Vous êtes ici :

Essai de la Fiat 500 L Trekking 1.6 MJet 105

Essai de la Fiat 500 L Trekking 1.6 MJet 105

Le monospace des villes Fiat 500 L montre des envies d'évasion. Et revêt pour l'hiver une combinaison « Trekking », digne d'un SUV confirmé. Essai de ce véhicule hybride... au sens premier du terme.


La Fiat 500 L existe en version longue (Living), ou dans cette déclinaison Trekking

Les groupies aiment généralement se maquiller comme leurs stars. Et sur le marché actuel, les stars, ce sont les SUV. Du coup ? Des modèles totalement dénués de gène aventurier rehaussent leur garde au sol, habillent leurs flancs de protections en plastique et adoptent une appellation de baroudeur patenté.

Derniers exemples en date : la compacte chic Volvo V40 devenue Cross Country, ou le sage monospace familial Renault Scénic devenu Xmod. Aujourd’hui, c’est au tour du monospace citadin Fiat 500 L de suivre ce chemin. Reste à savoir s’il ne s’y enlisera pas…
Les boucliers spécifiques de la 500 L Trekking allongent la voiture de 12 cm !

En devenant Trekking (une appellation déjà utilisée par la Panda Trekking, sorte de Panda 4x4 simplifiée), la Fiat 500 L soigne d’abord ses atours : jantes de 17 pouces, entourages de carrosserie en plastique gris mat, et boucliers modifiés qui allongent l’auto de quelques 12 cm.


Une allure de SUV, mais pas seulement

Techniquement, la garde au sol s’élève de 13 mm, les pneus classiques sont remplacés par des modèles M+S (Mud + Snow, soit boue et neige en anglais) et un système de motricité renforcée apparaît.

Activable jusqu’à 30 km/h, ce dernier agit en fait sur les plaquettes de frein : si l’une des deux roues avant patine, le système freine la roue qui s’emballe sans brider l’accélération (contrairement à un antipatinage électronique classique), ce qui renvoie naturellement la puissance sur la roue opposée.

Si ce système peut aider à se sortir d’un mauvais pas, il ne remplace toutefois pas une vraie transmission intégrale et, dans un chemin copieusement gras, nous avouons être restés « posés »…

Sur la route, la version Trekking bonifie certains points… et en altère d’autres. Par rapport à la 500 L classique, la suspension assouplie et rehaussée améliore encore le confort sur les petites aspérités.

Sur sol mouillée hélas, les pneus M+S dégradent l’adhérence, déjà limitée, de la 500L : le train avant élargit facilement la trajectoire dans les giratoires, et le train arrière se fait vite rappeler à l’ordre par l’antidérapage lors d’un lever de pied ou d’un freinage en appui. Le rythme par mauvais temps devra donc s’adapter en conséquence, car les distances de freinage régressent aussi.
La Trekking est disponible avec un diesel de 85ch pour 1 000 € de moins que ce 105ch


Copié-collé de Fiat 500 L

Pour le reste, nous retrouvons la 500 L classique, dont la fâcheuse habitude consiste à ponctuer chaque qualité d’un petit défaut.

Ainsi, le diesel 1.6 de 105 ch se montre performant, mais manque de souplesse sous 1 800 tr/min et de discrétion à l’accélération.

Le diamètre de braquage court et la direction très douce sont un atout en ville, mais le système Stop & Start manque de promptitude au redémarrage.

Enfin, si l’espace et la modularité se montrent excellents (banquette coulissante 2/3-1/3 et repliable en portefeuille, siège avant droit rabattable, plancher de coffre à trois positions formant un espace de chargement plat), les sièges mal dessinés « coupent » les cuisses sur longs trajets, et la banquette arrière surélevée rend la garde au toit trop juste pour les adultes. Un comble, dans un véhicule si haut…


Passé ses petits reproches, la 500L Trekking reste toutefois pratique au quotidien et attachante. Les nombreux rangements, les possibilités de personnalisation nombreux et les teintes vives (à toit dissocié) disponibles n’y sont pas étrangers. Maintenant, rien ne vous oblige à la prendre en jaune…


Bilan de l'essai Fiat 500 L Trekking
Affiché 1 400 € de plus qu’une 500 L Easy, à laquelle elle ajoute 1 660 € d’options supplémentaires (antibrouillards, jantes 17’’, vitres AR électriques et surteintées, accoudoir central et 3e appuie-tête AR, surtapis), la Fiat 500 L Trekking présente un surcoût raisonnable.

Elle s’affiche en fait au prix de la finition Lounge, encore mieux dotée (clim’ deux zones, phares et essuie-glaces automatiques, radar de recul, toit vitré panoramique…).

Mais à la maniabilité, l’espace et la modularité de la 500L classique, la livrée Trekking ajoute des aptitudes accrues sur les chemins ou la neige. Au prix d’une tenue de route moyenne sur chaussée mouillée due aux pneus M+S livrés de série.

 
Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (4)
d.vedelago874

J'ai depuis 18 mois une 500L Trekking. Je confirme que cette voiture est très attachante. Elle a ses qualités et ses défauts, mais est au combien polivalente et pratique. Je ne suis pas d'accord avec l'article concernant la banquette arrière. Je mesure 2 mètres et je suis à l'aise même sur cette banquette. On pourrait me quadrupler et partire en voyage, bagages en prime. Il n'y a pas beaucoup de voitures dont on peut en dire autant. De plus, les pneus d'origine sont excellent je trouve, surtout en hiver, je les ai testés sur neige, en région montagneuse, et je dous dire que j'étais très septique concernant ce genre de pneus, et étonnament, c'est bluffant d'efficacité. La durée de vie de ces pneus sont excellent aussi. Bien entendu, c'est un mini monospace, et les gens qui achètent ce genre de véhicule aiment surtout la praticité et la simplicité d'utilisation, plutôt que la performance et la qualité de finition ma foi exagérée ( ce ne sont que des voitures) des références allemandes.

un pseudo libre

D'accord avec Chris. Les USA ont une 500 L avec un 1,4 multiair 160 cv et une transmission auto TCT, les essayeurs sont très positifs ( voir sur Youtube quantité d'essai video dispos...) Par ailleurs, question de goût, les modèles vendus aux USA ont un plus joli traitement des boucliers et protections plastiques, peints couleur carrosserie offrant un aspect plus chic. 3nfin, comme toujours quand on voit les prix pratiqués aux USA, on se dit que les américains ont de la chance, taxes très faibles comparées aux nôtres...

un pseudo libre

Je l'ai essayée cette Fiat : il s'agit d'une voiture très bien équilibrée. originale, bien finie et belle à regarder. Un seul défaut : le prix et une liste d'options à l'allemande. Quel dommage de ne disposer qu'un famélique 852 en boîte auto : aux States, elle est disponible avec la boîite TCT et presque le double de chevaux : pauvre Europe...

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
138 067 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !