La Renault Fuego a 40 ans en Argentine, son pays d’adoption
habillage
banniere_haut

La Renault Fuego a 40 ans en Argentine, son pays d’adoption

Renault célèbre le 40ème anniversaire de la Fuego en Argentine. Là-bas, le coupé eut droit à une carrière longue et couronnée de succès, notamment en compétition. Des versions de l’auto inconnues chez nous furent produites localement.

Par MaxK
Publié le

Sur route comme sur piste, la Renault Fuego a connu le succès en Agentine, où elle fête ses 40 ans.

DR

La Renault Fuego fut commercialisée en France de 1980 à 1986. Aussitôt sa carrière terminée, sa relative popularité se mua en désuétude. Pourtant, loin, très loin de nos frontières, le coupé au losange connut un succès bien plus conséquent et durable. La Fuego fut lancée en Argentine en juillet 1982, il y a donc 40 ans. Portée notamment par une production locale, elle demeura sur le marché local jusqu’en 1992, misant sur une image sportive et des évolutions de gamme allant dans ce sens. La division argentine de Renault ne manque donc pas de célébrer cet été le 40ème anniversaire de « sa » Fuego.

Media Image
Image

La Fuego demeura au catalogue durat dix ans en Argentine.

DR

De la France à l’Argentine

L’arrivée de la Renault Fuego en Argentine coïncida avec un changement de réglementation menant la filiale nationale du constructeur à se concentrer sur une seule variante pour son marché. C’est la « sportive » GTX qui fut choisie, tirant là-bas 103 ch de son quatre-cylindres 2.0 atmosphérique. Les débuts de la Fuego accompagnaient par ailleurs la fin du cycle commercial de la Renault Torino, produite dans l’usine Renault de Santa Isabel, en périphérie de Cordoba, précédemment sous la marque argentine IKA. Cerise sur le gâteau, Renault Santa Isabel assemblait déjà la R18 sur laquelle la Fuego était basée. Cette dernière succéda donc à la Torino sur les chaînes de montage. Rapidement, elle parvint à s’imposer sur le marché face à la la Ford Taunus GT qui était son unique rivale.

Media Image
Image

La version GTA de la Renault Fuego s'inspirait de l'Alpine GTA.

DR

Media Image
Image

La Fuego était une vraie quatre-places.

DR

La Fuego reine des circuits

En 1987, alors que la Fuego avait quitté le marché de ce côté-ci de l’Atlantique, le modèle argentin reçut un nouveau moteur 2.2 de 116 ch lui permettant de passer de 0 à 100 km/h en 9 s, peut-être pas un chrono de coupé sportif mais un gain remarquable de deux secondes, et même mieux qu’une Volkswagen Golf II GTI 8S. En 1988, la Renault Fuego fut restylée et prit le suffixe GTA, ce dernier étant inspiré par l’Alpine éponyme, comme le renouveau du design. En 1990, l’évolution culmina avec l’arrivée de la GTA Max de 123 ch.

Media Image
Image

Renault Argentine a réuni plusieurs versions de la Fuego pour ses 40 ans.

DR

En parallèle, dès 1985, Renault Argentine s’était associé avec le préparateur Oreste Berta pour engager la Fuego en compétition. Le succès fut au rendez-vous avec pas moins de six titres consécutifs entre 1988 et 1993 dans le championnat Turismo Competicion 2000. le pilote Juan Maria Traverso en remporta cinq ; Miguel Angel Guerra un. Pour les modèles routiers, un kit Berta permettait de porter la puissance du moteur 2.0 à 135 ch. Pour les 40 ans de la Renault Fuego en Argentine, le constructeur a convié Berta et Traverso à une petite « réunion de famille » autour de plusieurs variantes du modèle. Sur les quelque 265 000 Renault Fuego produites, 19 952 le furent à Santa Isabel (le reste à Maubeuge).

Media Image
Image

Certaines Fuego hautes en couleur étaient de la partie...

DR

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours