La féminisation du secteur automobile en marche
habillage
banniere_haut

La féminisation du secteur automobile en marche

Par Joseph Gicquel
Publié le Mis à jour le
La féminisation du secteur automobile est en vogue. Diverses initiatives en attestent. Renault a, pour sa part, mis en place un ambitieux plan d'actions pour l'améliorer.
 
Une récente étude montre que les femmes sont de plus en plus des acheteuses de voitures. Début novembre, plusieurs constructeurs et concessionnaires ont signé la charte des Elles de l'Auto pour ouvrir davantage les professions du secteur aux femmes.
 
Carlos Ghosn, président de Renault et de Nissan déclarait récemment être  « pour les quotas, pour la rupture » dans les entreprises. « La diversité est vraiment un point d’amélioration de la compétitivité. Les entreprises que je dirige ont non seulement décidé de promouvoir les femmes, mais aussi de surveiller elles-mêmes les progrès réalisés, politiques quantitatives et qualitatives à l’appui »,
 
Alix de Lafage, secrétaire exécutif de la Direction commerciale de Renault France, explique comment la marque a mis en place un vaste plan d’action pour accroître la féminisation de ses équipes.
 
Sophie Macquet, responsable du pôle Diversité à la Direction de la Responsabilité sociale de l’entreprise de Renault, expose les mesures mises en place dans tous les services, à l’échelle internationale.
 
« 30 %. Ce n’est qu’à partir de ce taux de représentation qu’une minorité influe sur une équipe ou un groupe »
.
Tout le monde déplore la faible féminisation du secteur automobile. La Direction commerciale de Renault France a lancé un vaste programme d’actions pour l’accroître et l’améliorer. Quelles ont été les motivations de base ?
Alix de Lafage, secrétaire exécutif de la Direction commerciale de Renault FranceAlix de Lafage
. Ce programme a clairement été conçu pour contribuer à la performance de notre activité de vente de véhicules. Nous avons mené des enquêtes, des observations qui ont abouti à un triple diagnostic.
 
Premièrement, les femmes sont désormais à 60 % acheteurs ou prescripteurs de l’acte d’acquisition d’une voiture ; près de 40 % des femmes qui achètent des véhicules neufs sont des femmes seules ; dans le couple, plus de 40 % des achats résultent d’un choix commun.

2e diagnostic, il apparaît que les femmes sont plus exigeantes que les hommes en matière de services, de coût et de qualité. En même temps, elles ont du mal à faire entendre leurs besoins car 3 clientes sur 5 perçoivent l’environnement du point de vente comme “hostile” et ne s’y sentent pas à l’aise.

Enfin, nous avons établi que les femmes composent moins d’un quart de nos forces de vente. Cette proportion n’est donc pas représentative du poids des consommatrices et ne nous met pas en position de répondre de façon satisfaisante à toutes leurs demandes.

Ce diagnostic nous a donc convaincu de mettre en place un plan d’action que nous avons baptisé “Ils ou Elles vendent des Renault”.
 
On connaît le poids de la masculinité dans les entreprises automobiles. Comment avez-vous obtenu l’adhésion des hommes ?
A. de L
. Il va de soi que ce plan devait recevoir l’assentiment de tous les collaborateurs pour avoir des chances de succès. Nous avons effectué un sondage auprès des collaborateurs de notre Direction. 91 % des 800 personnes interrogées ont dit être convaincues que l’accentuation de la mixité est un facteur d’amélioration de la performance. Les conditions étaient donc réunies pour élaborer le plan.
 

Les vertus du mélange hommes-femmes
 

Vous avez défini une cinquantaine d’actions dans le plan. Pouvez-vous décrire les principales ?
A. de L
. Nous avons, effet, arrêté une cinquantaine d’actions concrètes. Certaines sont confidentielles ; nous ne les dévoilerons qu’au fur et à mesure de leur concrétisation.

Je citerai, à ce stade, trois actions principales. Les deux premières concernent le recrutement. Nous allons mettre en place une action forte auprès des étudiant(e)s d’IUT, de BTS pour pour les séduire. Nous allons également mener une campagne de recrutement et de sélection de  nouveaux vendeurs et de vendeuses.

La troisième action est dite “Woman Centric”. Elle consiste à adapter les programmes de formation des forces de vente afin que vendeurs et vendeuses puissent appréhender les besoins des femmes et y répondre. Il n’y a pas une bonne méthode, propre aux femmes, qui leur permettrait d’aborder les clientes.

De la même façon, les hommes ne sont pas les seuls à savoir comment aborder les clients masculins ! Le succès des démarches de vente réside dans la mixité, le mélange. Si un homme côtoie deux ou trois femmes et sait prendre en compte leur apport, il peut aborder hommes et femmes avec la même efficacité. Mais, pour qu’une minorité ait une influence dans un groupe, il faut qu’elle soit suffisamment représentée, d’où les actions de recrutement.
 

Diversité mondiale


 
Au-delà, des forces de vente, comment Renault inscrit-il la féminisation dans l’ensemble de l’entreprise ?
Sophie Macquet, responsable du pôle Diversité à la Direction de la Responsabilité sociale de l’entreprise de RenaultSophie Macquet.
La représentation des femmes dans l’entreprise est une donnée globale du programme de diversité. Elle fait en effet partie du programme Diversité de Renault Monde, sous le nom “Women@Renault”.
 
Ce programme a fixé des objectifs de recrutement : 30 % des effectifs d’ingénieurs, taux légèrement supérieur à la proportion des étudiantes sortant des écoles, 50 % pour tous les autres profils.
 
En ce qui concerne les postes à responsabilité, pour un remplacement ou une création de poste, nous imposons qu’il y ait toujours au moins 1 femme candidate pour 3 hommes dans les listes finales de sélection. Cela, évidemment, à compétences égales ; un choix au rabais pénaliserait l’entreprise et décrédibiliserait les objectifs de la féminisation.

Alix de Lafage a indiqué qu’une minorité doit être suffisamment représentée pour “peser” dans un groupe. Le seuil de 30% est essentiel, crucial même car une étude américaine montre que c’est à partir de ce taux que les choses changent, que les équilibres se transforment !
 
En deçà, les femmes sont en situation de stress. Elles utilisent plus leur énergie à conjurer ce stress qu’à être positive et productive dans leur travail et leurs missions. Pour citer l’exemple du réseau de distribution de Renault Renault, Retail Group, celui-ci s’est fixé d’atteindre comme objectif la parité.
 
Aujourd’hui, il comprend 25% de femmes ; les actions conduites devraient permettre d’atteindre assez rapidement ce fameux seuil de 30 %.
 
Renault est une entreprise internationale et le fait valoir. Cette diversité se diffuse-t-elle dans les autres pays ?
S. M.
Absolument. Carlos Ghosn est convaincu que Renault avait organisé, en 2008, à Paris, avec Sciences Po, une conférence internationale sur la diversitéla diversité est un facteur d’accroissement de la performance et il veille à ce que les équipes reflètent la physionomie de chacun des 118 pays où le Groupe est présent.
 
En ce qui concerne les femmes, “Women@Renault” est aussi un réseau social qui aide les femmes à être pleinement actrices de leur carrière et de leur développement professionnel et personnel grâce à des conférences, des ateliers de présentation personnelle. Le réseau fédère actuellement 800 membres dans le monde dont 20% d’hommes. Pour être entendues, les femmes ne doivent pas s’adresser qu’à elles-mêmes ! La diversité passe par une prise de conscience de tous au sein de l’entreprise.
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours