La mort du diesel annoncée par la commission européenne Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

La mort du diesel annoncée par la commission européenne

Alors que le diesel était il y a encore quelques années plébiscité par une grande majorité, il est désormais attaqué de toute part, et notamment par les pouvoirs publics. Aujourd'hui, c'est la commissaire européenne à l'industrie, qui annonce directement sa mort imminente.

Par Léo Mingot
Publié le Mis à jour le

Actuellement, tout semble mener à une fin proche pour le diesel...

T.Antoine/ACE Team, THOMAS ANTOINE/ACE TEAM

La chute semble décidément inéluctable pour le diesel. Pourtant, ce carburant était perçu il y a encore pas si longtemps comme l'une des solutions pour réduire l'impact de l'automobile sur le réchauffement climatique, grâce aux émissions de CO2 moindres qu'il permettait. Mais, depuis le scandale du dieselgate, le diesel est conspué de toute part et sa fin se compterait, si l'on en croit certains, en années.

 

« C'est la technologie du passé »

La dernière déclaration en date à aller dans ce sens nous vient de la commissaire européenne à l'industrie Elzbieta Bienkowska, qui a directement annoncé sa mort prochaine. « Les voitures diesels sont finies » a t-elle affirmé, avant d'ajouter : « Je pense que d'ici quelques années, elles disparaitront complètement. C'est la technologie du passé ».

Le sujet du diesel semble prendre de plus en plus d'importance pour les instances européennes, celles-ci craignant que les diverses campagnes de rappel ne soient pas menées avec la même rigueur dans tous les pays de l'union.

En effet, si les rappels sont effectués avec un certain sérieux en Allemagne et quelques autres pays, cela ne serait pas le cas de nombreux pays de l'Europe de l'Est, comme la Roumanie ou la Slovaquie. « Nous ne voulons pas que ces régions d'Europe soient pleines de vieilles voitures diesels », a affirmé la commissaire européenne.

Elle a toutefois ajouté que, du côté des constructeurs, qualifiés d'arrogants, les choses avaient quand même changé, alors que ceux-ci avaient tendance au départ à minimiser les impacts des tricheries et à traîner des pieds pour procéder aux rappels.

 

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
robert de la chapelle Le 02/06/2018 - 11:45
bon, on supprime le mazout de nos autos et après, nos gouvernements successifs depuis les années 70 ont négligé le ferroutage et la navigation fluviale...pas specialiste en péniche mais, pour avoir conduit GMC et unimog Essence, j'ai une vague idée de la conso d'un camion Essence et je ne parle pas d'un semi-remorque ! autre problème, le Gas oil est, en quelque sorte, un "résidu" de distillation, donc on en produira toujours plus puisque par le systeme des vase communicant....plus on fait de super, phenomene provoqué par l'inversion du parc auto, plus on produit de !diesel !!! et par quoi remplace t on les Diesel, par des moteurs 3cylindres au couple haut perché et sans agrement ? j'avoue etre perplexe quand aux V.E...peu pratiques et à l'autonomie ridicule, devrons nous refzire des centrales electriques au ...Fioul, pour recharger ces engins, par ailleurs fort peu recyclables ? je pense qu'avant d'annoncer des enormités, il conviendrai de reflechir a un vrai "plan B" et que nos parlementaires européens, qui jouissent d'une carte de circulation SNCF, utilise la dite carte au lieu de leurs autos , histoire de se faire defrayer (genereusement)
Bruno du 13 Le 31/05/2018 - 14:06
Oui le diesel est bien une calamité pour la pollution. A lire l'article sur les portiques écotaxe qui pourraient être réaffectés pour mesurer la pollution, on apprend que même les derniers Euro 6 diesel ne respectent pas la norme Euro3 en conditions réelles... Une bonne prime à la casse pour les diesels aidera à assainir plus vite le parc. Un recalcul du malus écolo pour qu'il favorise davantage les voitures essence ou GPL/GNV, aussi.
maison78 Le 31/05/2018 - 08:57
Je suis d'accord le gouvernement a plebicité le diesel pendant des années : avantages fiscaux, ... le cout pour les grands rouleurs étaient clairement interressant (cf. tous les benchmark dans les magazines auto) le parc est donc devenu énorme a atteindre des proportions incroyable. Maintenant, on dit c'est sale, il fallait : 1 - avoir une norme antipollution / qualité plus stricte ( et je parle aussi des vehicules pro) 2 - Faire des vrais audit de pollution quel que soit le sujet ... on parle du diesel, mais tous les jouets qui viennent de chines, les polluants ... tout cela respecte les "normes" ? 3 - gérer mieux maintenant la transition avec des primes pour passer sur des modeles "plus propres" et cela reste aussi à prouver , car l'impact ecologique , etc ... de changer de véhicule , et de l'electrique reste à démontrer.
Voir tous les commentaires (5)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...