La fanfaronnade de trop | L'Argus Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

La fanfaronnade de trop

Par Alexandrine Breton des Loys
Publié le Mis à jour le

Jean-Claude Debard est sans conteste un professionnel de l’automobile, reconnu de tous. Son parcours sans faille témoigne de ses qualités. Comme nous tous, il lui arrive de fanfaronner et de se laisser emporter par sa spontanéité. Bien sûr qu’il n’aurait pas dû s’exprimer ainsi à propos du ministre du Redressement productif en conférence de presse et encore moins de dire aux journalistes qu’ils pouvaient publier ses propos. C’est encore plus décevant de constater que notre profession ne fait pas la différence entre ce qui est publiable ou non. Et les rapporte in extenso le lendemain pour le seul plaisir de mettre le feu aux poudres sans distinguer le fond de la forme.
Le filière automobile est depuis de longs mois chahutée par une activité morose et les propos de Jean-Claude Debard reflètent sans doute ce que pense le réseau des déclarations (Peugeot qualifié de malade imaginaire en juillet, gratuité des voitures électriques sur l’autoroute) et décisions des représentants de l’Etat.
Mis dans une situation impossible depuis la publication des propos, Jean-Claude Debard a choisi de donner sa démission au Groupe Emil Frey. C’est avec regret que nous apprenons cette nouvelle.

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...