ITT présente son ABS pour tous
habillage
banniere_haut

ITT présente son ABS pour tous

Annoncé durant le Salon de Francfort en 1997, l'ABS pour les petites voitures est une réalité avec l'arrivée des premiers prototypes. Efficacité, légèreté et compacité sont au rendez-vous... au prix d'un comportement déroutant de la pédale de frein.

Par Stéphane Guilbaud
Publié le

Les petites voitures tardent à adopter l'ABS. Pour des raisons de prix, de place et de poids, l'antiblocage de roues est encore un luxe que ne peuvent se payer que quelques rares possesseurs de Polo, Twingo ou 106. Mais cela pourrait changer avec l'arrivée sur le marché, au second semestre de 2001, d'un ABS « économique » destiné aux petites voitures. Cet équipement, c'est l'ABS Compact mis au point par ITT Automotive, un système d'antiblocage de roues sans pompe, donc sans moteur électrique, et sans accumulateur de pression.

Cette simplification permet de faire baisser le prix de vente, le poids et le nombre de pièces. On estime ainsi qu'un ABS Compact coûtera 50 % moins cher qu'un ABS conventionnel. Le poids sera de seulement 1,7 kg contre environ 3 kg pour un ABS actuel.

Ces deux atouts importants pour un petit véhicule cachent un comportement très différent d'un ABS normal. L'antiblocage de roues Compact d'ITT est en effet un système hydraulique ouvert. Cela signifie que la pression dans le circuit n'est pas maintenue en permanence comme dans un circuit fermé. Pour le conducteur, cette différence se traduit par une pédale de frein qui s'enfonce progressivement lorsque l'ABS entre en fonction. Dans le cas où les détecteurs (roues phoniques ou roulements instrumentés) placés derrière les roues détectent un blocage, le système entre en fonction comme un ABS conventionnel en relâchant la pression de freinage sur les roues qui bloquent. Mais pendant toute la durée du freinage la pédale va progressivement s'enfoncer jusqu'à une position prédéfinie (20 % de la course). Une fois cette position atteinte, le contrôleur électronique coupe la fonction ABS et la voiture retrouve un système de freinage normal, donc avec possibilité de bloquer les roues. Lorsque le pied est relâché de la pédale de frein, la recharge du circuit se fait en une seconde et demie à deux secondes.

Cette pédale qui s'enfonce progressivement représente le principal frein (si l'on peut dire) au développement de l'ABS Compact. De l'avis même d'ITT, les constructeurs attendent, avant de s'engager dans cette voie, de savoir quelle pourrait être la réaction de leur clientèle face à ce comportement inhabituel. Certes, ITT affirme que l'efficacité de l'ABS Compact est telle que, en conditions normales - voiture de moins de 1 500 kg en charge et d'une vitesse maximale inférieure à 160 km/h -, il ne pourra être mis en défaut. Les premiers essais que nous avons pu réaliser sur circuit, sur piste sèche ou mouillée, avec des Peugeot 106 et Volkswagen Polo ont effectivement démontré que l'on pouvait difficilement arriver à la limite de décrochage de l'ABS. Mais qu'en sera-t-il sur route verglacée ou lors d'un freinage particulièrement appuyé survenant à des vitesses non autorisées par la loi ?

On aurait cependant tort de vouloir à tout prix comparer l'ABS Compact à un ABS classique. Destiné à équiper des voitures qui sans lui seraient restées avec un freinage conventionnel, la solution d'ITT apporte une amélioration en termes de sécurité. Reste cette sensation bizarre, lors de l'enfoncement de la pédale, que quelque chose ne tourne pas rond. On s'y habituera sans doute... si les constructeurs suivent ITT dans sa conception de l'ABS pour tous.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours