La Citroën DS5 BlueHDi 180 à l'essai (modèle 2014) Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

La Citroën DS5 BlueHDi 180 à l'essai (modèle 2014)

Une DS5 confortable ? C'est possible depuis l'adoption de nouveaux amortisseurs sur tous les modèles. La gamme en profite pour évoluer avec les diesels BlueHDi. Essai de la nouvelle version 180 ch en finition Sport Chic au prix de 41 650 €.

Par Bertrand Bellois, Photos T. Antoine / Ace-Team, ACE - Team
Publié le Mis à jour le

Commercialisée depuis 2011, la DS5 représente le haut de gamme de Citroën. Elle se distingue par son style particulier.

T.Antoine/ACE-Team

Citroën DS5 2.0 BlueHDi Sport Chic
Diesel. 180 ch
Prix : 41 650 €

Commercialisée depuis 2011, la DS5 représente le haut de gamme de Citroën. Elle se distingue par son style particulier.
Commercialisée depuis 2011, la DS5 représente le haut de gamme de Citroën. Elle se distingue par son style particulier.

Mea culpa chez Citroën. Un peu plus de deux ans après le lancement de la DS5, la marque vient de développer une nouvelle définition des trains roulants de la voiture, avec l’amélioration du confort de roulement en ligne de mire.

La modification principale porte sur l’installation de nouveaux amortisseurs (sur tous les modèles entrés en production courant novembre 2013) avec un objectif bien précis : diminuer les percussions et le niveau vibratoire.

La suspension plus confortable ne nuit pas au dynamisme. Direction franche et roulis maîtrisé restent de mise à bord de la DS5 de 2014.
La suspension plus confortable ne nuit pas au dynamisme. Direction franche et roulis maîtrisé restent de mise à bord de la DS5 de 2014.


La C5 inégalée

Au volant de la nouvelle version (chaussée en pneus de 18 pouces sur notre modèle d’essai), il ne faut pas longtemps pour mesurer les progrès. L’inconfort ressenti au volant des DS5 n’est plus.
Le meilleur filtrage de la suspension permet de passer sur les irrégularités de la route avec plus de douceur et donc moins de dérangement pour les passagers. 

Le confort n’atteint pas pour autant le moelleux d’une C5, mais ce n’est de toute façon pas le propos de la DS5, qui veut rester une offre décalée au sein des familiales Citroën. Et puis la DS5 est plus dynamique et, en dépit de plus de douceur, elle conserve une bonne maîtrise des mouvements de caisse.

Des diesels moins polluants

La futuriste Citroën ne progresse pas uniquement en matière de trains roulants en ce début de 2014. Elle incorpore aussi à sa gamme deux nouveaux diesels, issus de la nouvelle famille des BlueHDi développée par PSA, laquelle intègre notamment un catalyseur SCR capable de traiter 90 % des NOx (oxydes d’azote), un gros polluant du diesel.

En entrée de  gamme, le 1.6 BlueHDi de 120 ch avec boîte manuelle est proposé à partir de 30 400 € (finition Chic), ce qui en fait une offre idéale pour les réfractaires à la boîte pilotée ETG6 imposée sur le e-Hdi 115 (30 150 € en Chic).


Notre modèle était équipé du nouveau 2.0 BlueHDi de 180 ch, dérivé de la version de 150 ch déjà connue sur le récent  C4 Picasso. Avec cette puissance confortable, la DS5 offre des performances dignes du standing qu’elle revendique pour prix minimum de 37 000 € (finition Be Chic).


L’agrément est au rendez-vous, notamment grâce à la nouvelle boîte automatique développée par le spécialiste japonais Aisin. Cette transmission à six rapports réagit toujours avec à-propos et s’adapte rapidement au rythme de conduite : elle privilégie les bas régimes en conduite douce et n’hésite pas à tirer sur les rapports à l’enfoncement rapide de l’accélérateur.


Une mécanique moins discrète

Les rétrogradages sont également bien gérés pour repartir sur un bon rythme après un freinage appuyé. Cette gestion intelligente n’empêche pas de regretter l’absence de palettes au volant, car rien ne vaut la main de l’homme pour anticiper une manœuvre (un dépassement par exemple).

Comme tout n’est pas parfait, on notera aussi une sonorité moins bien maitrisée que le HDi 163, à cause des hautes pressions d’injection. Il faut composer avec quelques claquements à froid et un bruit un peu plus rude à l’accélération, qui dénote un peu dans l’univers feutré de l’habitacle.



Avec des émissions de CO2 fixées à 118 g/km (114 avec jantes de 17), la DS5 diesel haut de gamme à boîte automatique se place à bonne distance du malus écologique français.  Sur la route, elle ne consommera pas plus que la version Hybrid4, dont la masse supérieure pénalise le dynamisme.


Plus de séduction

Voici donc une DS5 bien armée pour séduire une clientèle en recherche d’un véhicule haut de gamme et différenciant. Son gabarit court pour la catégorie (4,53 m), son architecture semi-haute (1,50 m) et son style flamboyant sont à découvrir sous un nouveau jour maintenant qu’elle est confortable.









Idem pour l’habitacle inspiré de l’aéronautique. Les commandes sont un peu dispersées et la technologie moins poussée qu’à bord du nouveau C4 Picasso (pas de connexion Internet, pas de régulateur de vitesse actif), mais l’ambiance offre un spectacle comme aucune autre voiture.

Un spectacle que la DS5 met très bien en lumière dans ses finitions hautes (Sport Chic), surtout lorsqu’elles sont habillées du pack Faubourg Addict (à partir de 800 €) comme notre modèle d’essai. Ce pack personnalise le véhicule avec raffinement : teintes spécifiques, coques de rétroviseurs gravées au laser, trame DS sur le toit en verre visible depuis l’habitacle.









Bilan. La DS5 écoute les critiques et ses clients. Six mois après son lancement, elle avait incorporé une commande d’ouverture du coffre sous le hayon (un aspect pratique écarté par les designers…). Aujourd’hui, ce n’est pas un détail qu’elle corrige, mais un défaut qui a éloigné des clients et déçu des utilisateurs. Goûter au haut de  gamme Citroën se fait maintenant sans réticence.


On aime
Le confort, enfin !
L'agrément moteur/boîte
L'ambiance intérieure
La proposition décalée dans le segment
On regrette
L'habitabilité un peu étriquée
Le diesel moins discret qu'avant
Moins de technologie que la concurrence





Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
mascaro.michel384 Le 01/08/2014 - 08:34
peut on remplacer avec cette nouvelle suspension un modele 2012
mascaro.michel384 Le 01/08/2014 - 08:33
peut on remplacer avec cette nouvelle suspension un modele 2012
un pseudo libre Le 03/02/2014 - 23:21
OK pour l'alu poli autour des aérateurs, c'est déco mais il se reflète dans la vitre et se voit dans le rétro, utilité ? Je viens de lire quelques articles : Citroën s'accroche pour améliorer cette DS5, mais ne se donne pas vraiment les moyens de satisfaire les clients. Le seul choix intérieur concerne les sièges. Après c'est toit vitré et tout l'intérieur noir, tant pis pour ceux qui auraient voulu du clair, ils sont partis ailleurs. Pareil pour la pendule rétro : si on n'aime pas, on sort. Un détail comme ça mériterait une option à trois sous, plutôt que de perdre des clients pour des détails de look.
Voir tous les commentaires (35)
Allez encore plus loin avec la CITROEN DS5

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...

Guides d’achat