Vous êtes ici :

Justice : le groupe japonais Takata et ses airbags sous pression !

voir les photos
Une action de groupe et une enquête criminelle pourraient être ouvertes aux Etats-Unis contreTakata. Il est reproché à l'équipementier d'avoir garder le silence sur ses problèmes d'airbags défectueux.
Une action de groupe et une enquête criminelle pourraient être ouvertes aux Etats-Unis contreTakata. Il est reproché à l'équipementier d'avoir garder le silence sur ses problèmes d'airbags défectueux.

Le fabricant d'airbags, Takata, est au centre d'une affaire de rappel massif au niveau mondial. Certains de ses airbags seraient à l'origine de plusieurs accidents dont certains mortels. Aux Etats-Unis, une action de groupe et une enquête criminelle pourraient être ouvertes.

La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), l’administration américaine en charge de la sécurité des transports, a recensé courant octobre 2014 deux campagnes de rappels, soit 7,8 millions de véhicules (BMW, Chrysler, Ford, General Motors, Honda, Mazda, Mitsubishi, Nissan, Subaru et Toyota) équipés d’airbags Takata.

Depuis cinq ans, ce sont près de dix millions de véhicules embarquant des airbags de cette marque, qui ont été rappelés à travers le monde.

A lire Airbags défectueux : vaste rappel chez BMW, Honda, Nissan et Toyota


Cartouche explosive

Les équipements incriminés, produits entre 2000 et 2007, montreraient un dysfonctionnement de la capsule de gaz déclenchant le sac gonflable, côté passager, en cas d’accident.

Lors de leur mise en œuvre, ces cartouches en métal sont susceptibles d’exploser en projetant des éclats de ferraille dans l’habitacle. Ils ont été mis en cause dans quatre accidents mortels et auraient faits des dizaines de blessés.

A lire Honda rappelle 852 000 véhicules pour airbag défectueux


Première action de groupe contre Takata

Takata se retrouve de fait, sous la menace d’une action de groupe fédérale aux Etats-Unis, suite à de nombreuses poursuites engagées par des automobilistes devant un tribunal de Floride.

Ils reprochent à  l’équipementier, ainsi qu’aux constructeurs automobiles incriminés, de les avoir trompés en omettant de communiquer sur ces problèmes d’airbags.

A lire Rappels constructeurs : les plus grosses campagnes en 2014


Ouverture probable d’une enquête criminelle

De plus, dans son édition du 7 novembre 2014, le New York Times révèle que l’équipementier avait ouvert dès 2004 une enquête interne sur ces défaillances.

Selon le quotidien, Takata n’aurait pas alerté la NHTSA du danger potentiel, mais ses dirigeants auraient négligé les résultats et
« ordonné aux techniciens d’effacer les résultats de leurs ordinateurs et de faire disparaître les capsules défectueuses ».

Des révélations, qui ont poussées deux sénateurs américains à exiger l’ouverture d’une enquête criminelle à l’encontre de la firme japonaise.

A lire Rappel de 3,4 millions de véhicules japonais dans le monde



Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de BMW
Recevez par e-mail toutes les infos de Chrysler
Recevez par e-mail toutes les infos de General Motors
Recevez par e-mail toutes les infos de Honda
Recevez par e-mail toutes les infos de Mazda
Recevez par e-mail toutes les infos de Mitsubishi
Recevez par e-mail toutes les infos de Nissan
Recevez par e-mail toutes les infos de Subaru
Recevez par e-mail toutes les infos de Toyota