposera de 400 stations, équitablement réparties sur les grands axes européens. Aujourd’hui, la France, l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la Norvège, l’Espagne, le Portugal et l’Italie commencent à être équipés.

En France, à terme, 80 stations-services seront implantées sur les autoroutes. Les deux premières ont ouvert à l’automne 2018. Elles se trouvent sur les aires Porte d’Anger Sud (A11) et Tours la Longue Vue (A10). Gratuites au tout début, elles sont désormais payantes mais le prix de la charge est forfaitaire : 8 euros. C’est très intéressant si l’on possède un véhicule capable de faire de la charge ultra rapide comme le Hyundai Kona Electric ou le Kia e-Niro (charge possible jusqu’à une puissance de 77 kW). Le coût du kilowattheure est alors inférieur à 0,18 € (coût moyen du kWh en France : 0,15 €). Le paiement se fait sans abonnement via une application sur Smartphone ou un badge RFID fourni par certains opérateurs comme le Chargemap pass en France.

Réseau charge ultrarapide Ionity
Sur Ionity on peut payer avec un simple smartphone sans abonnement préalable à condition d'avoir chargé l'application

 

Partager cet article
Mots clés
Commentaires
1noel2

Il existe en France assez de stations-services de carburant liquide (essence et gasoil) permettant de circuler partout sans risque de tomber en panne séche Le développement de véhicules électriques imposera de juxtaposer à ces stations un nombre au moins équivalent de bornes de recharge des batteries. Et même plus si l'on tient compte d' une plus faible autonomie et d' un temps de recharge plus important Et si pour satisfaire différends lobbys, à ces deux énergies se rajoutent l'HYDRGENE, le GPL, le GNV, le METHANE et autres BIO-GAZ, les stations seront pour le moins encombrées. Qui va financer  quoi ? Comment vont s' établir les taxes sur ces carburants variés , taxes  indispensables au budget de la nation? Le MIX si cher aux écologistes ne va pas être simple et les moteurs «  à pétrole » ont encore de belles années devant eux, !!!

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
143 293 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !